Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Ousmane Cherif Madani Haïdara : « Tout adepte qui n’est pas maudit, doit mourir là où son maitre est diffamé »

Contre des délations tenues dans certaines mosquées, lors des prêches, sur les places publiques, dans les médias ainsi que sur les réseaux sociaux, le guide spirituel d’Ançardine non moins vice-président du Haut Conseil Islamique du Mali, Ousmane Cherif Madani Haïdara ainsi que la jeunesse musulmane ont exprimé leur indignation. Selon eux, les autorités doivent s’assumer pour arrêter cette machine broyeuse de grandes personnalités en général et de dignitaires religieux en particulier afin d’éviter le pire. Ils l’on dit, au cours de l’ assemblée générale des chefs religieux tenue dans l’après-midi du jeudi 13 juillet 2017 dans la grande mosquée de Bamako. L’évènement présidé par Mamoud Dicko, Pdt du HCI a enregistré la présence de plusieurs leaders religieux et militants d’associations islamiques.

cherif ousmane madani haidara ziara tamani

Au Mali,  le respect des personnes âgées était de mise. Cela s’apprenait d’abord dans la famille, puis au sein de la société  et se justifiait dans la vie de la nation. En ce temps, l’éducation était l’affaire de tous et chaque personne sauvegardait jalousement l’image et la dignité de sa famille. Mais, plusieurs mutations dans la gouvernance ont changé cet état de fait. Force est d’admettre de nos jours que, pour certains,  cette vertu a été foulée au pied, faisant en sorte que les jeunes n’ont plus de repère. C’est pourquoi la mauvaise compréhension de la démocratie, caractérisée par une liberté d’expression sans limite a porté un coup dur les us et les valeurs sociales de notre société, par ricochet de notre nation.

Pour arrêter l’allure à laquelle ce phénomène évolue, les chefs religieux ont décidé de conjuguer leurs efforts afin que ce mauvais vent ne puisse emporter tout ce qu’on a de sacré. C’était lors d’une assemblée générale au cours de laquelle étaient représentées toutes les sensibilités religieuses musulmanes du pays.

Intervenant à propos des diffamations à l’encontre des chefs religieux sur les réseaux sociaux, le jeune Adam Nouhoum Traoré, au nom des associations de la jeunesse musulmane, très excité, a dit ceci : « Trop c’est trop ! Nous avertissons ces gens d’arrêter immédiatement de s’en prendre à nos dignitaires religieux ». Avant de signaler que des lettres d’avertissement ont été envoyées à toutes les autorités.

Selon lui, la jeunesse musulmane servira de bouclier contre toutes ces attaques verbales ou autres natures contre les chefs religieux. « Nous sommes prêts à défendre nos leaders, par notre parole ainsi que notre force physique. S’ils n’arrêtent pas, du sang sera versé. » a-t-il déclaré.

A sa suite, Mohamed Macky Bah, président de la jeunesse musulmane approuvant les propos de son collègue dira que les religieux ne sont pas respectés dans ce pays. C’est pourquoi il suggérera aux autorités que soient établis des textes pour le respect et la protection des personnalités.

A son tour, Ousmane Cherif Madani Haïdara dira que les violences verbales contre les leaders religieux sont arrivées à leur paroxysme. Selon lui, cela ne saurait continuer eu égard au rôle et la place des chefs religieux dans la société. C’est pourquoi il se dira satisfait des propos tenus par ses deux jeunes prédécesseurs. « Tout élève ou adepte qui n’est pas maudit doit mourir là ou est diffamé son maitre », dira-t-il, avant d’ajouter qu’il n’acceptera plus que les chefs religieux jouant un rôle capital dans l’apaisement du climat social soient calomniés, méprisés ou vilipendés d’une manière  ou d’une autre par que ce soit. Soutenant qu’il n’est pas possible de fléchir un cœur comme un genou, il invitera le gouvernement à s’assumer afin que le pire soit évité.

A noter que dans sa déclaration, la communauté musulmane du Mali a demandé l’arrêt immédiat de la violence sous toutes ses formes et dans tous les espaces. En plus, elle a exhorté les utilisateurs des réseaux sociaux au strict respect de nos us, coutumes, mœurs et autres valeurs de la société.

Par Moïse Keïta

Sursaut

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct