Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Modibo Fofana, président de l’Appel Mali : « Nous sommes de la presse. On est différent des vidéastes »

A l’occasion de la semaine nationale de la presse, organisée par la Maison de la presse, l’Association des professionnels de la presse en ligne au Mali (Appel-Mali) a organisé une conférence sur le thème :  » Professionnels de la presse en ligne et Producteurs de contenus de médias sociaux; différence et complémentarité face au défi d’informer ». Occasion pour le président de l’organisation, Modibo Fofana, de rappeler la différence entre la presse en ligne et les réseaux sociaux.

 

Désormais plus de confusion au Mali : un journaliste en ligne est diffèrent d’un vidéaste ou d’un videoman, selon le terme approprié. Vendredi 7 mai 2021, le président d’Appel Mali, Modibo Fofana et son équipe, ont clarifié la différence entre les deux domaines. Phénomène très répandu aujourd’hui au Mali, comme ailleurs sur le continent, l’utilisation des smartphones et l’audience gagnée par les influenceurs et autres activistes sur les réseaux sociaux a tendance à semer la confusion. Or, selon M. Fofana, lorsque l’on parle de médias sociaux, cela regroupe tous les sites internet. Les médias sociaux vont permettre de publier des articles, des images, des vidéos, de partager une opinion, de parler avec d’autres utilisateurs, etc.

Contrairement à la presse en ligne, ajoute-t-il, le réseau social n’est ni une fonctionnalité ni une application, mais c’est un site internet. « Ce dernier a pour but de mettre en relation les personnes inscrites sur le même site internet. Aujourd’hui, il permet à des gens de faire des vidéos et des publications surtout avec Facebook, où ils ont une grande audience. Mais si Facebook ferme où iront-ils ? », s’interroge le second conférencier, Assan Koné, membre de l’Appel Mali et directeur de publication du site Notrenation.com.

Il précise qu’un média en ligne est un journal animé par des journalistes reconnus comme tel conformément aux textes en vigueur selon le pays et les textes spécifiques régissant la corporation. « Ils sont différents des producteurs de contenus sociaux. Mais un journaliste peut être un acteur des réseaux sociaux et demeurer journaliste. Par contre un acteur des réseaux sociaux ne peut être un journaliste sauf s’il accepte de se reconvertir et de remplir les critères» , affirme M. Koné.

Des liens malgré la différence

Salif Diarrah, directeur de publication du site Maliactu.net et expert en journalisme web, a fait le lien entre les réseaux sociaux et les médias en ligne. Selon lui, l’objectif des médias en ligne n’est pas de faire des directs sur les réseaux sociaux, mais d’être présent pour faire de l’audience et attirer les lecteurs vers la plateforme propre au journal.

« Nous avons un modèle économique basé essentiellement sur Google ad sens qui est rentable pour les sites très visités. Il y a aussi les publicités dont bénéficient les médias traditionnels. Nous ne sommes pas dans la course au scoop, mais dans l’exercice du métier », précise M. Diarrah. Et de déclarer : « L’information est importante et capitale, tout le monde ne doit pas le donner jusqu’à un certain niveau ».

Appel Mali : une faitière ouverte à tous les professionnels 

Il faut rappeler qu’Appel Mali a été créée en 2014 par les professionnels des médias en ligne pour organiser le secteur. Selon l’actuel président Modibo Fofana, depuis cette date l’association se bat pour assurer une formation de qualité aux médias en ligne au Mali. « Nous avons organisé beaucoup de formation sur l’écriture web, la lutte contre les Fakes news, l’investigation, etc ». Aussi, dit-il, Appel a mis en place une commission d’auto régulation pour pallier au manque de textes régulant le secteur dans le pays. « Nous intervenons pour le respect de la déontologie et l’éthique du métier de journalisme dans le pays. Nous avons déjà eu à tout mettre en œuvre pour faire retirer certains articles durant l’élection présidentielle dernière », rappelle M. Fofana. « Nous avons aussi élaboré un projet de texte avec le soutien de la Fondation Friedrich Ebert qui n’est toujours pas validé. Le processus est en cours et nous avons le soutien de la Maison de la presse et la Hac ».

Bientôt, promet Modibo Fofana, la charte élaborée pour le respect de la déontologie et de l’éthique, sera signée par l’ensemble des acteurs du médias en ligne. « Tout le monde sera invité même ceux qui ne sont pas encore membres de l’Appel. Nous ne sommes fermés à personne, mais on accepte que ceux qui opteront pour le professionnalisme », a insisté M. Fofana.

Abdoul K. Konaté

Source : 30minutes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct