Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Transition: le CNSP bientôt dissout

La 58e session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a eu lieu, le samedi 23 janvier, par visioconférence. C’était sous la présidence de Nana Addo Dankwa Akufo-ADDO, Président de la République du Ghana, président en exercice de la Conférence des chefs d’États de la CEDEAO. La situation de notre pays a été au cœur des discussions, notamment l’organisation des élections dans 14 mois et la dissolution immédiate du CNSP.

 

Les présidents de la CEDEAO ont réitéré leur appel au Président Bah N’DAW et son gouvernement à respecter la feuille de route de la Transition. Ils ont rappelé l’organisation des élections sur l’ensemble du territoire dans 14 mois. Pour éviter toute tentation d’empêcher ce processus, les chefs d’État de la CEDEAO ont exigé la dissolution immédiate du Comité national pour le salut du peuple (CNSP). En effet la CEDEAO n’a pas caché son inquiétude face à la non-dissolution du CNSP, alors que le Gouvernement de transition a déjà été formé il a quelque mois. Le Président de la Transition a profité de l’occasion pour rassurer ses pairs de la CEDEAO de l’adoption d’un décret de dissolution du CNSP qui sera rendu public incessamment, ainsi que de la soumission dans les jours à venir de la Feuille de route de la Transition pour adoption par le Conseil National de la Transition.
Bah N’DAW a fait le point sur les avancées enregistrées. Son intervention a été suivie par la présentation du rapport de Goodluck Jonathan, le médiateur de l’organisation ouest-africaine.
Les dirigeants de la CEDEAO ont unanimement rappelé le Mali à ses engagements : le respect scrupuleux de la feuille de route ; le respect du calendrier de la mise en place de tous les organes ; la dissolution du CNSP (Comité national pour le salut du peuple).
Toujours sur la situation dans notre pays, la Conférence a pris note du Rapport du Médiateur, Goodluck Ebele Jonathan, ancien Président de la République Fédérale du Nigeria, sur le suivi de la transition. Elle a félicité le Médiateur pour ses efforts continus pour maintenir le dialogue entre les acteurs maliens en vue d’une transition réussie dans les délais décidés par la Conférence.
Elle a également pris note de la mise en place des organes de la transition et de la nomination de tous les responsables des différents organes de la transition notamment, le Président, le Vice-Président, le Premier Ministre, et le Président du Conseil National de la Transition ainsi que celle des membres du Gouvernement et du Conseil National de la Transition.
La Conférence a souligné la nécessité de la mise en œuvre diligente des différentes décisions relatives à la Transition, dans une approche plus consultative et plus inclusive de toutes les parties prenantes. Elle a aussi exprimé sa préoccupation quant aux interpellations récentes liées à une tentative présumée de déstabilisation et d’atteinte à la sûreté de l’État, et a invité à la transparence et au respect des procédures légales en vigueur.
Les chefs d’État et de gouvernement ont exhorté les autorités maliennes à conduire une transition apaisée à élaborer et diffuser une Feuille de route assortie d’un plan d’action et d’un calendrier d’exécution, de manière à veiller au respect du calendrier de transition défini par la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO.

PAR MODIBO KONE

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct