Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Travaux de réalisation de la transsaharienne “La partie algérienne sera accomplie en 2019”

Evoquant le retard des travaux, le secrétaire général du comité de liaison de la Transsaharienne, Mohamed Ayadi, a expliqué que le problème ne se pose pas au niveau de l’Algérie.

carte frontiere algerie mauritanie mali Sahara occidental maroc

La part de l’Algérie dans les travaux de réalisation de la route transsaharienne sera totalement achevée en 2019. C’est là le pronostic établi par le secrétaire général du comité de liaison de la Transsaharienne (Crlt), Mohamed Ayadi. «Sur les 2400 km reliant l’Algérie au Niger, il ne reste plus que 600 kilomètres à couvrir, ce qui sera sans doute fait dans deux ou trois ans», a-t-il indiqué hier, à Alger, en marge d’une conférence de presse au Forum d’El Moudjahid. Il a fait savoir au passage qu’en ce qui concerne la branche allant vers le Mali, qui fait près de 500 km, que sur «ces 500 km qui raccordent le Mali, 300 km ont été déjà construits et 200 sont en cours de réalisation».

Evoquant le retard des travaux, le SG du Crlt a expliqué que le problème ne se pose pas au niveau de l’Algérie, qui a aujourd’hui pour sa part «réalisé près de 90% des travaux». Il expliquera en revanche que le problème réside au niveau des pays les «moins nantis», à l’instar du Mali et du Niger, qui peinent à avancer dans ce mégaprojet, faute de moyens financiers et logistiques. «Chaque pays agit en fonction de ses potentialités et de ses moyens», a-t-il affirmé.
Mohamed Ayadi a, d’un autre côté, imputé ces «atermoiements», aussi bien à la situation sécuritaire qui prévaut notamment au Sahel (groupement terroriste…), mais également à la chute des cours du pétrole qui a en quelque sorte retardé ce projet, sans toutefois impacter sérieusement l’avancement du chantier. Il affirmera par contre, que nonobstant le fait que la situation au Sahel n’entrave pas les travaux, elle a engendré des frais en plus, en sachant que sans cela, le coût du projet était déjà exorbitant «il faut en plus, payer l’armée afin d’assurer l’encadrement des zones à risque…, ce qui nous revient très cher», dit-il.

Par ailleurs, Mohamed Ayadi a assuré que «l’administration demeure la principale responsable de ce retard». Il a d’autre part relevé que malgré ces complications intérieures, le Mali, le Niger et le Tchad poursuivent actuellement leurs chantiers,. révélant dans ce sillage que «toutes les institutions étatiques du continent africain doivent s’intéresser de très près à l’avancement du projet pour l’important rôle qu’il sera amené à jouer dans les échanges, une fois terminé». Interrogé sur le choix de relier les pays africains par voie routière et non par rail, Ayadi a mis en avant les avantages qu’offre la route, expliquant que celle-ci permet de faire du porte-à-porte et donc d’être à proximité des centres commerciaux tandis que le train n’est pas du tout rentable. «Le rail n’est rentable que s’il transporte de très grandes quantités sur de très grandes distances», précise-t-il. Selon le responsable, la conception de la Transsaharienne a pour finalité, de renforcer les échanges économiques entre les pays du Maghreb et du Sahel, elle contribuera également à sortir certaines régions de l’isolement, mais encore, de réduire les frais de transport. Il y a lieu de rappeler que cette gigantesque infrastructure traverse, en plus de l’Algérie (3400 km), la Tunisie (900 km), le Tchad (900 km), le Mali (1 974 km), le Niger (1635 km) et le Nigeria (1 131 km). S’agissant du réseau routier, Ayadi a signalé que «le réseau continental routier compte deux millions de km, dont seulement 600.000 sont bitumés».

Evoquant l’application du péage sur la Transsaharienne, le secrétaire général a fait savoir que ce serait une erreur monumentale. «Il faut encourager les gens à aller sur cette route. Or, cela les dissuaderait rapidement» a-t-il déclaré, soulignant cependant que cette mesure serait «une très bonne chose si on l’appliquait pour l’autoroute Est-Ouest»

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct