Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali : le come-back de l’Imam politique et intrigant !

Ce dimanche 28 novembre, à l’issue d’une intense journée de prières  et de bénédictions pour le Mali, avec  ses milliers de fidèles, l’Imam Mahmoud Dicko s’est adressé à la presse. Le Guide religieux mais aussi l’Homme  politique  important  du Mali,  a vivement dénoncé la campagne médiatique tendant à le discréditer auprès de l’opinion nationale.  L’ancienne Autorité morale du M5-RFP  se  défend vivement contre les  « allégations calomnieuses »,  via  les réseaux sociaux,  qui affirment  son accointance avec la France pour la déstabilisation du Mali.

À l’aide de cette ultime  tribune médiatique, l’Imam de Badalabougou  essaye  de clarifier  pour l’opinion nationale  sur  ses relations aussi controversées que tumultueuses avec  les différents pouvoirs déchus du Mali. « A tous les régimes qui ont été déchus, j’ai été le premier à les alerter de changer leur mode de gouvernance, et ils ne m’ont pas écouté. Plutôt ils m’ont traité comme leur ennemi», a-t-il regretté.

Pour autant, l’Imam et l’Homme politique malien a décidé de faire son come-back politique. Et,   estime, en tant que malien et Imam, qu’il ne doit  pas  rester bras croiser. Plutôt,  il doit continuer, comme d’habitude,  de rencontrer  les Autorités politiques  de son pays  afin de pouvoir les conseiller.  D’où ses tentatives, jusque-là, infructueuses   de rencontrer  le Colonel Assimi.  Ainsi,  d’après l’Imam de Badalabougou, depuis le deuxième coup d’Etat, le président de la Transition  et son PM Choguel n’ont   jamais voulu lui  rencontrer.  Cela, malgré qu’il ait  même entamé une démarche officielle avec le Président du Haut Conseil Islamique (HCI) et l’Archevêque de Bamako.   Est-ce  donc la vraie raison  de  son  cinglant réquisitoire contre la gestion des  Autorités de la Transition dans lequel, il  avertit   avec  véhémence  qu’il demeure un acteur   politique important de son pays ?

Pour avoir  longtemps flirté  avec les précédents  pouvoirs politiques de son pays,  il s’avère que l’Imam Dicko est une personnalité politico-religieuse avisée  que redoutable.  Cette réalité,   déjà avérée par l’histoire politique du Mali, l’Imam de Badalabougou  en est convaincu. C’est pourquoi, il ne cesse de se vanter,  dans  ses sorties médiatiques,   qu’il a  toujours  joué  les premiers  rôles  dans les changements politiques survenus au Mali.  Il a été dans toutes les intrigues politiques du Mali. Notamment depuis le  règne  d’ATT, en passant par la parenthèse  du  coup d’Etat d’Aya Sanogo, l’accession et la chute d’IBK,  jusqu’aux mésaventures  de Bah N’Daw. L’Imam serait-il investi d’une mission sacrée  pour manager les Autorités politiques de son pays ?

De toute façon, à  défaut de pouvoir rencontrer  Col Assimi,  l’ancienne Autorité morale du M5-RFP   n’économise pas ses critiques et conseils à l’endroit de la Transition.  Dont Il dit s’inquiéter  sur sa trajectoire. Mais, tout  en déplorant le bras de fer entre les Autorités de la Transition,  sous la diligence du PM Choguel,  avec la Communauté Internationale, l’Imam de Badalabougou  montre  cas même pattes blanches.  Pour plaider  publiquement auprès de la CEDEAO afin que  celle-ci  soit  « clémente »  pour le peuple meurtri du Mali. Espérons que l’Imam Dicko  soit entendu par le syndicat des Chefs d’Etat de l’organisation  sous régionale ouest africaine !

Gaoussou Madani Traoré

Source : Le Pélican

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct