Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mond’actu : La prolifération des partis politiques et des candidatures aux élections, une gangrène à la démocratie africaine

En Afrique francophone, au début  des années 90, la quasi-totalité  des Etats sont  brusquement passés  du  monopartisme au  multipartisme  intégral. Cette nouvelle situation favorisera une prolifération des partis politiques.   Comme si cela ne suffisait pas,  puisque le législateur  a permis  les candidatures indépendantes,  d’une élection à l’autre, le nombre de listes aux élections législatives et municipales ainsi que le nombre de candidatures à la présidentielle s’est accrue de façon exponentielle. Chaque formation politique aligne son  candidat  pour briguer la  magistrature  suprême.

Au  Sénégal, on peut compter  actuellement environ 300 partis politiques.  Au Mali, nous en sommes autour de 200. De nombreux autres pays africains, comme la RD Congo ou le Cameroun, sont confrontés au même phénomène de  multiplication des formations politiques.  Cette pléthore de partis politiques dans  les jeunes démocraties africaines constitue-t-elle  une avancée ou un frein au processus démocratique ?

Pour rappel, en 2013, il y avait au Mali 27 candidats au premier tour du scrutin présidentiel. Combien seront-ils en juillet ?  En 2016, 18 candidats se sont présentés à l’élection présidentielle au Gabon, 33 au Bénin. Lors de la future présidentielle de février 2019, le Sénégal craint d’en avoir 47. Or, la prolifération de candidats pose des problèmes logistiques importants, ainsi que des problèmes financiers. Il faut imprimer différents documents pour chacun des candidats, car avec une trentaine ou une quarantaine de candidats, cela peut avoir un poids financier conséquent pour l’État.

D’après  de nombreux analystes politiques,  la prolifération des partis et des candidats aux élections traduit un dysfonctionnement profond dans les systèmes politiques des pays africains. Beaucoup d’acteurs  voient la politique comme la voie qui conduit à une amélioration de leur bien-être matériel, à un enrichissement. Le champ politique attire énormément de personnes mais pas pour la bonne cause. Ce n’est pas pour servir l’intérêt général mais plutôt pour servir des intérêts particuliers.

Comme on peut le constater, la prolifération  des candidats,  loin  d’être un signe de vitalité démocratique, constitue  probablement une gangrène  pour les démocraties africaines. Dans nos pays francophones, il est avéré,  avec le recul d’un quart  de siècle,  que nos candidats  qui briguent la magistrature suprême, manquent  considérablement de  projets de société alternatifs. Dans nombre de cas, les politiques ne proposent  quasiment rien de concret aux électeurs. Or, la vitalité démocratique  est  surtout fonction  de la qualité des  débats politiques. Ce qui manque crucialement à nos acteurs politiques dont  la qualité des formations politiques laisse aussi  à désirer. Comment faire alors pour que la donne puisse changer positivement ?

Dans nos pays francophones d’Afrique, il faut indéniablement des réformes institutionnelles. Cela doit se faire de façon inclusive et prendre en compte  l’ensemble de la problématique de fonctionnement de nos systèmes  démocratiques pour les améliorer dans  l’intérêt des citoyens.

Gaoussou Madani Traoré

Le challenger

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct