Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Affaire des 27 milliards de Soumaila Cissé: l’URD ne dissipe pas l’embarras

Comme attendu, dans ce ténébreux dossier, lié aux forages fictifs, dans lequel Soumaïla CISSE, président de l’URD, et non moins chef de file de l’opposition malienne, est le principal mis en cause, avec en toile de fond le transfert douteux de 27 milliards de francs CFA, à son profit, de la BCEAO à ECOBANK, c’est le très actif Me Demba TRAORE, secrétaire à la communication, avocat de son état, qui a cru devoir réagir en lieu et place de l’intéressé, dont il laisse entendre à son sujet qu’il est en mission à l’extérieur du pays. Une réaction qui est loin de dissiper toutes les zones d’ombre de cette sulfureuse affaire, révélée par un journal Sénégalais et relayée par votre quotidien préféré, Info-Matin. Une gestion opaque non élucidée…

soumaila cissé depute assemblee nationale chef opposition urd

En l’absence de Soumi champion, président de l’Urd, et chef de file de l’opposition, dont on s’empresse de faire passer en mission à l’extérieur du pays, notamment au parlement panafricain en Afrique du Sud, c’est le très actif Me Demba TRAORE, secrétaire à la communication du parti, et avocat de son état, qui a cru devoir agir en lieu et place de l’intéressé, principal mis en cause. En effet, dans sa parution de lundi 2 mai dernier, votre quotidien préféré, Info-Matin, titrait à la Une : « Affaire des forages fictifs : La France bloque 27 milliards de Soumaila Cissé ». L’information, révélée par notre confrère sénégalais « L’Observateur » dit clairement que la France, à travers l’AFD, vient de bloquer un transfert de 27 milliards francs CFA de la BCEAO à ECOBANK du chef de file de l’Opposition, l’honorable Soumaila CISSE, au moment où il présidait les destinées de la Commission de l’UEOMA. Selon le confrère sénégalais, l’argent a été bloqué, au moment où l’Agence française de Développement (AFD) réceptionnait l’audit qu’elle avait commandité sur l’argent de financement des forages que l’UEMOA devrait réaliser dans ses États membres. Une bien sale affaire pour un homme politique, dont la réputation s’est bâtie au fil du temps, sur l’invective politique à l’encontre du gouvernement et de la majorité présidentielle.
Pour une accusation aussi grave qu’un détournement estimé à 27 milliards de nos francs, consécutif à la gestion opaque et sulfureuse d’un homme politique à la tête d’une institution communautaire, il est clair que ce n’est pas par un avilissant fétichisme des mots qu’on pourra facilement dissimiler les principales interrogations qui s’y posent. Me Demba TRAORE, en laissant passer Soumi champion en mission à l’extérieur du pays, n’enlèves-en rien à la responsabilité de ce dernier de s’expliquer vis-à-vis de l’opinion publique sur la gravité des charges qui pèsent sur lui dans ce dossier. Interpellé face à ce devoir républicain, de donner immédiatement et sans détour des explications sur sa gestion, ainsi décriée par les médias, Soumaïla CISSE, ne serait-ce que par respect à l’égard de ses concitoyens et à l’ensemble des populations des pays membres de l’UEMOA, ne saurait se taire sur ces faits de gestion gravissimes qui reviennent et repartent, avec chaque fois de nouveaux segments encore plus incriminants que les autres, dans la presse régionale et internationale.
Plus que quiconque, en tant qu’avocat, Me Demba TRAORE sait bien que la responsabilité pénale est personnelle. Au-delà de la pure invective politique, à laquelle bon nombre de politiciens se sont spécialisés, ces derniers temps, il est évident que dans ce ténébreux dossier, Soumaïla CISSE ne saurait justifier une quelconque mission à l’extérieur pour se tenir éloigner de ces casseroles financières et comptables autour de sa gestion à la tête de la commission de l’UEOMA. Me Demba TRAORE, aussi virevoltant avocat qu’il, sait pertinemment qu’en dehors de toute procédure criminelle ouverte dans cette affaire, à l’issue de laquelle il pourra tenir son rôle de défenseur, c’est la responsabilité politique d’un homme, de surcroît chef de file d’opposition, qui est entièrement engagée dans cette sulfureuse affaire de forages fictifs. À charge pour lui de s’en expliquer sur ses moindres détails au risque de perdre à jamais sa crédibilité publique. Pour cela, il ne s’agit pas seulement, des militants, sympathisants de l’URD et autres amis de l’honorable Soumaïla CISSE, comme le prétend le communiqué signé par le secrétaire à la communication, mais tous les Maliens, voire l’ensemble des populations des pays membres de l’UEMOA, qui ont absolument besoin d’apprendre de ce dernier, les explications attendues sur cette sombre affaire de détournement d’argent, qui a déjà fait le tour du monde.

Mohamed D. Diawara

Source: info-matin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct