Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Projet révision constitution : «Si IBK ne fait pas attention, il n’aura pas son deuxième mandat»

Il faut éviter à faire l’avocat du diable Pr. Abdoulaye Niang, cette constitution qu’on le veuille ou pas donne trop de pouvoirs au président de la République. En tenant compte du seul fait que c’est le président qui peut procéder à toutes les autres révisions constitutionnelles, vous conviendrez avec nous que la boîte de pandore est ouverte pour lui.

ibk ibrahim boubacar keita president malien discours sommet conference reunion ticad

La constitution est la loi fondamentale qui appartient à tous les Maliens.  À ce titre, un régime ne peut pas s’en approprier lui seul comme pour dire que les ténors de ce régime sont plus Maliens que les autres Maliens qui ne sont pas sous le hangar du régime. Quand un négroïde prend le pouvoir, il se donne trop de prérogatives, il se croit un surhomme et il commence à gesticuler et à aller dans tous les sens ; il ondoie et louvoie, c’est vraiment dommage.

À part Nelson Mandela, il n’y a plus de grands hommes en Afrique, car ils rentrent tous dans le mensonge et dans toute forme d’ânerie comme c’est le cas d’IBK actuel qui caractérise Moussa Traoré comme un Républicain et un démocrate le jour de son investiture, celui-là même qui a tué et torturé des milliers de Maliens au cours de ses 23 ans de règne sans partage.

Le négroïde est doté de certaines insuffisances inavouées actuellement, cela est sans équivoque. Sinon comment nommer des conseillers techniques qui ne peuvent vous donner aucun conseil sur votre système de management ? Cela se voit seulement avec des régimes africains, quand un conseiller technique donne de bons conseils, il est immédiatement considéré comme celui qui côtoie le camp adverse, ainsi tous les conseillers techniques se taisent et ne disent que ce que le chef aime entendre, cela se passe dans tous les ministères et les directions nationaux.

Avec de tels comportements, comment un pays peut-il amorcer son développement ? La route est longue et très longue pour les pays africains. Personne n’aime les débats, même ceux qui n’ont pas le pouvoir. Avec ça, nous nous engouffrerons toujours dans un abîme sans limite et amer, très amer. Avec la gestion du pouvoir, en excluant tout le monde, qui est monnaie courante en Afrique, tous les pays africains traversent cette situation aujourd’hui. Il s’agit du caractère réel des négroïdes. Au pouvoir, les chefs deviennent des potentats locaux et se croient supérieurs aux autres compatriotes. La manière de dire bonjour peut devenir injurieuse si les commodités de contact et des échanges ne se font pas comme il se doit. Ce projet de constitution nie toute existence aux autres Maliens, et ça ce n’est pas bon. Il faut respecter les autres Maliens, car une constitution n’est pas une affaire des seuls partis majoritaires, ni une affaire d’un seul régime, elle devrait gérer le pays pendant plusieurs décennies.

Les débatteurs pro-oui et pro-non

Daba Diawara n’est pas comparable à Kassim Tapo, ils sont comme le jour et la nuit. Daba n’a pas triché avec son groupe d’experts, ils ont travaillé sans relâche avec la participation de tous les grands hommes de ce pays. Les groupes d’experts de Kassim Tapo ont travaillé incognito sans la participation de personne. Quelle ignominie ? Quelle indignité ? Quel comportement éhonté ?

Si IBK ne fait pas attention, il n’aura pas son deuxième mandat.

Yacouba COULIBALY

Le Reporter

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct