Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

ONU: le Mali plaide pour un renforcement de la Minusma et la force du G5 Sahel

La situation au Mali a été évoquée vendredi 16 juin devant le Conseil de sécurité de l’ONU, en amont du renouvellement du mandat de la Minusma d’ici la fin du mois, et alors que les pays du G5 Sahel espèrent voir le Conseil adopter une résolution soutenant la création de la force antiterroriste du G5. Face à une situation sécuritaire de plus en plus dégradée dans son pays, Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, a plaidé pour un renforcement de la mission de l’ONU dans le pays et l’adoption très rapide d’une résolution en faveur de la force du G5.

ibrahim boubacar keita ibk bert koenders minusma diner

Il y a un an, a rappelé Abdoulaye Diop, la Minusma avait vu son mandat renforcé pour être plus pro-active dans la lutte contre le terrorisme. Mais pour le ministre malien des Affaires étrangères, cela ne s’est pas concrétisé sur le terrain.

« Globalement, la posture de la mission est restée plutôt statique et défensive, ce qui a facilité la liberté de mouvement des groupes extrémistes et terroristes. Ces derniers en ont profité pour mieux s’organiser et pour multiplier les attaques contre les populations civiles, contre les forces de défense et de sécurité du Mali, mais également contre les forces étrangères. Il est important, qu’au moment où vous envisagez le renouvellement du mandat de la Minusma, que vraiment la capacité de mobilité de cette mission puisse être renforcée et que les patrouilles soient également intensifiées », a-t-il souligné.

Après le nord, le centre du Mali est désormais aussi la cible d’attaques récurrentes, a souligné le ministre. D’où l’urgence d’un soutien du Conseil de sécurité à la création de la force du G5.

« Je voudrais exprimer les vives préoccupations du président de la République du Mali, président en exercice du G5 Sahel, face aux difficultés rencontrées par le Conseil de sécurité pour l’adoption de la résolution relative au déploiement immédiat de la force conjointe dont l’annonce a cependant suscité beaucoup d’espoirs au niveau des populations de la région du Sahel. L’adoption de cette résolution enverra un message fort et sans équivoque aux groupes terroristes et aux trafiquants de tous ordres », a insisté le ministre malien.

En effet, si Paris et la majorité du Conseil soutiennent l’adoption d’une résolution, Washington et Londres traînent des pieds par crainte de signer ainsi un chèque en blanc pour le financement de cette force.

 Par RFI Publié le 18-06-2017
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct