Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Môpti : UNE IMPORTANTE RENCONTRE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DES RISQUES ET CATASTROPHES

Amener les responsables des radios de proximité et de la presse écrite des zones humides de la Région Mopti à comprendre le concept Gestion intégrée des risques (GIR) en lien avec leurs interventions, dans les domaines de la réduction des risques et catastrophes, l’adaptation aux changements climatiques, la gestion et la restauration des écosystèmes étaient des objectifs d’un atelier de deux jours tenue les 11 et 12 juin derniers dans la salle de réunion de l’hôtel Nema Yoro de Sévaré.

L’atelier qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet «Dialogue politique en Gestion intégrée des risques» financé par le royaume des Pays-Bas a été initié par le consortium d’ONG internationales «Parteners for Resilience/Strategic Partenership (PfR-SP)» composé de Wetlands International, CARE International, la Croix rouge néerlandaise, la Croix rouge malienne et la Croix rouge Centre climat. Il a regroupé les techniciens des directions régionales de l’agriculture, la pêche, l’hydraulique, les eaux et forêts, la protection civile et plus d’une trentaine d’hommes de médias des cercles de Bankass, Djenné, Mopti, Youwarou et Tenenkou qui font partie de la zone d’intervention du projet.
Dans une présentation liminaire du projet, le chargé de projet de gestion intégrée des risques à Wetlands International, Ibrahima Sadio Fofana, indiquera qu’il s’agit d’un projet de plaidoyer et de lobbying en gestion des risques de catastrophes dans les bassins du Niger du Sourou et du Sénégal pour la période 2016 à 2020. Il a expliqué que le projet se focalise sur les succès et les leçons apprises du projet DRR-CCA-EMR mis en œuvre par Wetlands International, CARE International, et la Croix Rouge/Centre du Climat de 2011- 2015. M. Fofana a aussi rappelé quelques investissements du projet en termes de fixation des dunes, la construction de digues de protection, la formation des communautés sur l’utilisation des outils de prédiction (OPIDIN) l’installation de jardins maraichers.
Ce nouveau projet met l’emphase sur la consolidation et la mise à l’échelle de l’engagement communautaire des partenaires à la base qui ont été impliqués dans la préparation et la gestion des catastrophes, la planification d’urgence et la réduction des risques, à travers des activités holistiques de renforcement des capacités et l’influence des décideurs. Il sera exécuté, à travers le dialogue politique sur la Gestion intégrée des risques, dans le but de réduire la vulnérabilité des communautés aux risques et désastres de type naturel par l’amélioration des politiques, investissements et des pratiques, a précisé M. Fofana.
Pour Dr Bengaly Afou Chantal Traoré, chargé de plaidoyer à Wetlands International, il s’agit de développer les capacités des communautés pour le dialogue, le lobbying et le plaidoyer pour la prise en compte des préoccupations liées aux changements climatiques, aux risques et aux catastrophes.  Cette énorme tâche qui requiert la mobilisation de la société civile afin qu’elle soit capable de s’engager dans un dialogue constructif avec les différents intervenants ne peu se faire sans la presse d’où la nécessité de votre contribution, a-t-elle souligné.
Pendant les deux jours de la rencontre, les participants ont échangé avec les spécialistes des services techniques sur la politique forestière nationale et l’importance des zones humides au Mali, la politique nationale de l’eau au Mali, la loi d’orientation agricole, la loi sur le foncier agricole et l’état des lieux de la pêche dans la Région de Mopti. Ils ont aussi eu droit à une présentation détaillée de la stratégie nationale pour la réduction des risques de catastrophes (SNRRC).
Dramane
Coulibaly
AMAP-Môpti

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct