Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sévaré: Au-delà de l’insécurité, la psychose

La montée en puissance des activités terroristes dans le Centre inquiète à Sévaré. Avec menace réelle, il faut craindre que la suppression de postes de contrôle en rajoute au climat d’insécurité.

attentat terroriste islamique maison logement balles hotel Byblos sevare mopti gao tombouctou kidal nord mali

Ville carrefour, Sévaré condense à elle seule la menace terroriste sur le Centre du pays. Si vous empruntez les transports en commun ou tout autre moyen de  transport, la première chose qui marquera votre esprit est le dispositif sécuritaire.

Déjà, à l’entrée de la ville, au poste de contrôle de Barbé, érigé poste de sécurité, il faut montrer pattes blanches pour passer. Une scène qui donne plutôt l’allure d’une période de guerre. Le premier sentiment qui vient à l’esprit du passager, c’est la menace terroriste. Ici, tout le monde est suspect.

Passagers, chauffeurs  et autres usages de la route  sont obligés  de passer  la nuit dans  les alentours  de la ville notamment  le célèbre carrefour de Djenné. Cet endroit, jadis un point de passage-éclair, est de nos jours devenu  un milieu de prédilection pour les petits commerces : location de nattes, vente de boissons, du lait, du thé et d’autres produits locaux.

Le spectre d’attaques terroristes est  là et les signaux d’une montée en puissance des hommes du Front de libération de Macina du tristement célèbre jihadiste Hamadou Kouffa planent sur ville. Le moindre  geste  est minutieusement  observé par  les forces présentes dans la  région de Mopti. Mais, l’essentiel de  la lutte contre le terroriste est  menée par les FAMa, visibles aux endroits névralgiques.

Cas des postes de contrôle

S’il y a un sujet  qui passionne commerçants, transports et simples citoyens, c’est bien le retrait de certains postes de contrôle suivant une  directive de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa).

Interrogés, nombre d’habitants estiment qu’en raison de la persistance de la menace terroriste, le cas de Mopti mérite d’être traité différemment. Pourtant, le gouverneur de région, le colonel Sidiki Samaké, est formel. Récemment, dans une intervention à la télévision nationale, il a indiqué que c’est une décision nationale et même communautaire qu’il respectera à lettre dans  sa circonscription.

Pourtant, la mesure, si elle a été bien accueillie dans le milieu de transporteurs, réjouie moins certains agents de la sécurité. “La suppression de certains postes de contrôle est un gros risque dans la mesure où nous avons l’habitude de saisir des produits prohibés : médicaments, drogues et même des armes”, confie un gendarme sous le sceau  de l’anonymat.

Dans la ville de Sévaré, une zone de transit entre les  régions du Nord et celles du Sud, il faut plus que de la tactique militaire pour sécuriser les populations et leurs biens. Cela s’impose de plus en plus comme un défi urgent à relever de nos jours.

L’espoir est permis avec  la création d’une base de la Force  conjointe du G5-Sahel dans cette ville.

Alpha Mahamane Cissé

Depuis Sévaré

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct