Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Concours d’entrée à la fonction publique : LES ÉCLAIRAGES DU MINISTRE RAKY TALLA SUR LES RESULTATS

Le ministre du Travail et de la Fonction publique, Mme Diarra Raky Talla, était face à la presse hier pour faire le point des résultats des concours directs de recrutement dans la Fonction publique d’Etat, session de 2017. Ils étaient au total 23. 413 candidats inscrits pour 814 postes à pourvoir répartis entre les différents cadres : l’administration générale, l’agriculture et le génie rural, les arts et la culture, l’action sociale, l’élevage, les eaux et forêts, les industries et les mines, les services économiques, l’informatique, la statistique, l’information et l’audiovisuel, les affaires étrangères et la santé. Toutes les catégories A, B2, B1 et C étaient concernées par lesdits concours.

Selon le ministre, sur les 23 413 candidats inscrits, 21 102, dont 12.643 femmes, soit 53,99% et 127 en situation de handicap (0,54%) ont pris part aux concours. Il est à signaler que 68,74 % des dossiers ont été enregistrés à Bamako.
Les concours se sont déroulés au mois de novembre dernier à Kayes, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao et Bamako. A l’issue des concours, 733 candidats ont été déclarés définitivement admis parmi lesquels 227 femmes, soit 30,96% et 6 en situation de handicap, soit 0,81%.
Aux 733 candidats admis, il faut ajouter 72 candidats dispensés de concours. Ce qui fera au total 805 candidats admis. Le ministre a précisé à ce niveau que les 72 ont été dispensés parce que tout simplement le nombre de candidats était inférieur au nombre de postes à pourvoir.
« Quand c’est le cas, on les dispense du concours. Par exemple, si un candidat se présente pour 8 postes à pourvoir, on déclare le candidat dispensé de concours », a expliqué Mme Diarra Raky Talla.
Et le ministre de signaler que 09 postes sont restés vacants dont 05 pour défaut de candidature et 04 pour défaut de moyenne (la moyenne d’admission étant de 10/20 ou plus). Comme d’habitude, la vérification des diplômes des candidats admissibles a révélé 08 cas de falsification.
Par ailleurs, en marge des concours et en application de l’article 18 du statut général des fonctionnaires, un quota de 5% des emplois à pourvoir a été réservé aux personnes handicapées candidates. Ainsi, a expliqué le ministre, les candidats en situation de handicap ont été classés par ordre de mérite et les 41 premiers sur la liste ont été retenus. Et Mme Diarra Raky Talla a ensuite annoncé que le projet d’arrêté d’intégration dans la Fonction publique d’Etat de ces 41 personnes en situation de handicap est dans le circuit de visa au secrétariat général du gouvernement.
Pour ce cas précis, le ministre a indiqué que c’est une première, car elle ne connaît pas un pays qui accorde 5% des postes à pourvoir aux personnes en situation de handicap. Selon elle, il y a juste des dispositions légales qui incitent à faciliter les choses pour cette couche vulnérable. A court terme, cette stratégie, indiquera Mme Diarra Raky Talla, participera à résorber le taux de chômage des jeunes diplômés vivant avec un handicap. Selon le ministre, les 814 emplois mis en compétition doivent induire une masse salariale annuelle de 1.309 413.642 Fcfa.
Quant aux concours professionnels d’avancement de catégorie, 250 emplois à pourvoir ont été mis en compétition et répartis entre différents cadres et ont concerné les catégories de C à B1 (135) et de B1 à B2 (115). A ce niveau, les concours se sont déroulés également au mois de novembre à Bamako, centre unique. Sur les 2.359 candidats inscrits, 2.092, dont 1.319 femmes, soit 55,91% ont pris part aux concours. A la fin, 226 candidats ont été déclarés définitivement admis, dont 107 en catégorie B2 et 119 en catégorie B1. Ici également, il est à noter que 78 candidats admis sont des femmes, soit 34,51%. Là aussi, sont restés vacants 24 postes dont 14 pour défaut de candidature et 10 pour défaut de moyenne.
Le ministre a par ailleurs souligné que conformément à la volonté du président de la République de créer 200 000 emplois, le gouvernement a consenti de gros efforts pour rehausser le montant de l’enveloppe destinée au recrutement de nouveaux agents dans la Fonction publique d’Etat. C’est ainsi que le montant de l’enveloppe destinée au recrutement dans le secteur de la santé est passé de 600 millions de Fcfa en 2016 à 1 milliard 62 millions de  Fcfa en 2017. Y a-t-il eu une discrimination positive en faveur des femmes lors de ces concours ? Le ministre répondra « qu’il n’y a pas de quota de femmes dans la Fonction publique. Je pense que les politiques de promotion des femmes ont produit leur effet».

Mariam A. Traoré

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct