Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Réactions des manifestants au meeting contre la révision constitutionnelle

Djiguiba Keita dit PPR, PARENA : « La Plateforme va rester vigilante »
youssouf mohamed bathily ras bat amadou thiam djiguiba keita ppr parena referendum revision constitutionnelle population revolte marche manifestation
« Ma présence c’est pour répondre à l’appel du Mali, l’appel du peuple du 26 mars, l’appel des martyrs qui, du fond de leurs tombes, sont inquiets de la révision monarchique qu’on veut imposer à leur Constitution. C’est pourquoi je suis là pour demander au président de la République le retrait pur et simple de la loi de révision constitutionnelle. La Plateforme va rester vigilante jusqu’à ce que le président de la République retire la loi de révision constitutionnelle ».
Nouhoum Togo, PDES : « Nous tenons jusqu’à présent notre position »
«Il y a eu le report, parce que nos hommes ont fait un travail impeccable. Il s’agit de nos députés au niveau de l’Assemblée nationale. Ils ont déposé un recours au niveau de la Cour constitutionnelle et en même temps nous avons marché. Ces deux scénarios nous poussaient à travailler pour que le président de la République accepte de retirer simplement la révision constitutionnelle mais il ne l’a pas fait. Le président de la République est sorti à la télé, il a dit à l’opinion nationale que s’ils ont un peu reculé, c’est dû à ce dépôt au niveau de la Cour constitutionnelle.
Alors nous avons dit comme il y a eu d’autres circonstances qui sont entrées en jeu, il s’agit de l’arrivée de Macron qui est l’un des préalables au niveau de la gestion de la crise du nord du Mali. La bande sahélo-saharienne, comme vous le savez, est en proie à l’insécurité, avec l’arrivée de Macron qui se rend à Bamako avec l’histoire du G5 Sahel pour parler de l’insécurité du Mali ou de la bande sahélo-saharienne pour essayer de mettre un scénario qui arrive à gérer et imposer le combat contre le terrorisme au nord du Mali… Alors compte tenu de ces préoccupations, nous avons voulu délocaliser et annuler la marche et la transformer en meeting.
Le meeting devait se tenir à la Bourse du travail mais nous avons fait déplacer le meeting jusqu’à nous cloitrer dans l’ACI pour éviter des désagréments. Le patriotisme, l’engagement, le nationalisme nous ont poussés à faire ce travail de fond, mais soudain le gouverneur nous a appelés hier (Ndlr, vendredi 30 juin 2017) pour demander de reporter la marche. On nous a envoyé au visage deux arguments, premièrement en nous disant qu’il y a l’Etat d’urgence et qu’eux ils ne peuvent pas sécuriser. Nous avons dit que nous-mêmes nous allons sécuriser le meeting.
Ils sont partis plus loin, ils ont même fait des communiqués à l’ORTM à notre nom. Nous tenons jusqu’à présent notre position parce qu’en 1991 il y a eu un consensus pour aller vers la Constitution du 25 février 1992. Il y a eu des morts d’homme. Aujourd’hui, la révision constitutionnelle de Ibrahim Boubacar Keita est en train de diviser même les « Grin », les familles, tout le monde. IBK n’a pas la capacité de faire en sorte que la paix soit au Mali, mais s’il continue de diviser nous nous battrons contre ce principe là ».
Ousmane Amion Guindo, CSTM : « Ce n’est pas un projet du Mali »
«Le nombre de personnes qui se sont mobilisées pour venir ici ce matin montre que le meeting est une réussite. Au regard des dispositions prises par le gouvernement pour que nous ne puissions pas venir ici, qu’il y ait ce monde, à mon avis ce que nous avons fait est un grand évènement. Ce que je veux dire au nom de la CSTM, c’est que nous avons lu le projet de Constitution. Ce projet n’est pas bon pour le Mali.
Nous avons dit à nos représentants dans toutes les régions et dans tous les cercles du Mali de ne pas accepter que ce référendum soit tenu au Mali parce qu’il va détruire le Mali. Nous avons aussi écrit au président de la République pour qu’il retire son projet. Ce n’est pas un projet du Mali. Il doit aussi savoir qu’il est le président, le gardien de la Constitution. On ne lui a pas dit qu’il peut faire de la Constitution ce qu’il veut. Nous devons nous engager partout au Mali pour qu’il n’y ait même pas un vote sur ce projet de constitution ».
Soumaila Cissé, Chef de file de l’opposition : «Jeunes du Mali, nous sommes fiers de vous » 
« Jeunes du Mali, qu’est ce qu’une Constitution? La Constitution est un héritage, tout le monde doit être consulté. Ce que IBK et ses camarades veulent, c’est que la Constitution puisse être changée par le parlement seulement. Le référendum ne pourra pas se tenir partout sur le territoire national. Le Mali ne saurait être construit sur la base du mensonge. On a dit que les jeunes du Mali ne sont pas à la hauteur, qu’ils ne peuvent pas faire ce qui a été fait au Burkina et au Sénégal. Jeunes du Mali, nous sommes fiers de vous»
Tiébilé Dramé, président du PARENA : « Restons mobilisés tant qu’ils ne renoncent pas »
« Si nous nous couchons, si nous restons les bras croisés, nous allons mourir. Si nous restons immobiles, ils vont complètement détruire ce pays. La mobilisation d’aujourd’hui montre que les Maliens ne veulent pas que certains détruisent le Mali en étant spectateurs. Fabriquer une Constitution en France pour l’imposer aux Maliens, on ne veut pas de cela. Qu’ils retournent avec la Constitution à l’endroit où ils sont allés la chercher. Retrait pur et simple ; pas de deuxième lecture, pas de report. Restons mobilisés tant qu’ils ne renoncent pas ».
Ras Bath, chroniqueur : « Si ce projet passe, il ouvrira le code du mariage… »
« Je tiens publiquement à dire ceci. La Constitution concoctée par Ladji Bourama, la Constitution de Dianfa Manassa, la Constitution de Kassoum Tipo Tipo…Au préambule, il est écrit que le peuple malien proclame qu’il accepte de travailler avec les instruments juridiques internationaux dont les instruments de la charte africaine des droits de l’homme. La résolution 275 prise en 2014 stipule que tous les Etats africains s’engagent à défendre les personnes contre les violences pour leur identité ou leur orientation sexuelle réelle ou supposée. Si ce projet passe, il ouvrira le code de mariage à deux personnes et non l’homme et la femme ».

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct