Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mamadou Igor Diarra, candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet : « bâtissons ensemble un avenir meilleur »

Pour transformer la société malienne, Mamadou Igor Diarra, candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet prochain, propose – à travers son programme de société – 7 axes stratégiques reposant sur la mise en œuvre de 99 mesures concrètes. 
S’y ajoutent 12 grands travaux prioritaires. Coût global de ce projet de société : 8.090 milliards CFA sur cinq ans.

Faire de notre Etat un outil efficace au service de l’intérêt commun ;  élaborer et financer, en partenariat avec les collectivités locales, une véritable politique de salubrité, d’entretien et d’assainissement des villes ; appliquer, strictement, l’interdiction des sacs et emballages plastiques ; réduire le train de vie de l’Etat ; réduire la taille du gouvernement à une vingtaine de portefeuilles ministériels ; instituer une culture du résultat au sein du gouvernement ; dépolitiser l’attribution des médailles et autres distinctions étatiques ; protéger, efficacement, les Maliens vivant à l’étranger ; instaurer à tous les ministres, au moins, deux visites de travail par an dans toutes les régions du Mali ; donner à nos militaires et forces de sécurité de vraies raisons de reprendre confiance dans le soutien de la nation et de l’Etat….
Telles sont, entre autres, les 99 mesures proposées aux Maliens, par le candidat Mamadou Igor Diarra dans son programme de société pour, dit-il, « un nouveau contrat de confiance entre l’Etat et le citoyen».

Défense et sécurité : « une urgence absolue »

Pour le candidat Mamadou Igor Diarra, il s’agit, non seulement, de refonder la société malienne ; mais aussi, de rebâtir un Etat moderne, en phase avec son temps.
Pour lui, les secteurs de la Défense et de la sécurité constituent une « urgence absolue ». Sur ce plan, il propose un plan de carrière pour les officiers, sous-officiers et soldats à travers une réforme structurelle des services et de l’administration militaire et sécuritaire ; l’amélioration des infrastructures et les logements des soldats, la rationalisation des avancements en grade, la création d’un mécanisme de réinsertion professionnelle du personnel militaire et sécuritaire, la modernisation des services de renseignements et la définition d’un calendrier de redéploiement de la MINUSMA et de son retrait progressif.
Pour l’avènement d’une société apaisée, le candidat Mamadou Igor Diarra préconise l’indemnisation des victimes et leurs ayant-droits de tous les conflits récents du Nord, du Centre et du Sud. Mais surtout, doter les hôpitaux de moyens importants de prévention et de prise en charge des maladies complexes. Comme le cancer, le diabète…

Opérationnalisation des nouvelles régions prévues par la loi du 02 mars 2012

Autres mesures, autres domaines : l’opérationnalisation des nouvelles régions prévues par la loi n°2012-017 du 02 mars 2012. Il s’agit, notamment, de Nioro, Kita, Dioïla, Nara, Bougouni, Koutiala, San, Douentza et Bandiagara.
Aussi, Mamadou Igor Diarra promet, s’il est élu président de la République, d’organiser les Etats généraux du « Vivre ensemble », assortis de mécanismes locaux de prévention des crises.

Une conférence nationale d’évaluation de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale

S’agissant de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale, il propose une « conférence nationale citoyenne d’évaluation de l’accord de paix ». Avec, à la clé, une mise en œuvre des recommandations de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation.
Face à la destruction de l’environnement et aux spéculations foncières dont sont victimes les paysans, le candidat Diarra entend « définir et protéger les zones d’importance environnementale et écologique, prioritairement, dans les zones de production minière » ; mais aussi « légiférer pour limiter la vente des terres à des multinationales et aux pays étrangers ».
Pour des élections transparentes, il prévoit un « mécanisme de sanctions pénales contre les achats de votes, lors des différents scrutins ».
Pour rendre l’économie plus performante, l’ex-ministre de l’Economie et des Finances met un accent particulier sur l’accélération de la « production des biens et services des entreprises ». Afin, dit-il, de leur garantir un « environnement clair et sûr, permettant de donner confiance à ceux qui veulent entreprendre ».

Rendre disponibles les facteurs de production : électricité, eau et capital à des coûts adaptés

Pour ce faire, il entend rendre disponibles les facteurs de production : électricité, eau et capital à des coûts adaptés. Et ce, à travers le renforcement des capacités de la société Energie Du Mali (EDM-SA).
La lutte contre le chômage des jeunes n’a pas été oubliée. Bien au contraire. Pour redonner espoir et confiance aux jeunes – avec ou sans diplôme – l’ancien patron de la filiale Bank Of Africa, à Dakar, promet de « renforcer les guichets de financement existant au sein des agences de promotion de l’emploi des jeunes (APEJ, ANPE, FAFPA) à travers une meilleure gestion des fonds de la taxe emploi-jeune, afin d’appuyer les projets des jeunes diplômés et non diplômés ».

Sortir l’industrie malienne de sa léthargie

Pour sortir l’industrie malienne de sa léthargie, le jeune banquier préconise la mise en œuvre des recommandations du livre blanc de l’industrie malienne. Afin de lui permettre d’atteindre 11% de part pour l’industrie manufacturière au lieu de 5% actuellement ; mais aussi, d’accroitre la production à hauteur de 45%, au lieu de 33%, actuellement du taux d’utilisation des installations.

Promouvoir la jeunesse et l’autonomisation de la Femme

Dans le domaine de la promotion des femmes et de la jeunesse, le candidat Mamadou Igor Diarra prévoit d’utiliser, au mieux, les capacités des femmes et des jeunes ; mais surtout, créer un cadre incitatif pour renforcer leurs capacités et les conditions de leur autonomisation.
Et pour couronner le tout, il envisage de « mettre en place une diplomatie active en faveur de l’intégration sous régionale et renforcer nos relations avec les pays voisins ».

Les investissements, secteur par secteur

Le coût global de ce projet de société est estimé à 8.090 milliards CFA, dont 20 milliards CFA pour l’instauration d’une bonne gouvernance et la lutte contre la corruption ; 700 milliards CFA pour apporter de l’eau à 90% de la population et accroitre l’accès à l’électricité ; 2300 milliards CFA pour la Défense et la Sécurité ; 200 milliards CFA pour améliorer l’accès aux services de santé ; 200 milliards CFA pour redonner au système éducatif malien son lustre d’antan ; 400 milliards CFA pour doter la capitale malienne d’un quatrième pont ; 1400 milliards CFA pour développer l’agriculture et l’agro-industrie ;  100 milliards CFA pour mieux sécuriser nos concitoyens de la diaspora ; 2500 milliards CFA pour désenclaver le pays et soutenir le secteur industriel ; 70 milliards CFA pour moderniser la justice ; 100 milliards CFA pour accompagner la mise en œuvre de la décentralisation et 100 milliards CFA pour promouvoir le sport, la culture et le tourisme.
Comme on le voit, le programme de société du candidat Mamadou Igor Diarra embrasse tous les domaines. Mieux, il est raisonnable, pragmatique.
S’il est mis en œuvre, il peut, non seulement, faire de notre Etat un outil efficace au service de l’intérêt collectif ; mais aussi, assurer une protection effective pour tous les citoyens, à travers une juste répartition des richesses.

Oumar Babi

Source: Canard Déchainé

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct