Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Conférence de presse du gouvernement : PLUSIEURS DOSSIERS COMMENTÉS

La salle de conférence du ministère du Commerce et de la Concurrence a abrité, hier, la traditionnelle conférence de presse du gouvernement. Le modérateur des débats n’était autre que le ministre en charge de ce département et porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le Professeur Samba Ousmane Sow, et le ministre des Collectivités territoriales, Alassane Ag Hamed Moussa étaient les principaux conférenciers.
Au cours de cette rencontre avec les journalistes, plusieurs points ont été abordés, à savoir le retrait du lait en poudre pour bébé du nom de Picot sur le marché. Depuis un certain temps, ce sujet défrayait la chronique. Selon les informations, le lait produit par l’industriel français Lactalis serait contaminé à la salmonellose qui est une maladie infectieuse provoquée par des bactéries de type Salmonella. Il a aussi été question de la décision de suspension du maire de la commune VI, Alou Coulibaly.
Dans son intervention, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a expliqué qu’après avoir reçu l’alerte, le gouvernement n’a pas tardé à procéder au retrait de ce produit depuis le mois de décembre.
«Ayant aussitôt été informé, mon département a fait signe aux services techniques du ministère du Commerce et de la Concurrence et à la direction générale des Douanes. Une équipe a été déployée sur le marché afin de procéder au retrait de ce lait. Grâce à une communication de masse et au renforcement des mesures de surveillance épidémiologique dans toutes les structures sanitaires, notamment aux frontières, nous avons pu retirer du marché près de 9 000 kg de lait Pico », a-t-il déclaré. Le ministre salue, au passage, une bonne collaboration.
Cependant, le Pr Samba Ousmane Sow a indiqué qu’il n’y a jamais eu de confirmation de lait contaminé dans notre pays. Mais plutôt des suspicions.
Le ministre Sow a saisi cette occasion pour saluer la bonne collaboration entre l’Ordre des pharmaciens du Mali et les commerçants qui ont bien voulu mettre leurs stocks à la disposition des services de santé.
Par ailleurs, il soulignera que des mesures sont en train d’être prises pour que conformément aux textes, que l’on puisse procéder à la destruction de ce lait. Et d’ajouter qu’aucun cas suspect ou même d’intoxication n’a été enregistré dans notre pays. Le Pr Samba Ousmane Sow a assuré que son département restera vigilant.
En ce qui concerne le dédommagement, le ministre du Commerce et de la Concurrence et porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, a souligné que la firme a pris la décision de dédommager tous ceux qui ont acheté ce lait de manière légale.
Quant au ministre des Collectivités territoriales, Alassane Ag Hamed Moussa, il a évoqué le communiqué relatif à la suspension du maire de la commune VI.
Il a expliqué que cette décision est due au fait que l’édile aurait fait une demande d’introduction dans le circuit. Dans cette demande, il a mentionné le nom d’une dame dans laquelle il confirme qu’elle est conseillère communale. Après vérification, il s’est avéré, qu’en réalité, elle ne l’est pas. De plus, il a été constaté à plusieurs reprises que le maire a donné des dispenses de paiement de  la Taxe de développement régional et local (TDRL), sans pour autant passer par le conseil communal.
Le ministre Alassane Ag Hamed Moussa a révélé que l’acte du maire de la commune VI a engendré d’énormes pertes en ressources. Selon lui, son acte est contraire à la loi.
«Pire, il a fait des recrutements sans la délibération du conseil communal. Dans tous les cas, même le conseil communal n’est pas habilité à le faire.
C’est une faute grave, raison pour laquelle nous l’avons soumis à la connaissance du conseil des ministres, qui a demandé de prendre des dispositions. Il s’agit de la mesure disciplinaire qui prévoit la suspension pour 3 mois du maire de la commune VI», a-t-il relaté.
En outre, Alassane Ag Hamed Moussa a ajouté que la procédure était en cours depuis un certain temps et que les demandes d’explication ont été envoyées au maire et l’ordre de mission incriminé avec le nom de la dame comme conseillère est déjà là.
«Tous les faits reprochés au maire sont consignés ». La plainte proviendrait d’un groupe de conseillers qui étaient avec lui. Ces derniers n’ont pas apprécié les agissements du maire qui, selon eux, risque de salir l’image du conseil communal, raison pour laquelle ils ont finalement décidé de le dénoncer, a-t-il dit.

Mamadou SY

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct