Au cimetière d'Hamdallaye: ATT dans sa dernière demeure

Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

PHARMACIE POPULAIRE DU MALI : Une gestion controversée

Chose promise, chose due ! Comme annoncé à nos lecteurs lors de notre précédente édition, nous revenons sur le prétendu Conseil d’administration de la Pharmacie populaire du Mali, objet de nombreuses questions sans réponses, tant des zones d’ombre persistent.

A l’occasion de la 86ème Session du Conseil d’administration de la Pharmacie populaire du Mali (Ppm), tenue le 20 février dernier, le Pdg de cette boîte s’est attribué un prétendu résultat positif sur l’année 2019 (un bilan annuel) alors qu’au 31 décembre il n’avait pas fait 9 mois aux affaires. Un résultat qu’il faut d’ailleurs prendre avec des pincettes parce qu’entouré de beaucoup de zones d’ombre.

L’ex-Pdg, Moussa Sanogo, a une part de responsabilité dans ce bilan pour avoir exercé en tant que Pdg durant quatre mois de l’année écoulée, avant d’être remplacé par Mamady Sissoko, celui-là même qui se targue de réveiller enfin la PPM après 2 ans de résultats négatifs de gestion de son prédécesseur. Déjà donc, le bilan 2019 est à l’actif de Moussa Sanogo qui avait tout planifié et exécuté.

Par ailleurs, plusieurs cadres de la Ppm auront raison de douter de ce bilan car l’actuel Pdg ne peut pas parler de bénéfice en ce moment, puisqu’il faudra attendre le dépôt du bilan certifié par le commissaire aux comptes. Ce qui se passe en juin. Cela veut dire qu’il déclare un bénéficie, sans que le bilan ne soit déposé pour certification.

Si c’est le cas, on ne pourrait occulter une grosse erreur de gestion. Si c’est fait sciemment, en toute connaissance de cause, ceux qui parlent de poudre aux yeux n’auront pas tort, puisque cette machination ne vise qu’à faire mousser les choses pour laisser se tasser, bien au fond, une situation loin d’être reluisante.

Qu’on aille dire aux structures hospitalières qu’à la Pharmacie populaire du Mali tout va bien comme dans le meilleur des mondes. C’est pour provoquer leur colère, si l’on sait que, même les kits de césarienne, la Ppm a du mal à les livrer dans les délais requis.

L’on comprend donc tout cet empressement à tenir un Conseil d’administration ou tout est réglé et sur mesure, comme le ferait un metteur en scène pour une pièce de théâtre.  En effet, comment peut-on déclarer si rapidement un bénéfice énorme, alors que, jusqu’à présent, l’exercice 2018 n’est pas encore certifié, a fortiori celui de 2019 ?

En 2018, il y a eu un changement de commissaire aux comptes en milieu d’année, le nouveau ayant pris le temps de repasser les écritures pour sortir le bilan 2018.

Comme nous l’écrivions dans notre édition de la semaine dernière, l’autre fait marquant de cette session du Conseil d’administration convoqué par l’actuel Pdg, c’est l’inscription de l’adoption de l’organigramme à l’ordre du jour dudit Conseil, alors que ledit organigramme n’a pas été au préalable soumis aux agents pour validation interne. Une surprise pour beaucoup de cadres !

En effet, comment le Pdgpeut-il présenter un organigramme au Conseil d’administration, puisque l’organigramme ne peut être un document détaché du Manuel de procédures de gestion qui a été soumis en 2018 aux travailleurs, validé par les administrateurs de la Société et soumis à la validation du Contrôle général des services publics ? La Commission nationale de validation de ce service a planché sur le Manuel de procédures y compris le nouvel organigramme. Il ne reste donc que le retour pour appliquer ce manuel validé et le nouvel organigramme. C’est ça la démarche administrative normale et légale. Pour ce prétendu organigramme que le PdgMamady Sissoko a présenté, il devra surtout dire aux travailleurs,qui a réalisé la consultation qu’il a inventée et combien cela a-t-il coûté.

Preuves de nos allégations, nous publions le facsimilé de la lettre du 21 février 2018 par laquelle le Contrôleur général des services publics invite le Pdg de la Ppm « à désigner un cadre de son service devant participer à la réunion de validation dudit Manuel de procédures. »

Amadou Bamba NIANG

Source: Aujourd’hui Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct