Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Crise malienne: Ben Le Cerveau dénonce « l’hypocrisie » de la France

Selon Adama Diarra dit Ben le Cerveau du mouvement Yèrèwolo débout sur le rempart, la France a créé la crise sécuritaire malienne et elle est en train de vivre de cela. Selon lui, la politique extérieure de la France en Afrique n’a pas changé d’un iota depuis la nuit des temps. « La France n’est jamais en Afrique pour aider, mais pour casser et tirer profit du chaos », a dit Ben Le Cerveau lors de la conférence de presse organisée par le mouvement Yèrèwolo le lundi 22 mars 2021.

Après son meeting avorté du 20 janvier 2021, le mouvement Yèrèwolo débout sur le rempart n’abandonne pas sa lutte pour tenter d’obtenir le départ des forces armées françaises du Mali. Réunis le lundi 22 mars 2021 au Carrefour des jeunes, les responsables du mouvement ont appelé les Maliens à un grand meeting qu’ils organisent le vendredi 26 mars, au Boulevard de l’Indépendance.
Ladite rencontre a enregistré la présence de Sidiki Kouyaté, Moussa Diarra dit Moussani, Adama Diarra dit Ben Le Cerveau, Hamidou Mory Samaké et plusieurs d’autres sympathisants du mouvement.
Comme à son habitude, Ben Le Cerveau n’a pas été tendre avec la France qui, selon lui, est venue allumer le feu au Mali et au Sahel et l’attiser pour ensuite venir jouer au pompier. « On a tout compris comme dit le chanteur Tiken Jah Facoly. Et il faut que les Maliens comprennent que le pays qui est à l’origine de notre crise sécuritaire ne peut pas être la solution », estime le conférencier.
A en croire Ben Le Cerveau, les anti-Barkhane sont proches de la victoire. « Tenons bon. Nous sommes proches de la victoire. Pour preuve, le président français a convoqué les chefs d’Etat du G5 Sahel à l’Elysée pour leur demander de clarifier leurs positions par rapport à la revendication populaire de leurs peuples respectifs de voir la France et ses forces partir de leurs territoires », dit-il.

Plus de morts depuis l’arrivée de la France ?
Selon Ben Le Cerveau, un jour des jeunes de Gao lui ont fait part de leur soutien aux actions de Yèrèwolo débout sur le rempart. « Mais ils se sont inquiétés de leur survie après le départ de la France, de peur que les terroristes reviennent les tuer tous. Face à leurs inquiétudes, je leur ai posé deux questions en leur demandant combien de personnes ils ont perdu pendant l’occupation djihadiste. Les gens de Gao m’ont répondu qu’ils ont perdu cinq à six personnes. Ensuite, je leur ai demandé combien de parents ils ont perdu depuis l’arrivée de la France. Ils ont répondu que c’est trop pour être compté. Ils venaient d’avoir la réponse à leur souci. Tout ça pour dire que la France n’est pas là pour mettre fin à la crise, mais pour l’éterniser », a dénoncé Adama Diarra.
Par ailleurs, Ben Le Cerveau a profité de cette conférence de presse pour réitérer son appel aux autorités maliennes qu’il encourage de sceller un partenariat avec la Russie. « Nous savons que la France est un pays rancunier. Il l’a toujours été d’ailleurs. Donc, notre demande de sceller un partenariat avec la Russie est stratégique. Car en partant la France, ce risque de mettre le pays en lambeaux avant de plier bagage. Il nous faut assurer nos arrières. Et la Russie est sans doute le meilleur allié pour le Mali. Avec ce pays, nous avons toujours eu un partenariat franc et sincère », pense Ben Le Cerveau.
Youssouf Z

Source: La lettre du Peuple

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct