Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Ecole communautaire de Sogoniko: la gestion du président du CGS décriée

Depuis quelque mois, le torchon brûle entre le président du Comité de gestion scolaire de l’école communautaire de Sogoniko (CGS), Bamoussa TANGARA et certains membres de son bureau. Sidi M. KANE, secrétaire à la communication et à la mobilisation du CGS revient sur ce bras de fer qui s’est soldé par la suspension des activités du CGS par la mairie.

La mésentente s’est enclenchée suite à l’attitude du président Bamoussa TANGARA, jugée peu amère par certains membres du bureau, semble avoir été l’élément déclencheur de cette crise, d’après Sidi KANE.

Selon lui, le président du Comité de gestion aurait pour habitude de prendre des décisions unilatérales, sans l’implication ou concertation des autres membres du bureau. Et «que la décision soit approuvée ou pas par le bureau, le président met l’activité en marche», dénonce le secrétaire à la communication du comité.

Le conflit a véritablement commencé au sein du CGS, lorsque le président a procédé au décaissement de plus d’un million FCFA pour, avait-il avancé comme argument, entreprendre un projet d’intérêt pour l’école communautaire de Sogoniko. C’est ainsi que le président, sans concerter les membres de son bureau, a fait confectionner 30 brochures, en raison de 600 FCFA l’unité.

Malgré qu’ils aient été mis devant ce fait accompli, explique M. KANE, les membres du bureau ont néanmoins rejeté ce projet dès qu’ils en aient eu connaissance. «Nous avons fait savoir au président qu’il existe un chef de projet et qu’il devrait au préalable s’entretenir avec ce dernier avant de prendre une telle décision. C’est après cette première mise en demeure par les membres du bureau, que le Président TANGARA convoquera une réunion extraordinaire. Cette réunion avait pour objectif de procéder à ma suspension. En fait, Bamoussa TANGARA me reproche des propos irrespectueux et injurieux et m’accuse de semer le désordre entre les responsables du Comité de Gestion Scolaire. Mais cette décision a rejetée par le bureau dans sa grande majorité», poursuit le secrétaire à la communication du CGS.

En dépit de la mise en demeure des autres membres du bureau pour qu’il se conforme aux procédures et textes, Bamoussa TANGARA prendra à nouveau de façon unilatérale la décision unilatérale de nommer le Secrétaire administratif, Abdoulaye DIALLO, au poste de trésorerie. En plus de cela, ‘’avant la rentrée scolaire, le président a décidé une fois de plus de nommer un permanent au sein de l’école, sans le quitus du bureau qui estimera que cela serait pouvait générer des dépenses onéreuses et non prévues. Malgré cette opposition des membres du bureau, le président a persisté en désignant le nouveau trésorier Abdoulaye DIALLO au poste de permanent, mais dont le salaire n’est connu par aucun membre. Pire, ce dernier donnait des reçus portant son nom aux parents d’élèves, alors que les reçus doivent plutôt être faits au nom du CGS», critique le secrétaire à la communication.

Selon lui, au regard de ces comportements du président, le bureau a saisi la mairie, le DCAP et les leaders traditionnels du quartier. Ceux-ci ont expliqué au trésorier DIALLO qu’il ne gérait pas une école privée mais une école communautaire qui est un bien public.

Malgré l’intervention de ces bons offices, le président TANGARA continue avec ses décisions unilatérales, comme la décision de construire la clôture de l’école pour un montant à hauteur de 4.000.000 FCFA. Une somme qui n’est pas disponible dans le compte du CGS et dont le gap doit être remboursé.

«Ce projet fut rejeté par le bureau, les chefs traditionnels et les jeunes du quartier qui se sont opposés à son exécution en empêchant les travailleurs. C’est ainsi qu’il décida de convoquer à la gendarmerie des notables et quelques membres du bureau. C’est suite à ces problèmes incessants que le bureau du CGS a organisé une assemblée générale dans le but d’exclure M. Bamoussa TANGARA de son poste de président. Cette décision a été adoptée par la plupart des membres du bureau. Le bureau a adressé une lettre aux différents organismes compétents pour leur faire part du limogeage du président du CGS. Le dimanche 16 décembre, le bureau du CGS a tenu une assemblée générale extraordinaire dans l’enceinte de l’école communautaire, avec pour de désigner un président intérimaire. Cette assemblée a été perturbée par l’ancien président Bamoussa TANGARA qui a dépêché des individus pour semer le désordre et la panique en jetant des pétards pour disperser la foule. C’est ainsi que la mairie a décidé de suspendre toutes les activités du CGS jusqu’à nouvel ordre», raconte notre interlocute

Almamy Malicki Sylla    (Stagiaire)

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct