Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Tenue de la CAN MARACANA au Mali : Le lobbying payant du ministre des sports et du président de la FIMA

Le Mali abrite depuis le 16 octobre dernier la 6e édition de la coupe d’Afrique des nations de Maracana. Cette compétition qui prend fin ce dimanche 22 octobre regroupe la Côte-d’Ivoire, le Niger, le Bénin, la Guinée, le Togo, le Burkina Faso, le Niger, la France, le Canada, le Cameroun et le Mali. Pour cette cérémonie d’ouverture qui a eu lieu le 18 octobre dernier, on note la présence de plusieurs personnalités politiques et sportives.

 housseini amion guindo poulo ministre sports

Du maire de la commune IV en passant par le président du COCAN local, du président de la fédération internationale de Maracana(FIMA) et du représentant du ministre des sports, tous se sont réjouis de la ténue de cette coupe d’Afrique des nations au Mali malgré les vicissitudes de l’histoire récente du pays. Si cette 6e édition a pu se tenir au Mali c’est grâce au lobbying du ministre malien des sports, Housseini Amion Guindo qui a rassuré le président de la fédération internationale de Maracana, Bleu Charlemagne que le Mali est un pays sûr et fréquentable malgré les soubresauts des événements de 2012.

Convaincu des propos rassurants et responsables du ministre malien des sports et de l’adhésion et du soutien sans faille du président de la république, Son Excellence, Ibrahim Boubacar Keita, le président de la FIMA n’avait eu aucune peine à convaincre l’ensemble des pays membres plus particulièrement ceux Européens et Américains de venir competir au Mali.  Après plusieurs mois de campagne de communication, d’information et de sensibilisation avec l’aide  des médias occidentaux, ces pays ont finalement accepté de venir d’où la joie et la fierté de Bleu Charlemagne. Deux catégories seront à l’honneur à savoir les Vétérans et les Séniors repartis respectivement en deux poules.

Ainsi les équipes s’affrontent en éliminatoire directe jusqu’en finale prévue le 22 octobre prochain. Pour la cérémonie d’ouverture, la fête fut belle avec le défilé des équipes participantes suivi de l’hymne national de tous les pays présents. Tout cela a été agrémenté par la prestation de la troupe Tiéblétiè de Kolokani. A noter qu’une minute de silence a été observée à la mémoire de tous les maracaniers disparus de tous les pays membres de la fédération internationale de Maracana. Tous les matches se jouent au palais des sports ACI 2000 d’Hamdallaye.

FEMAFOOT : L’analphabète Ousmane Diakité ‘’Maraka’’ fait parler de lui encore

Décidément le ridicule ne semble plus tuer certains maliens malgré qu’ils soient des dignes dans ce pays. Parmi ces maliens figure l’analphabète Ousmane Diakité dit ‘’Maraka’’, président des supporters du stade malien de Bamako qui veut enseigner les statuts et règlement qu’il ne sait lire ni écrire. Par rapport en cas de non achèvement du championnat voici ce que dit l’article 73.4 des statuts et règlement de la FEMAFOOT de 2011  « En cas de non achèvement du championnat national pour une cause quelconque, le titre de champion est déclaré vacant ».

En effet lors de l’une de ses interventions sur deux radios de la place le 19 octobre dernier, le premier responsable des supporters des Blancs de Bamako s’est brusquement transformé en juriste pour expliquer les statuts et règlements de la fédération malienne de football. C’est ainsi qu’il aurait déclaré que si le championnat national ne venait pas à s’achever, le titre de champion reviendrait au leader du championnat c’est-à-dire au Stade malien de Bamako. Tout le monde allait croire à ‘’Maraka’’ s’il était d’abord un intellectuel à la rigueur un lettré ou bien s’il avait cité l’article stipulé dans les statuts et règlement de la fédération malienne de football approuvés et adoptés les 21 et 22 Mai 2011. Mais hélas cet homme est connu pour être un des plus grands analphabètes notoires qui dirigent les supporters d’un grand club comme le Stade malien. ‘’Maraka’’ l’a d’ailleurs démontré lorsqu’il a déclaré  qu’un club de la place (il s’agit du Djoliba même s’il n’a pas cité le nom) a été sacré champion alors que le championnat ne s’est pas achevé. Ce qu’il ne dit pas c’est l’année où Amadou Diakité était président de la fédération malienne de football (1992-2002). Mais ce que cet analphabète doit comprendre c’est que les statuts qui géraient le football malien au moment des faits sont différents ont été abrogés et remplacés par les statuts et règlement de 2011 qui stipulent en son article 73.4« En cas de non achèvement du championnat national pour une cause quelconque, le titre de champion est déclaré vacant ».

A bon entendeur, Salut !

Saïd   

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct