Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Vidéo: Une autre vidéo publiée par Katiba Salaheddine (ISGS) – “Réponse à l’agression de MSA et GATIA”

La deuxième vidéo de Katiba Salaheddine a été publiée le 24 juin, intitulée “Réponse à l’agression de MSA et GATIA”. La première vidéo du groupe a été publiée la veille, mettant en vedette deux techniques de GATIA prises comme «butin de guerre», apparemment au milieu d’affrontements le 22 décembre 2017, dans la région d’Ahina, dans la région rurale de Gao. Katiba Salaheddine est dirigée par Sultan Ould Badi, un militant malien, réputé pour ses activités de trafic, il a rejoint Al-Qaïda au Maghreb Islamique en 2009 et co-fondé le Mouvement pour l’Unité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) en 2011 Abderrahmane Ould el Amar, également connu sous le nom de “Ahmed Tilemsi”, avec l’émir d’Al-Mourabitoun. Katiba Salaheddine tire la plupart de ses membres de diverses tribus arabes et Fulani, bien que le leader Ould Badi soit d’ascendance mixte arabe et touareg, à savoir les sous-fractions Ahel Taleb (Tilemsi Arab) et Taghat Mellet (confédération Ifoghas Touareg). Bien que difficilement lisible, un texte bleu affiché sur l’écran indique explicitement que les combattants vus à tour de rôle sont des Arabes et des Peuls.

La date et le lieu du combat affichés dans cette dernière vidéo n’ont pas encore été vérifiés, probablement pas un enregistrement récent. Plusieurs affrontements ont eu lieu fin 2017 et plus tôt cette année entre Katiba Salaheddine et la coalition milice, soutenue par les forces françaises de l’opération Barkhane. Notamment, le 17 février, une base de Katiba Salaheddine a été détruite dans la zone d’Intameda dans le cadre d’une opération conjointe, qui a fait dix morts parmi les militants. Katiba Salaheddine et GATIA négocient régulièrement des enlèvements de membres des communautés perçus comme proches de chaque groupe.

Il est intéressant de noter que Katiba Salaheddine a promis son allégeance à Abu Bakr al-Baghdadi et à l’État islamique au milieu de l’année 2017, rejoignant ainsi l’État islamique du Grand Sahara (ISGS) auquel il a contribué avec des renforts. L’ISGS a revendiqué par différents canaux 15 attaques au Mali, au Niger et au Burkina Faso depuis 2016, bien que les opérations revendiquées ne constituent qu’une fraction des attaques et des actes commis. L’ISGS, y compris Katiba Salaheddine, a été soumise à d’intenses opérations de contre-militance au cours du premier trimestre de 2018 et a subi des pertes importantes. Cependant, les groupes militants opérant dans le Sahel ont une capacité remarquable à récupérer, reconstituer et reprendre l’action, ceci en raison d’une multitude de facteurs contributifs. Ces groupes tirent parti de l’expérience de l’organisation mère AQMI, qui (y compris ses prédécesseurs) a développé une connaissance considérable de la guerre insurrectionnelle pendant près de trois décennies, profondément ancrée dans le tissu social, et a donné l’occasion de configurer la dynamique locale au cours de son occupation du Nord du Nord du Mali. L’espace où ils opèrent fournit un modèle idéal, caractérisé par une anarchie générale, des abus des forces gouvernementales et des milices, une violence intercommunautaire enracinée dans la lutte contre les ressources rares et les itinéraires de trafic, et pour certaines communautés un besoin urgent de protection communautaire.

Pendant ce temps, l’opération Barkhane continue de mener des opérations simultanées aux côtés des forces maliennes dans les régions d’Ansongo et de Menaka et, avec les forces nigériennes dans la région d’Ouallam, l’objectif principal a été déplacé vers le Gourma. L’armée malienne et le GATIA poursuivent des éléments de l’ISGS et des membres d’autres factions militantes. Le Gourma est le territoire d’un Ansar Dine katiba dirigé par Imghad Touareg Almansour Ag Alkassoum (Alkassoum sert de liaison entre Katibas dans le Gourma, Haire et le Burkina Faso), Al-Mourabitoun est également présent, et ISGS a une succursale locale sous le commandement d’Abdelhakim Al-Sahrawi avec une zone d’influence s’étendant de l’autre côté de la frontière dans la province d’Oudalan au Burkina Faso. Sous la pression des régions frontalières Mali-Niger, l’ISGS a pénétré dans l’est du Burkina Faso, probablement en traversant la frontière du sud de Tillabery dans l’ouest du Niger. Il semble également y avoir une composante Ansaroul Islam contribuant à l’émergence d’une activité militante au Burkina Faso.

Dans la région de Menaka, la communauté Dawsahak a été soumise à un certain nombre de massacres qui ont suivi des opérations conjointes de lutte contre le militantisme. Ces opérations ont été accompagnées d’exactions contre les Peuls dans la région frontalière Mali-Niger. Le conflit s’est également propagé plus au nord et a déclenché des violences intercommunautaires entre les Arabes et Dawsahak dans le cercle d’Ansongo.

Au Gourma, les enlèvements et les assassinats ciblant la communauté Imghad ont augmenté ces derniers mois, ce qui soulève des inquiétudes quant à l’extension du périmètre d’instabilité. Les opérations dans le Gourma et l’Arabanda qui ont commencé il y a deux semaines et les mouvements militaires de GATIA ont provoqué des troubles parmi les Arabes. De Taoudenit à Tilemsi, des voix critiques ont été soulevées à différents degrés de rhétorique enflammée, certains ont l’impression que les tambours de guerre battent.

Article tiré du site partenaire Menastream et traduit par kibaru

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct