Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Ce que j’en pense: Les chefs de village chez eux, au palais de Koulouba

L’union fait la force. La rencontre de l’ensemble des chefs traditionnels et coutumiers du Mali avec le chef de l’État, le colonel Assimi Goïta, le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga et le gouvernement portera fruit. Le Mali vit dans l’insécurité depuis des années.

Les vrais piliers du pays, les chefs de village et de quartier sont restés debout sur les remparts. Ces guerriers, d’un autre genre, viennent de marquer l’histoire d’une croix blanche. L’inédit, dans ce sens, s’est produit le vendredi 12 novembre 2021, dans la salle des banquets de Koulouba. Ils sont venus à Bamako prouver leur détermination à transmettre de vive voix la parole du peuple au colonel Assimi Goïta.

Ils ont confiance en l’homme. Le District de Bamako, les 19 régions du Mali sont venus le lui dire les yeux dans les yeux. Le Palais de Koulouba réunissait dans la même salle pour la première fois les représentants des villages et des quartiers. Cet événement me rappelle «l’œuf de Christophe Colombe». Il fallait y penser n’est-ce pas ?

La mission a été dignement accomplie. Les chefs coutumiers et les plus hautes autorités ont échangé dans une atmosphère détendue. Ils sont renforcés dans leur mission de mandataire du peuple. Le drapeau malien flottera au dessus de toutes les résidences des chefs de village et de canton, qui arboreront aussi un macaron. La devise du Mali «Un peuple, un but, une foi» demeure une réalité intangible sur tout le territoire.

N’est-ce pas que le gouvernement fournira aux chefs coutumiers les moyens qu’il faut, pour mettre au travail le potentiel juvénile villageois et urbain ? J’espère que les quartiers de Bamako ne seront pas oubliés. Pourquoi ne pas doter tous les quartiers de la capitale de complexes sportifs, de Maisons de la jeunesse et de la culture (MJC) ?

La rencontre de Bamako déclenche une grande mobilisation du monde rural. Pourquoi ne pas stimuler l’agriculture intégrée en initiant le forage de deux ou quatre puits dans tous les champs ? Pourquoi ne pas aménager une ou deux mares de pisciculture dans la périphérie de chaque village ? La disponibilité pérenne en eau soutiendra le maraîchage et débouchera sur l’autosuffisance alimentaire. L’exode rural pourrait être fortement réduit. Quel bonheur que le cordon ombilical soit rétabli entre les vestibules villageois et le Palais de Koulouba.

Cette embellie durera si les plus hautes autorités se souviendront que dans la mobilisation sociale l’argent est le nerf de la guerre. Qu’il plaise au Tout-Puissant qu’en 2022 le président Assimi Goïta renouvelle son fameux geste de solidarité envers les démunis. Et que cette fois, tous les villages et quartiers du Mali soient dotés. Mieux vaut une fois que jamais. Les chantres de notre pays ont raison. Le bateau Mali tanguera, mais ne sombrera jamais. Amine.

Sékou Oumar DOUMBIA

Source : L’ESSOR

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct