Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

252 migrants secourus à Tripoli

Samedi 10 mars 2018, près de 252 migrants ont été secourus sur les côtes libyennes. Ils tentaient une traversée de la Méditerranée pour rejoindre l’Europe.

Les garde-côtes libyens à travers deux opérations distinctes ont pu secourir plusieurs migrants le week-end dernier. La première opération s’est effectuée à 45 km de Tripoli. Selon le capitaine, Rami al-Hadi Ghomed, de cette équipe de sauvetage, il s’agit de 140 migrants parmi lesquels 14 femmes et 4 enfants. Cela s’est passé à « 16 milles marins au nord de Zawia » (ville à l’ouest de Tripoli). Amenés à la base navale de la capitale libyenne pour des soins, les secourus ont été vite transférés vers un centre de rétention de Tajoura.

La deuxième opération se passe cette fois-ci à Garaboulli. Dans cette ville située à 60 km à l’est de Tripoli, 112 migrants, dont 30 femmes et 3 enfants ont été secourus samedi. D’après le général Ayoub Kacem : « Les migrants, originaires de pays africains (…), ont bénéficié de soins médicaux avant d’être transférés au centre de rétention de Tajoura. »

La Libye semble être la destination privilégiée des migrants africains pour rejoindre l’Europe. De la Libye, ils tentent la traversée de la Méditerranée pour aboutir sur l’Italie dont les côtes sont à quelques kilomètres seulement de celles de la Tripoli. Cette ville arabe est pour les migrants une sorte de frontière. Certains prennent assez de temps pour travailler afin d’avoir les prix du passage de la mer.

Un secouru du samedi dernier, Sunday Adeleghe, Nigérian de 42 ans, s’explique sur ces propos : « J’ai quitté mon pays en juin. (…) Je ne pouvais pas rentrer au Nigeria sans rien. » Il poursuit en ajoutant : « Je me suis mis à laver des voitures pour économiser de l’argent pour ma famille. » Il termine ses propos par un cri de cœur à l’égard des dirigeants de  son pays : « Si nos gouvernants étaient bons pour nous, les Nigérians ne quitteraient pas leur pays. » Alors, que les dirigeants trouvent des moyens pour créer des emplois afin de diminuer ces drames.

Fousseni TOGOLA

Source: Le Pays-Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct