Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Crise humanitaire, terrorisme et coups d’État au menu de l’UA à Malabo

L’Union africaine (UA) a lancé mercredi les préparatifs de deux sommets extraordinaires consécutifs prévus en fin de semaine à Malabo en Guinée équatoriale, le premier sur les crises humanitaires et le second sur le terrorisme et les “changements inconstitutionnels de gouvernement”.

Malabo assure qu’une vingtaine de chefs d’Etat sont attendus, au moment où l’UA estime que quelque 113 millions d’Africains ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence en 2022, que le “terrorisme” jihadiste gagne tout le continent et après deux années marquées par quatre coups d’Etat reconnus comme tels par l’organisation panafricaine, qui a suspendu de ses instances le Mali, le Soudan, le Burkina Faso et la Guinée.

Les préparatifs ont commencé mercredi après-midi dans la capitale équato-guinéenne par la cérémonie d’ouverture d’une session du Conseil exécutif de l’UA et le discours du président de sa Commission, le diplomate tchadien Moussa Faki Mahamat, rapporte un journaliste de l’AFP.

Urgence pour 113 millions d’Africains

“Environ 113 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire en Afrique dont 48 millions sont des réfugiés, des demandeurs d’asile et des déplacés internes”, a détaillé M. Faki Mahamat. Il s’agit d’un besoin d’aide “urgente” dans 15 pays africains les plus touchés par les crises, précise l’UA dans un communiqué. Le premier “Sommet humanitaire extraordinaire”, qui réunira aussi des donateurs pour tenter de mobiliser des fonds, se tiendra vendredi.

L’UA mise sur les radios pour contrer la désinformation dans le domaine de la santé

Selon l’UA, “les besoins humanitaires augmentent rapidement en Afrique”, notamment “à cause des chocs climatiques et des conflits (…) qui ont augmenté de manière exponentielle les besoins humanitaires”.

Plus de 30 millions de personnes sont des déplacées internes sur le continent, dont plus de 10 millions d’enfants de moins de quinze ans, selon l’UA. En cause: les conflits intercommunautaires dans certaines régions, et l’insécurité alimentaire.

Sur un continent qui compte 1,4 milliard d’habitants, environ 282 millions sont sous-alimentés, en augmentation de 49 millions par rapport à 2019, selon l’agence des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

“Gangrène”

Le second sommet, samedi, intitulé “Terrorisme et changements inconstitutionnels de gouvernement”, abordera “le terrorisme, une gangrène qui infecte progressivement toutes les régions du continent, de la Libye au Mozambique, du Mali à la Somalie, en passant par le Sahel, le bassin du lac Tchad et l’est de la République démocratique du Congo”, a poursuivi le président de la Commission de l’UA, ajoutant: “le terrorisme ne cesse d’étendre sa loi macabre avec des conséquences considérables sur les finances, les économies et la sécurité des populations”.

L’UA demande du soutien face aux conséquences économiques de la guerre en Ukraine

“Quant aux changements inconstitutionnels de gouvernement, fléaux récents mais heureusement encore très localisés sur le continent, il vient marquer un recul des processus démocratiques engagés dans de nombreux pays depuis une vingtaine d’années”, a déploré Faki Mahamat. “Les délais des transitions mis en place au lendemain de ces changements inconstitutionnels sont devenus des sources de dissension et parfois de tensions préjudiciables à la stabilité des Etats concernés et de leur voisinage”, a-t-il conclu.

Militaires putschistes

Au Mali, au Soudan, en Guinée et au Burkina Faso, des militaires ont renversé des régimes civils ces deux dernières années. Les putschistes ont tous promis une transition vers un pouvoir civil mais parfois dans des délais indéterminés ou jugés trop longs par l’UA, mais aussi l’Union européenne ou des capitales occidentales, qui ont imposé parfois des sanctions aux juntes en place et, pour ce qui est de l’UA, suspendu leurs pays de ses instances jusqu’à la remise du pouvoir aux civils.

Le cas du Tchad pourrait également être évoqué par certains autres pays. Le 20 avril 2021, le jour de l’annonce de la mort du président Idriss Déby Itno, l’un de ses fils, le jeune général Mahamat Idriss Déby Itno, a pris les rênes du pays à la tête d’une junte de 15 généraux en limogeant le gouvernement, dissolvant le Parlement et abrogeant la Constitution.

L’UA, l’UE et la France l’ont immédiatement adoubé, quand elles vilipendaient et sanctionnaient les militaires putschistes ailleurs sur le continent, invoquant la promesse du nouveau président tchadien autoproclamé d’élections “libres et démocratiques” dans un délai de 18 mois, au terme d’un Dialogue de réconciliation nationale qui se fait toujours attendre 13 mois après la mort du maréchal Déby. Mahamat Déby a ensuite évoqué la possibilité de prolonger la “transition” de 18 mois supplémentaires.

 

Source: VOA afrique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct