Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Génération espoir pour le Mali: les anciens dignitaires s’organisent

Les responsables de la Génération Espoir du Mali (GEM) ont animé, le mercredi 9 septembre, une conférence de presse au Mémorial Modibo KEITA pour se prononcer sur la crise que traverse notre pays. Le regroupement a salué la libération de l’ancien Président IBK et exigé celle de tous les autres détenus. Pour la transition, la GEM opte pour le choix d’un civil pour une durée de 18 mois.

 

La Génération Espoir du Mali (GEM) est un nouveau regroupe-ment composé essentiellement d’anciens dignitaires du régime IBK. Ledit regroupement se donne comme objectif de défendre les valeurs du Mali et la démocratie chèrement acquise.
Au cours de cette conférence de presse, dans sa déclaration lue par l’ancien ministre Amadou KOITA, la GEM s’est réjouie de la libération et de l’évacuation sanitaire de l’ancien Président Ibra-him Boubacar KEITA. Elle a exigé la libération immédiate et sans condition de l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Moussa TIMBINE ; de l’ancien Premier ministre, Boubou CISSE, et de toutes les autres personnalités arrêtées.
Les responsables du regroupement ont invité la communauté na-tionale et internationale, à travers les organisations de défense des droits de l’homme, à veiller au strict respect des droits les plus élémentaires, à savoir les droits de visite et de suivi médical des détenus.
Préoccupée par un retour rapide à une vie constitutionnelle normale, la Génération Espoir du Mali a invité le CNSP à une bonne organisation des concertations nationales, afin d’assurer une transition civile conformément à sa déclaration du 18 août.
La GEM a également remercié la CEDEAO, l’UA, l’UE et les Nations unies pour les efforts consentis dans la résolution de la crise dans notre pays. Elle les a invités à tout mettre en œuvre pour la levée de l’embargo économique et financier qui frappe notre pays.
De même, un appel pressant a été lancé à tous les patriotes et démocrates convaincus à rester vigilants et mobilisés pour la préservation et la consolidation des acquis démocratiques chè-rement acquis.
La GEM, par la voix de son président Issa MARIKO, a déclaré son attachement au retour à l’ordre constitutionnel, la nécessité de voter une loi d’amnistie en faveur des militaires responsables des événements du 18 août 2020, la libération immédiate des per-sonnalités civiles et militaires détenues, la nécessité d’une transi-tion inclusive au bénéfice des intérêts supérieurs du Mali, l’organisation d’élections transparentes et crédibles au bout d’une transition civile n’excédant pas 18 mois. Le regroupement a plaidé pour le renforcement du dialogue avec tous les syndi-cats, notamment ceux des enseignants, et la synergie des efforts en vue de la libération de l’honorable Soumaila CISSE.
Selon Issa Mariko, ce qui s’est passé le 18 août est bel et bien un coup d’Etat. Il a affirmé que cela se justifie par le fait que le pou-voir a été pris par des moyens illégaux. « Il y a eu rupture de la Constitution. Si le président n’est pas là, c’est le président de l’Assemblée nationale qui doit assurer l’intérim. Il faut être de mau-vaise foi pour reconnaitre que nous sommes dans une impasse poli-tico-institutionnelle. Nous sommes dans l’impossibilité d’appliquer la Constitution. Ce sont des solutions extraconstitutionnelles. La Cons-titution malienne ne parle pas de CNSP. Ce sont des autorités de fait qui gouvernent. C’est à l’issue de la transition que nous allons reve-nir à une démocratie normale avec un président démocratiquement élu », a affirmé Issa MARIKO.

PAR MODIBO KONE

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct