Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

LA PLATEFORME «UN MALI D’AVENIR» ACCUEILLE UN PREMIER PARTI EN SON SEIN

La Convergence pour la République du PM Abdoulaye Idrissa Maïga

 Ce parti a vu le jour le 20 mars 2021. La plateforme «Un Mali d’Avenir» née quelques jours auparavant est lancée pour accueillir des regroupements politiques, des partis politiques et des associations partageant les mêmes idéaux. Ainsi, Abdoulaye Idrissa Maïga affûte ses armes pour la présidentielle à venir.

 

Un parti de plus ? Encore ? Quand on connaît un peu le Premier ministre Abdoulaye Idrissa MAIGA, la réponse est tout de suite « Non ». Car l’homme est loin d’être un dandy qui fait pour la forme ou vient en chercheur d’or qui vient tenter la chance pour voir. Comme  tout le monde. Au contraire, il fait partie de ces acteurs et hommes d’Etat résolus qui savent où ils vont et les gros travailleurs qui paient de leur personne et visent toujours l’essentiel. Un homme  qui croit dur à ce qu’il fait et vise des résultats concrets. En ce sens, la Convergence pour la République (CR), on peut le croire, a un avenir.

L’humain a obligation de travail conséquent, mais pas forcément de résultats escomptés. La CR est descendue dans l’arène pour apporter sa contribution : ramener la cohésion, l’entente cordiale et la paix au Mali, toute la paix et tout le Mali. Elle a des atouts certains dans son jeu, mais seul Dieu sait d’avance les résultats qu’elle va ramener au Mali.

À notre niveau humain, vu le parcours de son géniteur, son penchant pour le travail assidu, bien fait et  efficace, la volonté et la  soif de  cohésion,  de paix au Mali, on peut présager d’un avenir radieux pour cet énième parti politique au Mali.  On peut être sûr qu’Abdoulaye Idrissa MAIGA (AIM) sera au charbon pour obtenir un résultat. Même si la réussite  dépend aussi de la combinaison et de l’enchaînement de plusieurs facteurs. Et même de l’alignement astral des planètes, si on veut.

La paix chevillée au corps et au cœur

À  notre propre niveau, nous soupçonnons AIM de dormir avec l’idée de la paix au Mali et de se réveiller avec. C’est sa  passion et son rêve éveillé et lucide. Il ne pense et ne rêve que de ça : la paix retrouvée au Mali, pour le progrès et d’épanouissement pour tous. Sans exclusive.

Une fois nommé Premier ministre du Mali, en avril 2017, il  a créé la Mission bons offices pour tenter d’explorer la voie du dialogue et de la négociation entre toutes les parties impliquées dans les douloureuses déchirures de la partie septentrionale du pays.

Ce bureau, dont le Coordinateur n’était autre que l’imam Mahmoud DICKO, un homme jugé comme celui qui peut facilement parler avec tout le monde, n’a pas eu le temps de prouver ce dont il était capable. Et AIM fut remplacé après sa démission, fin décembre 2017, par Soumeylou Boubeye MAIGA qui a fermé ce bureau. Peut-être que la France n’approuvait pas cette idée de négocier avec les rebelles et les islamistes ?

Suite aux élections controversées de 2018, il démissionne aussi du RPM, estimant que « le temps de réorienter mon action est arrivé ».

Après la Primature,  un livre sur la paix perdue

Sur la paix, bien sûr. En effet, une fois hors de la Cité administrative (le siège du Gouvernement), AIM est tout de suite retourné à Gao, sa ville natale. La cité de Sonni Ali Ber est devenue sa base pour rencontrer les uns et les autres de toutes les composantes et discuter de paix. À noter que  lui aussi a les portes de toutes les communautés ouvertes devant lui.

Un livre est sorti quelques temps sur la paix au nord. Son titre est, du reste: « Dans le silence de l’oubli». Sous-titre : « Le nord n’est pas qu’un point cardinal » (fin septembre 2018). Ce livre traite évidemment la paix chez nous, hier, aujourd’hui et demain.

Un parti né pour ramener la paix au Mali

Quatre ans après la Primature et la démission du RPM, la Convergence pour la République est née, on peut le croire, avec la préoccupation de ramener la paix, la cohésion et la cohabitation harmonieuse pour le progrès social, économique et culturel au Mali. Son logo est éloquent en ce sens. Il est constitué essentiellement de deux couleurs : le vert, couleur d’espoir et d’espérance et le blanc (symbole de paix, de pureté des intentions et de l’engagement et du travail bien fait.

Le blanc, au milieu, est bordé en haut et en bas,  de deux bandes vertes. Sur le fond blanc, la lettre « C » comme convergence est logée dans un croissant et et un rond symbolisant le globe terrestre. Ce rond encadre une tête de colombe blanche (le symbole universel de la paix). La paix recherchée n’est donc pas égoïstement cantonnée au seul Mali, mais un maillon pour la paix à l’échelle de la planète.

Brièvement, AIM est né en 1958  à  Niafunké et fit ses études primaires à Gao. Après le bac, il rejoint le fameux IPR de Katibougou. D’où il sort avec le diplôme d’ingénieur des sciences appliquées. Un DEA et un DESS suivront. Après Katibougou (1982), il rejoint son premier poste, à Gao, comme chef d’antenne pastorale (ministère d’Élevage et de la pêche).

Avec la confiance des supérieurs, il va connaitre une ascension régulière et concluante à chaque fois : coordinateur de projets, chef départemental, DG de projet, entre autres. En 2008, il est consultant pour des organismes internationaux, puis conseiller technique au ministère de l’Élevage et de la pêche.

« Aliou », c’est comme ça qu’on l’appelle familièrement à Gao, a été aussi Secrétaire Général adjoint de l’AMDH.

Sur le plan politique, il a commencé à l’Adema, puis a accompagné IBK pour la création du RPM. Il fut le directeur de campagne de ce dernier en 2013 pour gagner les présidentielles.

Il fut ministre  de l’Environnement, de l’Assainissement et de l’Eau, puis ministre en charge de l’Administration territoriale et de la Décentralisation puis celui de la Défense et des Anciens Combattants. Il couronna le tout comme Premier ministre de la République. Il a démissionné de ce poste en fin 2017.

La fin de parcours avec les Tisserands

Une porte se ferme, une autre s’ouvre. Après le départ de la Primature, son appartenance au RPM va cesser après les élections de 2018. Il se consacre à la réflexion et à l’écriture. Par loyauté à IBK, il fait profil bas pendant ce temps. Il sort la tête maintenant et de la plus belle manière avec un projet pour le Mali.

Tientiguiba Danté

Source : Le Matin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct