Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

CABLEGATES ou les murmures de l’oncle SAM : Les sources de l’instabilité dans le Sahel (1ère Partie)

La frontière sud de l’Algérie, distante de 2 600 kilomètres, est une préoccupation pour les planificateurs d’Alger depuis l’indépendance du pays en 1962. Les enlèvements, les activités de contrebande, le trafic de drogue et d’armes et le terrorisme sont les manifestations modernes d’un vieux problème : comment contrôler un vaste territoire abritant plusieurs populations dispersées, culturellement et linguistiquement distinctes, et où la contrebande et la liberté de mouvement entre les frontières ont été un mode de vie pendant des siècles ?

rebelle touareg cma mnla combattant soldat militaire tire roquette sahel kidal tombouctou gao

En mars 2009, une délégation de l’ambassade américaine en Algérie s’est rendue à Tamanrasset et Djanet. Les responsables locaux, les dirigeants Touaregs et les hommes d’affaires ont partagé leur point de vue sur l’instabilité au Sahel, sur les activités de contrebande et d’enlèvement dans la région et sur les mesures prises pour éviter la déstabilisation du Sud de l’Algérie.

Abdelkrim Touhami est un instituteur retraité qui a passé neuf ans à Agadez, au Niger, en tant que vice-consul algérien. Lors d’une réunion à Tamanrasset, M. Touhami a décrit le Sahel comme une région où l’instabilité est due à la pauvreté, à la faiblesse des institutions gouvernementales et à l’absence de contrôle du pouvoir central. Les conflits armés dans le nord du Mali et du Niger, a-t-il affirmé, étaient des conséquences directes du sous-développement qui, jusqu’à sa résolution, laisserait la région exposée à la violence et aux activités criminelles. C’est dans ces conditions que les terroristes arabes d’AQMI ont pris racine. Selon lui, les périodes prolongées de sécheresse dans la région ont réduit la superficie des terres propices à l’agriculture et à l’élevage, ce qui signifie moins de sources traditionnelles de revenus et d’emplois pour les tribus Touaregs nomades.

Un afflux croissant d’immigrants d’Afrique subsaharienne, déplacés par la sécheresse et les conflits, a exacerbé la situation et envoyé des milliers de migrants supplémentaires vers le nord en Algérie. En tant que porte d’entrée naturelle du Maghreb, Tamanrasset a vu sa population augmenter considérablement. La scolarisation des enfants nomades est devenue plus courante ; Cependant, bon nombre des compétences acquises ne conviennent pas à un mode de vie nomade. Pris ensemble, Touhami a dit, ces tendances ont rendu la vie nomade impraticable.

A Tamanrasset, le leader touareg Mokhtar Zounga, a expliqué que les Touaregs se définissaient plus, par qui ils ne sont pas que par qui ils sont. Comme les Berbères, a-t-il dit, les Touaregs sont un mélange d’ethnies et, en tant que tels, se considèrent comme « non arabes » et « non noirs africains ». Ahmed Edaber, leader des Touaregs de Kel Ahaggarnous a dit que les Touaregs algériens n’avaient aucun lien avec le terrorisme, expliquant qu’une telle affiliation « n’est tout simplement pas dans notre intérêt ». En ce qui concerne les passeurs et les trafiquants de la région, Edaber a insisté sur le fait que ces groupes ne sont pas « leur Touaregs », mais plutôt des tribus arabes et des réseaux criminels d’Africains subsahariens. Le maire de Tamanrasset, Ahmed Benmalek donna une évaluation similaire, accusant les Africains subsahariens plus que tout autre groupe : « Pendant des siècles, les Maures ont contrôlé la contrebande dans la région. Les Touaregs algériens ne sont pas impliqués ».

Touhami offrit un profil plus nuancé des preneurs d’otages et des contrebandiers. Les routes commerciales qui reposent sur le troc continuent de prospérer au Sahel, offrant une stabilité économique ainsi que de nombreuses possibilités de contrebande. Touhami a cependant averti que l’hypothèse selon laquelle tous les passeurs ont des liens avec des groupes extrémistes est dangereuse et trompeuse. Il a dit que le commerce illégal n’est contrôlé par aucun groupe. Par exemple à Agadez, les Touaregs, les Arabes, les Camerounais, les Congolais et les Tchadiens trafiquaient du gaz, des cigarettes et une variété d’autres produits de contrebande.

La plupart des trafiquants au Sahara n’étaient que des opportunistes économiques : « Ils savent que ce qu’ils font est mauvais, mais ils voient une opportunité et en profitent pour survivre ». Touhami a ajouté qu’un sous-ensemble plus petit et plus radical du commerce de contrebande était responsable des enlèvements, de la contrebande d’armes et du trafic de drogue. Ces éléments marginaux, a-t-il dit, ne provenaient pas d’un seul groupe mais d’une section transversale, avec pour thème commun l’utilisation des problèmes de développement comme couverture politique pour des opinions extrémistes importées de l’extérieur du Sahel. Touhami a déploré le fait que les paiements de rançon aient été contre-productifs, créant un “marché” pour de futurs enlèvements et attirant plus de contrebandiers vers ces activités.

Amadou O. Wane

Collaborateur externe,

Floride, Etats-Unis

[email protected]

Source: infosepte mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct