Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Polémique autour du projet de révision constitutionnelle au Mali : Pour le pouvoir d’abord et le Mali après, IBK jettera-t-il son honneur aux chiens ?

Au Mali, la polémique enfle autour du projet de révision constitutionnelle qui était prévue pour être soumise à référendum le 9 juillet prochain. Face à la réprobation générale de l’opposition et de la société civile qui sont vent debout contre ce projet du président Ibrahim Boubacar Kéita (IBK), alias « Kankélétigui » (homme de parole), mais aussi de partisans du pouvoir, le gouvernement malien a battu en retraite en annonçant, le 21 juin dernier, le report sine die dudit référendum.

manifestation marche foule femme jeunesse anti revision constitutionnelle referendum bamako population revolution citoyen

Toutefois, ne voulant pas s’arrêter en si bon chemin, la plateforme « Touche pas à ma Constitution » qui réunit des associations politiques, la société civile, des mouvements de jeunesse et des partis d’opposition, ne se satisfait pas de ce report. Elle réclame purement et simplement le retrait du texte, au motif que les conditions de tenue d’un tel référendum ne sont pas réunies pour le moment et qu’il y a d’autres priorités, notamment, la sécurisation de tout le territoire national.

marche manifestation foule contre referendum constitutionnelle

IBK aurait tort de minimiser la contestation ou de la réduire seulement à l’action d’éléments instrumentalisés

Morceau choisi. « Dans le contexte actuel, il y a plus urgent et plus important à faire pour le peuple malien : c’est de s’assurer d’abord que les populations, toutes les populations, peuvent se prononcer. Une fois que l’administration sera de retour, que l’armée pourra sécuriser les personnes et les biens, là on pourra aller au référendum », a avancé la présidente de la Plateforme, Mme Sy Kadiatou Sow, qui a battu encore le macadam avec ses ouailles, le 1er juillet dernier, pour réaffirmer sa position.

Autant dire que les frondeurs demandent au président IBK  de renvoyer son projet de révision constitutionnelle aux calendes… maliennes. Sinon, l’on ne voit pas comment le natif de Koutiala pourrait relever le défi de la sécurisation totale du territoire qui est posé comme préalable à la tenue de la consultation du peuple. C’est pourquoi l’on se demande si le pouvoir malien entendra  la clameur populaire en rangeant définitivement son projet au placard ou s’il tentera un passage en force, dans un avenir proche ou lointain. Quoi qu’il en soit, IBK devrait réfléchir par deux fois avant de prendre une telle décision.

Car, elle ne serait pas sans risque. D’autant plus que derrière ce projet de révision constitutionnelle, nombre de ses compatriotes voient une ruse du président, visant à renforcer ses propres pouvoirs, dans l’optique de la présidentielle de 2018.  Aussi aurait-il tort de minimiser la contestation ou de la réduire seulement à l’action d’éléments instrumentalisés.

Cela dit, si la tenue dudit référendum entre vraiment dans le cadre de l’application de l’accord d’Alger comme tend à le faire croire le gouvernement, l’on se demande si cette façon de monter les enchères par les opposants ne cache pas une volonté de rejet de cet accord dont certains ne sont pas loin de penser qu’il fait la part belle aux rebelles, eu égard aux peu de concessions qu’ils font dans  la mise en œuvre dudit accord, alors que Bamako est plus encline à lâcher du lest. Ils en veulent pour preuve la question du désarmement qui a toutes les peines du monde à voir un début de réalisation.

IBK fera tout son possible pour rester fidèle à ses engagements

En tout état de cause, les Maliens gagneraient à accorder leurs violons, s’ils veulent continuer à bénéficier de la confiance de la communauté internationale et se donner les chances de sortir leur pays de l’impasse dans laquelle il se trouve depuis quelques années. Car, à quoi servirait-il que la communauté internationale se mobilise pour venir en aide à un pays dont les fils sont incapables de s’entendre sur le minimum ?

Disons-le net, la manifestation que la plateforme a organisée le 1er juillet dernier, à la veille de l’ouverture du sommet du G5 Sahel à Bamako dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, a fait un peu désordre. Car, comment peut-on tenir un sommet d’une telle importance dans la sérénité, quand les occupants de la maison sont eux-mêmes à couteaux tirés ?  IBK doit impérativement sortir de sa réserve et siffler la fin de la récréation en clarifiant la situation. L’on sait l’homme attaché à sa parole et à son honneur dont il a maintes fois soutenu qu’il « n’est pas à jeter aux chiens ».

Et s’il s’est engagé à travailler à l’application de l’accord d’Alger, il y a fort à parier qu’il fera tout son possible pour rester fidèle à ses engagements. Mais, à la faveur de ce référendum qui n’a manifestement pas l’adhésion de tous ses compatriotes, et surtout de la polémique qu’il suscite, l’on se demande si «Kankélétigui » fera la sourde oreille et restera dans la même logique. Pour le pouvoir d’abord et le Mali après, IBK a certes reculé en annonçant le report du référendum, mais jettera-t-il son honneur aux chiens ? L’on attend de voir.

Diallo

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct