Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Ténenkou (Centre du Mali) : Le retour du cheptel dans le bourgou a perdu de son faste

Depuis quelques années, en raison du contexte sécuritaire dans le Cercle de Ténenkou, dans le Centre du Mali, les retours du cheptel dans le bourgou (zone de riches pâturages) ne sont plus célébrés avec faste. Il n’y a plus ni flûte, ni tam-tam, encore moins de chants pour fêter ces événements. L’insécurité qui sévit, dans le Centre du Mali, est passée par là.

 

Cependant, la mobilisation populaire reste toujours grande puisque la majorité des communautés vivant ici s’identifie à cette activité culturelle devenue une tradition ancestrale.

Chaque année, dans le Cercle de Ténenkou, zone agro pastorale en zone inondée de la Région de Mopti (Centre), à l’approche de l’hivernage, tout le cheptel remonte vers le Méma ou dans le Sahel, à la recherche de pâturages. Cette période coïncide avec la crue, période pendant laquelle il y a trop d’eau et de moustiques dans le bourgou.

Ce départ massif des bêtes et de leurs bergers suscite énormément d’émotions, parce que les hommes vont abandonner femmes et enfants, pendant plusieurs mois.

C’est après la décrue que tout le cheptel rebrousse chemin, pour retourner dans le bourgou. Ces retours, par contre, suscitent énormément de passions. Ils donnent lieu à des réjouissances populaires qui, dans le temps, pouvaient durer plusieurs semaines.

Les différentes traversées d’animaux, notamment celle de Diafarabé, avec son mythique Djaraal n’ont plus la saveur d’antan. Elle ouvrait le bal des retours d’animaux dans la zone, puis s’enchaînaient d’autres comme celles de Kora, de Sabaré jusqu’à Toguére Coumbé.

Tous les cheptels avaient un itinéraire précis et traditionnel qui date de très longtemps. Depuis le début de la crise sécuritaire, certains cheptels ont changé de chemin par peur et crainte de faire de mauvaises rencontres ou du fait des restrictions sécuritaires. Par exemple, le cheptel de Salsalbé, qui constitue l’un des plus gros troupeaux du Cercle de Ténenkou, passait auparavant par la ville de Ténenkou, avant de continuer sur Koubi, à une dizaine de kilomètres de là. Elle traversait le fleuve pour retrouver ses terres.

Aujourd’hui, ces troupeaux contournent la ville de Ténenkou et passent par Daga, dans la Commune de Sougoulbé, puis vers Diaka, avant de rejoindre Koubi. Seuls les troupeaux de Thioubi passent par Ténenkou.

Dans la Commune de Diondiori, également, le cheptel de Teti ne peut plus passer par l’itinéraire habituel. Les bergers et leurs troupeaux ont été interdits de passer à quelques encablures de Diondiori.

Quel qu’en soit leur quotidien actuel, les populations du cercle de Ténenkou restent attachées par ce retour massif d’animaux. Un retour qui impacte fortement les différents marchés à bétail du Cercle, très bien ravitaillés en cette occasion, et à très bon prix.

Cette période de retour des animaux, de l’avis de tous, constitue un bon moment dans le Macina, avec l’abondance de poissons et de riz.

AMAP-Ténenkou

Source : (AMAP)

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct