Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Conseil d’administration de l’ANAM

L’Anam a ténu la 13ème session ordinaire de son conseil d’administration. C’était jeudi dernier dans la salle des réunions de la Maison des ainés en présence de ses administrateurs et de l’ensemble des cadres de la structure.

Au cours de cette session, les administrateurs ont constaté que sur une prévision budgétaire globale de ressources au montant de 2 836 230 211 FCFA, l’Agence a fait une réalisation à hauteur de 2 228 616 968 FCFA à la date du 30 septembre 2017, soit un taux de 78,58%. Ainsi, sur cette exécution budgétaire à mi-parcours, les dépenses sont évaluées à 1 044 199 754 FCFA. Avec ce budget, l’ANAM a pu réaliser un certain nombre d’activités.

Il s’agit de la signature de 566 contrats de performance avec les ASACO ; l’expérimentation de la collecte mobile en temps réels, via tablettes qui ont permis d’immatriculer 2 912 personnes dans les communes pilotes de Mopti et Sikasso. Par ce système d’immatriculation, l’Agence a atteint des résultats comme le paiement par 2 communes de leurs contributions au financement du Ramed au titre de l’exercice 2017 ; la prise en charge gratuite et complète de 146 blessés de conflits armées et de catastrophes etc.

Pour le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Hamadoun Konaté, ces résultats ont été enregistrés grâce à la collaboration de l’Anam avec Jigisemejiri et l’accompagnement de l’Unicef. A ces partenaires traditionnels, s’ajoute le projet mis en place avec l’unité de gestion du Projet de lutte contre le paludisme et les maladies tropicales négligées au Sahel (PPMTNS).Chose qu’a abouti à la signature d’une convention qui permettra à l’Anam de bénéficier plus de 181 millions de FCFA. Nonobstant ces résultats forts appréciables, l’Anam est confronté à des difficultés, l’empêchant de mieux accomplir ses missions.

De celles-ci, nous retenons : la timide mobilisation des contributions des collectivités territoriales au financement du Régime (seules 2 sont à jour de paiement au titre de l’année 2017) ; la rupture de stocks de médicaments en DCI au niveau de certaines structures sanitaires ; le difficile accès de nombre de localités du Nord et du Centre du pays, en raison de l’insécurité etc.

Evoquant les chantiers en cours pour l’Agence, Hamadoun Konaté dira qu’ils se concrétiseront par : l’élaboration d’une stratégie efficace de plaidoyer et de mobilisation des ressources des collectivités et des partenaires ; la mise en place au niveau de chaque région, d’un pool de formateurs, en vue de déconcentrer la mise en œuvre du RAMED dans les régions, cercles et communes et la signature des contrats de performances avec les ASACO, afin de faciliter la mise en œuvre des conventions signées par la Canam au nom de l’Agence.

A ceux-ci, il convient d’ajouter : « l’opérationnalisation du RAMED sur l’ensemble du territoire national ; le renforcement du plaidoyer pour l’acquisition de logistique adaptée pour améliorer les missions d’appui et de suivi des actions ; la modernisation technologique des outils de travail de l’Anam etc. » a signalé le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire.

Béchir Ben Haidara

La Nouvelle Patrie

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct