Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Dr Anasser Ag Rhissa : Expert Emblématique Et Vrai Instigateur du Dialogue National Inclusif au Mali

J’avais assuré les bons offices pour l’organisation de la médiation entre IBK et Soumaïla Cissé sur la base d’une plateforme d’entente dont le dernier point est le Dialogue National Inclusif (DNI) entre toutes les forces vives de la nation pour éliminer les mésententes, pour résorber la crise multiforme et pour le bien-être des Maliens.

 

Comment a-t-on abouti au Dialogue National Inclusif, qui en est le vrai Instigateur, qui mettra en œuvre ses résolutions et recommandations et qui en fera le suivi/évaluation ?

Lettre ouverte en ligne adressée au Président du conseil de sécurité de l’ONU, au Secrétaire Général de l’ONU, à son représentant spécial au Mali, au Président du Mali, au Premier Ministre, au CSA, au ministre de la réconciliation nationale, de la paix et de la cohésion sociale, au Ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, au Ministre des affaires étrangères, au Ministre chargé des réformes institutionnelles et des relations avec la société civile, au Ministre de la défense, au Ministre de la sécurité et de la protection civile, au CNCA, aux partis politiques, à   tous   les  Maliens,   à   tous   les   Partenaires (ONU/MINUSMA, BARKHANE, …) et aux médias.

J’avais assuré les bons offices pour l’organisation de la médiation entre IBK et Soumaïla Cissé sur la base d’une plateforme d’entente dont le dernier point est le Dialogue National Inclusif (DNI), j’ai été surpris de la non participation au DNI, de Soumaïla Cissé, de l’URD, d’une partie de l’opposition et de la société civile, c’est ainsi que j’ai rencontré Soumaïla Cissé, le 28 Octobre 2019 en début d’après-midi, pour échanger sur l’intérêt de sa participation et celle de toutes les forces vives de la nation au DNI pour éliminer les mésententes, pour résorber la crise multiforme et pour le bien-être des Maliens.

Suite à cette rencontre avec Soumaïla Cissé, l’espoir de sa participation au DNI était permis, voir ma lettre ouverte intitulée :

 

Soumaïla Cissé : Dr Anasser Ag Rhissa l’a rencontré, il est ouvert au DNI, son parti ayant participé aux TDRs.

 

Du 14 au 22 décembre 2019 s’est déroulé à Bamako le Dialogue National Inclusif (DNI) entre toutes les forces vives Maliennes au niveau national et au sein de la Diaspora.

 

L’engouement pour la participation à ce DNI était remarquable. Sont issues de ce DNI des résolutions et des recommandations dont l’exécution d’étendra sur le court terme (dès 2020 jusqu’à 3 ans), le moyen terme (entre 3 à 5 ans) et le  long terme (de 5 à 10 ans et plus).

 

Un plan d’action de ces résolutions et recommandations et des actions prioritaires induites sera placé sous le leadership du gouvernement.

 

Un comité indépendant de suivi/évaluation veillera et garantira leurs exécutions. Il sera placé sous la Présidence.

 

Vous trouverez dans cette lettre ouverte les points suivants :

 

. De la médiation entre IBK et Soumaïla Cissé au Dialogue National Inclusif

 

. Dr Anasser Ag Rhissa : Expert emblématique du DNI « Je ne perds pas du tout espoir, avançons vers un Mali meilleur »

. Vrai Instigateur du Dialogue National Inclusif à travers mes propositions d’une méthodologie inclusive, d’un guide et d’une plateforme, depuis 2012, 2014 jusqu’en 2019, pour des concertations et négociations réellement inclusives et en 2014 pour rendre le préaccord d’Alger plus inclusif

. Perspectives et Conclusion

 

  1. De la médiation entre IBK et Soumaïla Cissé au Dialogue National Inclusif

 

Depuis les débats sur Africable auxquels je  participais en Août 2018, en tant qu’un des débatteurs, j’ai proposé que des religieux, des notabilités et des membres de la société civile puissent constituer une délégation pour la médiation entre IBK et Soumaïla Cissé.

De Septembre à novembre 2018, juste après la présidentielle Malienne que j’avais couverte en tant qu’un des débatteurs sur Africable, j’avais fourni mes bons offices pour l’organisation de la délégation pour la médiation entre IBK et Soumaïla Cissé.

Cette médiation était dirigée par le cardinal ZERBO, le Patriarche NIARE et le Chérif Ousmane Madani HAIDARA. Elle s’était appuyée sur une plateforme d’entente, que leur avait fait livrer Dr Anasser Ag Rhissa, Président de l’ONG TILWAT International.

Cette plateforme est constituée de trois points dont le partage de pouvoirs et de responsabilités avec respect des engagements ET le Dialogue National Inclusif.

Pour le partage de pouvoir et de responsabilités, un gouvernement de mission de large ouverture a été constitué en mai 2019 après création d’un accord politique de gouvernance entre le Premier Ministre, l’opposition et la société civile.

L’Accord politique de gouvernance intègre le Dialogue National Inclusif.

Cette médiation entre Soumaila Cissé et IBK doit être félicitée sans oublier l’ONG TILWAT International. Elles (cette médiation et l’ONG Tilwat International) sont contributrices au DNI.

Pendant les mois de septembre et octobre 2018 ainsi qu’en avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre et décembre 2019, plusieurs lettres ouvertes sur ce dialogue national inclusif et le gouvernement de mission de large ouverte ont été publiées sur internet par mes soins.

En plus de ma participation à la commission « Paix, sécurité et cohésion sociale / Questions Politiques et institutionnelles » et aux plénières du Dialogue National Inclusif, vous trouverez ci-dessous les titres de certaines de ces lettres ouvertes adressées, entre autres, au Président, au Premier Ministre, au Ministre de la réconciliation nationale, de la paix et de la cohésion sociale, aux Maliens ainsi qu’aux partenaires.


Certaines de ces contributions étaient adressées au Triumvirat et au comité d’organisation du DNI.


Elles étaient publiées sur internet et plusieurs médias, en particulier sur le site dialoguenational (www.dialoguenational.ml), avec les adresses associées, à travers la boite de suggestion, sujet MEDIATION ENTRE IBK ET SOUMAILA CISSE et QUELQUES CONTRIBUTIONS DE Dr ANASSER AG RHISSA AU DNI et POUR CONTRIBUER A RESORBER LA CRISE MULTIFORME AU MALI :

– Soumaila Cissé : Dr Anasser Ag Rhissa l’a rencontré, il est ouvert au DNI, son parti ayant participé aux TDRs

– Pacte pour la Paix au Mali : Dr Anasser Ag Rhissa en réclame la Paternité et la Reconnaissance associée

– DNI et Accord pour la paix au Mali : Dr Anasser Ag Rhissa adresse une lettre ouverte à l’ONU et aux acteurs impliqués pour proposer la relecture de l’accord de paix selon les mécanismes prévus à l’article 65 de cet accord : extrait de cette proposition dans le site internet dialoguenational sous le titre Relecture de l’accord de paix (dans la boite de suggestion).

– Pour une relation dynamique entre les forces de défense et sécurité du Mali et les autres forces en présence : Dr AG RHISSA écrit une lettre ouverte aux acteurs…

– Une contribution de Dr Anasser Ag Rhissa : « mon engagement patriotique sans faille pour un Mali Un et Indivisible sans fédération, ni confédération ni partition et ni indépendance d’aucune partie du territoire national », dixit cet expert en TIC, Gouvernance, Sécurité et Développement durable (Fin)

– Gouvernement de mission, de large ouverture, au Mali, Indispensable Inclusivité de la société civile ET Prise en compte de la Régionalisation

 

– Piratage de la contribution de Dr Anasser Ag Rhissa ayant servi pour la proposition faite aux Chefs d’Etats de la zone Sahel de création du G7 Sahel devenu G5 Sahel

– Dr Anasser Ag Rhissa réclame la paternité de l’idée, de la proposition et de l’initiative G7 sahel devenue G5 Sahel

Bas du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

  1. Dr Anasser Ag Rhissa : Expert emblématique du DNI « Je ne perds pas du tout espoir, avançons vers un Mali meilleur »

 

Cet article a été écrit par Cyril Adohoum (IciMali) à partir d’une interview de Dr Anasser Ag Rhissa réalisée, le 22 décembre 2019, par le média en ligne Icimali.com.

 

Un des acteurs emblématique du dialogue national inclusif, l’expert en TIC, Gouvernance et Sécurité, Dr Anasser Ag Rhissa se félicite des résolutions et des recommandations issues des assises, que le Président IBK s’engage à appliquer, tout en gardant espoir que l’honorable Soumaïla Cissé rejoigne la mise en œuvre des conclusions de ce grand rendez-vous.

 

Selon Dr Anasser Ag Rhissa, le dialogue national inclusif a permis de faire le diagnostic des problèmes auxquels est confronté le Mali.

 

« Nous sommes arrivés à des résolutions et recommandations très fortes », avant de féliciter de l’engagement pris par le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéita de mettre réellement en œuvre celles-ci, ceci à travers un comité de suivi et évaluation indépendant. « C’est très important », a-t-il insisté.

 

Réduction de la taille du gouvernement

 

Parlant de la réduction de la taille du gouvernement fortement réclamée par le dialogue, Dr Anasser Ag Rhissa, une figure de cette proposition, fera savoir que cette recommandation « permet de réduire les finances et les dépenses publiques ».

 

« Je pense aussi qu’il y a un peu plus de cohérence, parce que s’il y a moins de ministres, cela permettra d’avoir des communications, des synchronisations qui seront mieux calibrées que lorsqu’il y a une pléthore de ministres, précise-t-il. Vraiment, on appelle à cela ».

 

Par contre, l’expert en sécurité et gouvernance a indiqué avoir aussi demandé qu’il y ait respect de la régionalisation, « c’est-à-dire que la constitution du cabinet gouvernemental puisse tenir compte des besoins des présidences des régions, aujourd’hui des autorités intérimaires, en un mot des régions. Qu’on sache que la régionalisation existe ».

 

Pour y arriver, Dr Anasser Ag Rhissa propose la création d’un ministère d’Etat de la réconciliation nationale, de la paix et de la cohésion sociale, sous lequel seront placés deux ou trois autres ministères qui seraient dédiés aux développements des régions.

 

« On pourra tenir mieux compte de la régionalisation », soutient-il.

 

Au moins 25 postes ministériels

 

Si pour Dr Anasser Ag Rhissa, il est très difficile dire un chiffre fixe, il a cependant souhaité qu’il faille s’arrêter de dire qu’il faut réduire, parce qu’aujourd’hui on a plus de 30 ministres.

 

« Si demain on arrive à calibrer autour de 25, ce serait très bien, dans un premier temps, parce qu’on ne peut pas non plus réduire indéfiniment. Il faut respecter le genre et la jeunesse qui veulent être intégrés. Donc, il n’y a pas mal de considérations à prendre en compte », explique-t-il.

 

Au chef de file de l’opposition

 

L’un des abonnés absents de ce grand rendez-vous national tenu du 14 au 22 décembre 2019 est l’honorable Soumaïla Cissé, pourtant revendicateur du dialogue.

 

Dr Anasser Ag Rhissa a exprimé un regret amer pour ce boycott de l’opposition, lui qui a été ‘’celui qui a fourni les bons offices pour qu’il y ait une médiation entre Soumaïla Cissé et IBK’’.

 

Aussi a-t-il révélé : « On a constitué une médiation dont le leadership a été assuré par le cardinal Zerbo, le patriarche Niaré, mais aussi par Haïdara (président HCIM), incluant la société civile, les religieux, les notabilités. Cette dernière est partie le (Cissé) voir.

 

A partir de là est née une communication entre IBK et Soumaïla Cissé, à partir de tout ça est né l’accord de gouvernance politique ».

 

Sur ce qu’on avait proposé, indique Dr Anasser Ag Rhissa, ‘’il y avait déjà trois points importants contenus dans la plateforme d’entente entre IBK et Soumaïla Cissé. C’était qu’ils fixent une vision, un gouvernement de mission de large ouverture et qu’ils finissent par le dialogue national inclusif. Ensuite, est arrivé l’accord de gouvernance qui intègre ce dialogue national inclusif.

 

Aujourd’hui, on est heureux que ce dialogue ait été organisé, et qu’on ait abouti à des conclusions’’.

 

Par ailleurs, Dr Anasser Ag Rhissa dit avoir contacté, le 28 octobre 2019, en début d’après-midi, le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaïla Cissé, avec lequel il a eu ‘’ une discussion très franche’’ qui a abouti sur ‘’ l’espoir qu’il vienne’’.

 

« Il (Soumaïla Cissé) m’avait dit qu’ils verront. Maintenant, je suis complètement embêté de voir qu’il n’est pas là (au dialogue) », regrette-t-il. Dr Anasser Ag Rhissa n’a cependant pas coupé le cordon, depuis quatre jours, il essaie de prendre rendez-vous de nouveau avec lui pour des échanges.

 

Se référant sur les dires de l’honorable Cissé au congrès de l’URD à l’issue duquel il a signifié le fait qu’il attendait des résolutions et recommandations du DNI, ce qui en est dit sur la révision constitutionnelle, les élections législatives.

 

Dr Anasser Ag Rhissa a déduit que Soumaïla Cissé « est fortement intéressé par ce qu’on est en train de faire au DNI ».

 

« Je ne perds pas du tout espoir, affirme-t-il, qu’il rejoigne le plus vite possible la mise en œuvre de ces recommandations et résolutions, qui sont très exigeantes, que tout le monde salue aujourd’hui.  Allons-y ensemble, prenons nous la main dans la main, et avançons vers un Mali meilleur».

  1. Vrai Instigateur du Dialogue National Inclusif à travers mes propositions d’une méthodologie inclusive, d’un guide et d’une plateforme, depuis 2012, 2014 jusqu’en 2019, pour des concertations et négociations réellement inclusives et en 2014 pour rendre le préaccord d’Alger plus inclusif

Mon objectif principal est de rapprocher les Maliens entre eux afin qu’on aboutisse à une paix et une réconciliation durables dans un Mali, Un et Indivisible, sans fédération ni confédération ni partition ni indépendance d’aucune partie du Mali.

Vous trouverez ci-dessous mes propositions, depuis 2012 et 2014, d’établir un dialogue national inclusif pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

Depuis le 19 Novembre 2012, j’avais publié un Guide et une Plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne, sur plusieurs médias internet (ba ma da, …).

Le 21 Novembre 2012, cette proposition de guide et de plateforme de concertations nationales et de négociation entre Maliens avait été envoyée en ligne par mes soins sous forme de la lettre ouverte dont le titre est :

LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DU MALI, AU GOUVERNEMENT DE TRANSITION, AUX MALIENS ET AU MÉDIATEUR DE LA CEDEAO :

Proposition d’un Guide et d’une Plateforme de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable et honorable pour tous de la crise Malienne.

J’avais adressé en ligne, le 19 juillet 2014, au Président Malien, aux Maliens et aux partenaires et à la médiation une lettre ouverte pour proposer une méthodologie inclusive pour des négociations réellement inclusives.

Depuis 2014/2015, j’étais l’instigateur d’un dialogue national inclusif basé sur une méthodologie inclusive pour rendre réellement inclusives les négociations et pour plus inclusif le préaccord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Déjà en 2015, j’avais fait appel pour l’organisation d’un dialogue national inclusif (dialogue inclusif intra et intercommunautaire) entre toutes les forces vives de la nation en conclusion de mes répliques aux critiques de l’accord de paix par Joseph Brunet Jailly et l’opposition Malienne.

En plus, j’avais proposé dans ces répliques une méthodologie pour rendre plus inclusif l’accord de paix.

J’avais publié en ligne, le 01 Mai 2015, cette méthodologie inclusive à traversune lettre ouverte intitulée :

Accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali : Répliques de Dr ANASSER AG RHISSA à un changement du processus et de méthode du projet d’accord

En 2017, j’avais proposé cette méthodologie inclusive à la conférence d’entente nationale dont j’étais l’expert consultant pour une telle méthodologie.

Cette méthodologie inclusive combine deux approches :

– Celle adoptée par la médiation, qui va des niveaux gouvernance à la base, dite souvent méthode top-down (global au local), à travers plusieurs versions de préaccords qui devront être amendés par la base avant d’être validés par la médiation après échange en plénière avec les parties prenantes ;

– Celle que proposent le consultant Joseph Brunet Jailly et l’opposition Malienne, qui va de la base aux niveaux gouvernance, dite méthode bottom-up (local au global).

Ma méthodologie inclusive, combinant les deux approches précédentes, a été reprise par le consultant Joseph Brunet Jaillet dans un de ses articles. Ce qui montre que pour le Mali, nous pouvons converger malgré nos différences de points de vue et d’approches.

Cette méthodologie inclusive pourra être utilisée pour le nouveau dialogue national inclusif au Mali.

En 2017, j’avais fourni mes bons offices, en faisant appel aux religieux et aux notabilités depuis les débats Africable auxquels je participais, pour l’organisation de la médiation entre les camps NON et OUI au référendum, ainsi IBK a eu à surseoir à la révision constitutionnelle. Une lettre ouverte a été publiée par mes soins sur cette médiation et l’appel pour l’organisation d’un dialogue inclusif entre toutes les forces vives pour dissiper les malentendus et éradiquer durablement la crise.

Mes bons offices pour l’organisation de la médiation entre IBK et Soumaïla Cissé et vrai Instigateur de l’idée du Dialogue National Inclusif

Depuis les débats sur Africable auxquels je participais en Août 2018, en tant qu’un des débatteurs, j’ai proposé que des religieux, des notabilités et des membres de la société civile puissent constituer une délégation pour la médiation entre IBK et Soumaïla Cissé.

Après les avoir organisés, de septembre à novembre 2018, pour participer à cette délégation, sous la conduite du cardinal Zerbo, du Patriarche Niaré et du Chérif Ousmane Haïdara, cette dernière a été reçue le 05 décembre 2018 par Soumaïla Cissé et plus tard par IBK.

Lors de mon entretien de trois heures de temps avec Mahmoud Dicko lorsqu’on organisait cette délégation, il m’avait fait part du fait que le Chérif Ousmane Haïdara ou bien lui-même ferait partie du leadership de cette délégation.

Soumaïla Cissé a rencontré le cardinal Zerbo, le 14 Février 2019 au matin et le soir, IBK a appelé Soumaïla Cissé, par téléphone, sans que ce dernier ne s’y attende.

 

Depuis, plusieurs rencontres (cinq) ont eu lieu entre eux afin de décrisper la situation et lancer un dialogue national inclusif entre tous les acteurs des forces vives Maliennes et les partenaires.

 

Ils semblaient suivre un fil conducteur ressemblant à celui proposé par la plateforme d’entente soumise par la médiation précédente, conduite par le cardinal Zerbo, le Patriarche Niaré et le Chérif Ousmane Madani, et que leur avait fait livrer Dr Anasser Ag Rhissa, Président de l’ONG TILWAT International. Cette plateforme d’entente comprend trois points clés, à savoir :

. Une fois qu’ils se seront entendus sur la méthode et le cadre à utiliser, définir à partir des besoins communs des Maliens et des revendications émanant de la crise multiforme à laquelle est confrontée le Mali, une vision, orientée citoyen, pour le développement durable et équitable du Mali en s’appuyant sur le programme qui leur a été soumis.

 

. Opter pour un partage de pouvoirs, compte-tenu de la régionalisation, ET de responsabilités, à travers un gouvernement de large ouverture avec respect des engagements avec un bon choix de Premier Ministre.

 

Excellent choix d’IBK, le Premier Ministre, Dr Boubou Cissé, est un technocrate, non affilié à aucun parti politique.

 

Calme, consensuel et avançant avec méthode, le jeune Premier Ministre, Dr Boubou Cissé, saura faire face aux défis (économiques/financiers, sécuritaires, sociaux, …) en l’épaulant, TOUS (TOUTES), par le respect des engagements des uns (des unes) et des autres, à travers un gouvernement de large ouverture avec respect strict des engagements.

Lancer un dialogue national inclusif entre TOUS les acteurs des forces vives pour décrisper et pour dissiper tous les malentendus issus de la crise multiforme dont la crise politique est une des composantes principales.

Je suis le vrai instigateur de l’idée du dialogue national inclusif. En 2012, 2014, 2015, 2017, 2018 et 2019, j’ai appelé pour ce dialogue national inclusif entre TOUTES les forces vives de la nation.

Il est à noter qu’en plus de la crise politique, se sont ajoutées d’autres crises (sécuritaire, sociale, …) comme je l’avais indiqué lors du débat Africable, en août 2018, pendant lequel j’avais proposé que soit organisée cette médiation, entre IBK et Soumaïla Cissé, dont j’ai assuré les bons offices et l’organisation.

Il convient :

(1) de féliciter cette délégation, conduite par le cardinal Zerbo, le Patriarche Niaré et le Chérif Ousmane Haïdara, pour cette médiation qui a réussie entre IBK et Soumaïla Cissé,

(2) de signaler une nouvelle dynamique apportée par les notabilités de Bamako en direction d’IBK, suite à la marche du 05 avril 2019 organisée par Mahmoud Dicko et le Chérif Bouyé de Nioro. En plus de pointer du doigt les forces étrangères (Minusma, Barkhane), la mauvaise gouvernance et l’insécurité, la doléance principale de cette marche étant la demande de démission du Premier Ministre d’alors, Soumeylou Boubèye Maïga. Les notabilités de Bamako ont sollicité IBK afin, entre autres, qu’il s’adresse aux Maliens compte-tenu des grèves et des crises qui secouent le Mali.

(3) d’indiquer la réception à Koulouba, le 08 avril 2019, à la demande d’IBK, des religieux accompagnés de Mahmoud Dicko ainsi que la délégation précédente.

(4) de préciser qu’IBK s’est adressé aux Maliens pour décrisper la situation et apporter des éléments de solutions face à ces crises et à ces grèves.

Qu’IBK soit remercié ainsi que Mahmoud Dicko (pour son message d’apaisement) ainsi que tous les membres de cette délégation, les religieux et les notabilités de Bamako avec à leur tête le patriarche Niaré sans oublier l’ONG Tilwat International.

  1. Perspectives et Conclusion

 

Certains diront que le vrai instigateur du dialogue national inclusif c’est quelqu’un d’autre, peu importe, l’essentiel aujourd’hui c’est que le Dialogue National ait eu lieu et la moisson (résolutions et recommandations) est excellente.

Au nom du patriotisme, pour la paix et la réconciliation au Mali, ceux qui sont absents de ce dialogue national doivent s’approprier cette moisson et aider à la mise en œuvre de ces résolutions et recommandations du DNI.

Un comité interministériel doit être créé pour coordonner les résolutions et les recommandations issues du dialogue national inclusif sous le leadership du Premier Ministre.

Ce comité pourra être épaulé par le CNCA (sous la présidence de Haut Représentant du Président de la République pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale).

Etant rentré au Mali, il serait judicieux que l’ex Président ATT soit désigné par IBK pour être son Haut Représentant pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale.

L’élément clé c’est la pertinence du leadership et de la composition du comité de suivi/évaluation des résolutions et des recommandations du DNI, qui doit être indépendant.

  1. Contact 

Dr Anasser Ag Rhissa

Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
Président de l’ONG TILWAT International
28 Allée du Roi Arthur 91 000 Evry (France)
E-mail : [email protected]
TEL au Mali : (00223) 78 73 14 61

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct