Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Soumeylou Boubeye Maiga : Un « Tigre en papier »

Les situations amères dans lesquelles baigne présentement notre République, nous amènent à douter des talents qu’on attribue à tort et à travers au Premier ministre, SoumeylouBoubeyeMaiga. Cet homme désigné comme un « Tigre » est aujourd’hui moins qu’un « Papier », c’est un « Tigre en Papier ».

Certaines montagnes n’en sont pas une car une falaise vaut mieux qu’elles. Aucune date, aucun moment n’est lointain pour celui qui est appelé à vivre longtemps, dit-on, ou encore avec l’âge, nous sommes appelés à voir des choses que nul ne pouvait imaginer. Appelé par tous le « Tigre » parce que considéré comme capable de réaliser l’irréalisable, d’avoir un comportement hors du commun, doté d’un savoir lui permettant de mieux contrôler toute personne, le Premier ministre malien, après avoir réussi à truquer l’élection présidentielle en faveur de son mentor de chef d’État sortant, se trouve maintenant devant l’évidence. Le temps est meilleur juge, aime-t-on dire. Cet adage se confirme de plus en plus au Mali avec SoumeylouBoubeyeMaiga, le « Tigre » malien. S’il a pu organiser l’élection présidentielle dernière sans grands incidents, il faudrait remarquer, qu’aujourd’hui, le « Tigre » ferait bien de renoncer à cette dénomination, actualités du pays obligent.

En effet, « Le Tigre » se trouve mené et malmené par ceux qu’il considérait comme des biches. Des grèves intempestives pratiquement dans tous les secteurs d’activités, réclamant non pas des améliorations de conditions de travail, mais des arriérés à l’État. Quant aux magistrats, ce n’est plus seulement une grève car ils sont à couteaux tirés avec les autorités. Les départements ministériels prévoient également de déclencher une grève dans les prochains jours. Pire, la semaine dernière, le Secrétariat général de la Présidence de la République a annoncé dans un communiqué qu’il y a une impossibilité d’assurer la dotation hebdomadaire en carburant des agents qui y sont en activité.

Tous ces faits se passent pendant que le Premier ministre incontestable, parce que possédant des talents tant vantés par certains, se trouve encore au pouvoir, pendant que d’autres, comme les magistrats, vont jusqu’à revendiquer la démission du « Tigre ». Alors, on se demanderait, si le « Tigre » aurait finalement perdu sa « tigritude », pour paraphraser l’écrivain nigerianWole Soyinka, lequel nous apprend que « Le Tigre ne déclare pas sa tigritude », mais il tue sa proie et la mange.

En tout cas, tous ces faits qui secouent la République nous amènent à douter de la compétence, de la force du grand « Tigre » malien qui a fini par devenir un « papier ». Ne faut-il pas l’appeler, dorénavant, le « Tigre en Papier »?

Bassaro

Le Démocrate

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct