Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sur fond de tension, un mouvement de combattants de la Plate-forme inquiète Kidal

C’est un petit Audio en langue tamasheq de 39 secondes, lancé sur les réseaux sociaux qui a alerté sur la situation très tendue entre les combattants de l’ex rébellion, la Coordination de mouvements de l’Azawad (CMA) et ceux de la Plate-forme, alliés de Bamako.

Alghabass Ag Intalla president HCUA

« Cheikh Barha, comment tu vas ? Quel sont tes nouvelles ? », ainsi commence cet audio dans lequel on entend la voix de Alghabass Ag Intalla. Almouzamile Ag Mohamed, porte-parole de la CMA, confirme qu’il s’agit bien de Alghabass Ag Intalla, le président en exercice de la CMA, sans donner la date d’enregistrement de l’audio. Quant à Cheikh Barha, il s’agit « sûrement d’un nom code d’un officier de la CMA », nous confie une source bien introduite dans le milieu des mouvements armés touareg. « Il faut dire aux éléments qui sont là-bas qu’il n’y a plus de jeûne (de Ramadan). Dit leur de boire de l’eau », poursuit le puissant chef du HCUA. « Les milices sont en train de faire des virages sur nous, ici à Takalotte (30 km au sud de Kidal. Un fief de la communauté Imghad Ndlr) et ça, nous n’allons pas l’accepter. Je te salut », conclus Alghabass Ag Intalla.

Conflit Idnan Imghad

Décidément, le chef de guerre Ifoghas remobilise sa troupe pour défendre son territoire. Depuis quelques semaines, des groupes armés de la Plate-forme et de la CMA se livrent à des exactions sur des civils proches de la Communauté Idnan, (affiliée à la CMA) et Imghad (proche de la Plate-forme) dans la région de Gao et Kidal. Les deux camps s’accusent mutuellement d’être à l’ origine des exactions. Il y a quelques semaines, l’ancien député à l’Assemblée nationale du Mali, Ibrahim Ag Mohamed Assalah a lancé un appel aux combattants Idnan, un message en Tamasheq de va-t’en guerre contre les Imghad de la Plate-forme. Il justifie son message par les exactions commises par ceux-ci sur des membres de sa communauté, avant de revenir quelques jours plus tard sur son message, cette fois-ci en français et appelle à la retenu. Trop tard.  En représailles, des hommes armés s’identifiant à la communauté Idnan ont séquestré, torturé puis assassiné des membres de la communauté Imghad autour de la ville Kidal. La maison du maire de Kidal, un Imghad a été aussi incendiée à l’intérieur de la ville de Kidal par des inconnus.

Ce qui reste d’une chambre de la maison du maire de Kidal de Kidal, Arbacane Ag ABZAYACK, incendiée dans la nuit du 6 au 7 juin 2017. @DR

Il n’y a pas un bilan défini, mais selon différentes sources, ces exactions ont coûté la vie à au moins trente personnes.

Sortir de Kidal

Les deux camps, Plate-forme et CMA, pourtant tous signataires de l’accord de paix se rejettent la responsabilité. Des notables de Kidal ont lancé un appel à l’implication des leaders locaux « et les canaux traditionnels » pour mettre fin à ces exactions. Mais sur les réseaux sociaux, tel que WhatsApp, la tension ne baisse pas. « Vous les Idnan et Taghate-Malate, si voulez que cette guerre s’arrête, il faut sortir de la ville de Kidal et former votre propre mouvement pour protéger vos populations à l’image des Kel Ansar, les Daoussak et les Chamanamass », lance un partisan du GATIA, Groupe d’auto-défense Imghad et alliés, dans un groupe crée sur WhatsApp.

À la signature de l’accord de paix, le 20 juin 2015, ces tribus cités avaient des mouvements au sein de la CMA, avant de la quitter pour former différents mouvements armés. « Cette guerre tribale a pour but d’affaiblir la CMA en forçant les Idnan à quitter Kidal, le fief des indépendantistes », analyse une source sécuritaire au sein de la MINUSMA. « L’objectif final est de récupérer la ville de Kidal par les armes », nous confie la même source Onusienne.

Pour l’heure ni le gouvernement malien, ni la médiation internationale encore moins la MINUSMA n’ont condamné cette recrudescence de violence entre différentes parties signataires de l’accord de paix. Silence radio !

Nord Sud Journal

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct