Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Protection du patrimoine culturel en zone de conflits: les enjeux et les d »fis de la rencontre de Bamako

Notre pays accueille du 14 au 15 mars courant, la Conférence internationale sur les enjeux et les défis liés à la protection du patrimoine culturel en zone de conflit. L’information a été donnée, vendredi dernier, par le secrétaire général du ministère de la Culture, Ongoly Guido, lors d’une conférence de presse dans les locaux de son département. Il s’agit d’un lieu de faire le point de l’appui de la communauté internationale apporté à notre pays, depuis 2013 et d’annonce de nouveaux pour la restauration et la protection du patrimoine de l’UNESCO qui a subi de grands dommages lors de l’occupation djihadiste en 2012.

grande mosquée tombouctou mausole cite saints

Outre le secrétaire général du ministère de la Culture, la rencontre a enregistré la présence du représentant de l’UNESCO au Mali, Hervé Huot-Marchand, les représentantes de l’Union européenne et de la MINUSMA ainsi que de M. Ismaël Allassane de la Coopération suisse au Mali.
Après ses mots de bienvenue et remerciements à l’endroit d’une communauté internationale qui s’est mobilisée au chevet de notre pays, le secrétaire général a souligné que notre pays sera encore au-devant de l’actualité internationale en abritant cet autre rendez-vous, signe de son retour dans le concert des nations.
L’objectif de la rencontre, dira le chef de bureau de l’UNESCO, est de restituer les résultats du programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali aux fins d’évaluer les impacts et de dégager les stratégies pour la gestion durable et efficiente des biens culturels. Dans ce contexte, il est prévu d’organiser entre autres, des conférences – débats et des expositions photos au cours de cette conférence internationale initiée par le ministère de la Culture en collaboration avec l’UNESCO.
Les experts des questions liées aux conflits et au patrimoine vont échanger et faire des recommandations sur la sauvegarde du patrimoine culturel.
Des sommités du monde de la culture ainsi que d’éminents chercheurs, historiens et universitaires participeront à la conférence, indique l’UNESCO, soulignant la nécessité d’attirer les projecteurs sur les conséquences des conflits sur les biens culturels et de proposer des solutions concrètes pour que les conflits ne contribuent plus à leur destruction ou leur détérioration, comme c’est très souvent le cas.
Lors de l’occupation du nord du Mali (mars 2012 -janvier 2013) par des groupes armés, dont des djihadistes, ‘’le patrimoine culturel, dans ses composantes matérielles et immatérielles, a été mis en danger. 14 des 16 mausolées, classés patrimoines de l’UNESCO, dont le monument de l’indépendance à l’effigie d’El Farouk, ont été détruits à Tombouctou. Environ 4203 manuscrits multiséculaires ont été brûlés dans la même ville du nord.’’
Face à cette situation, un plan d’action pour la réhabilitation du patrimoine culturel et la sauvegarde des manuscrits anciens du Mali a été adopté. Ce sont les conclusions de ce plan qui seront présentées au cours de la rencontre internationale.
Après la reconquête du nord grâce à une intervention militaire étrangère dirigée par la France, l’UNESCO a reconstruit les mausolées et tente de restaurer tout le patrimoine mis à mal.
La conférence internationale permettra, souligne l’UNESCO, de partager ‘’les bonnes pratiques relatives au rôle de la culture dans la construction de la paix et de la cohésion sociale.’’
En marge de la rencontre, il sera organisée une exposition photos sur les activités réalisées dans le cadre du programme de reconstruction/réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, au musée national.
Pan essentiel de la culture malienne, les manuscrits anciens confèrent à Tombouctou une renommée internationale.
Le chef du Bureau de l’UNESCO, Hervé Huot Marchand, a saisi l’occasion pour rappeler que plus de 3 millions de Dollars US (1,5 milliard de FCFA environ) ont été mobilisés pour la réalisation du patrimoine culturel et la sauvegarde des manuscrits anciens dans notre pays.
Pour rappel, le jeudi dernier, lors de sa visite au Mali, le ministre auprès du ministre des Affaires étrangères de l’Inde, Mobashar Jawed Akbar, avait remis à son homologue de la Culture, N’Diaye Ramatoulaye Diallo, un chèque de 500 000 dollars (250 000 000 FCFA) en guise de contribution pour la restauration desdits manuscrits.

Par Sidi Dao

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct