Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Journée internationale de destruction des armes légères: Faisons un Mali sans armes

Dans le cadre de la commémoration du 9 juillet dédié à la Journée internationale sans Armes, le Secrétariat permanent de la Lutte contre la Prolifération des Armes légères et à petits calibres (ALPC) a tenu une conférence de presse pour informer et sensibiliser la population sur les dangers des armes.

 

Dans la ville où l’on passe, chacun est témoin ou victime de la prolifération des armes légères et de petits calibres. Dans leur mission de lutte contre la prolifération des armes dans les rues et dans les écoles, le Secrétariat permanent de lutte contre les armes légères et à petits calibres a interpellé tout un chacun afin de mener à bien leur mission.

L’occasion était bonne pour le Colonel-major Nema Sagara, présidente du Secrétariat permanent  de faire la situation des armes au Mali. « Dans le monde entier des millions d’armes circulent illicitement entre les mains des civils. Pour notre part, le Sahel est devenu un creuset d’armes et le Mali n’échappe pas à ce phénomène. Mais depuis bien des années, avec les rébellions successives et notamment en 2011 avec la crise libyenne et celle de 2012 que connaît le Mali. La possession d’armes par les civils dont les armes de guerre uniquement réservées aux forces de défense et de sécurité est devenue un phénomène courant avec la prolifération des milices et des groupes d’autodéfense pour se défendre contre les terroristes», explique Nema Sagara.

Le Secrétariat permanent est chargé de mener, en collaboration avec les ministères concernés, toutes les études, des réflexions et actions dans le domaine de la lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres, de suivre la mise en œuvre des accords, traités et conventions signés par le Mali et relatifs aux armes légères et de petits calibres, à leurs munitions et matériels connexes. Il est également chargé de collecter,  centraliser et d’exploiter tous les renseignements et informations relatives à la fabrication des armes Légères.

Colonel-major Nema Sagara, présidente de cette lutte interpelle : « ces armes sont venues raviver tous les anciens conflits inter et intracommunautaires. Pour notre part,  nous nous attelons à lutter contre le phénomène à travers des séances de sensibilisation des communautés sur les dangers des armes. L’encadrement des artisans fabricants d’armes. L’appui du gouvernement à disposer d’instruments juridiques sur le contrôle des armes de même que la bonne gestion des stocks nationaux d’armes. Nous assistons également les communautés à se débarrasser volontairement de leurs armes ou à les régulariser par l’obtention d’un permis de port d’armes ».

La plupart des braquages, cambriolages ont été faits par les pistolets locaux. De ce fait la fabrication de pistolets artisanaux a été interdite aux artisans fabricants d’armes. Ils ne sont autorisés qu’à fabriquer les fusils de chasse. Le Secrétariat permanent a comme projet de lutter contre les ALPC dans les établissements scolaires en  partenariat avec la Minusma.

« Notre but est de débarrasser le Mali des armes. Nous savons que notre tâche n’est pas du tout facile avec la généralisation de l’insécurité. Mais nous avons foi et confiance que si tout le monde comprenait notre message et allait dans le sens de nos recommandations, le Mali va se défaire de ces armes qui circulent illicitement. Il y fera bon vivre au sein des communautés comme jadis cela a été au Mali. Malgré nos compétences, sans moyens, nous ne pouvons pas mener à bien notre mission. Nous comptons sur les médias pour relayer nos messages à destination de toutes les communautés », indique le Colonel-major Sagara.

Oumou Fofana 

SourceMali Tribune

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct