Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali / Conférence d’entente nationale : le spectre du report

La participation, les questions sécuritaires, la mobilisation, la sensibilisation sont devenues des cailloux dans le pied de la Commission préparatoire de la Conférence d’entente nationale. Aux réserves émises par l’opposition politique viennent s’ajouter le souhait de voir l’évènement reporté de la Coalition des mouvements de l’Azawad. S’achemine-t-on vers un report ?

 ibrahim boubacar keita president malien ibk signature accord paix Mahamadou Djeri Maïga rebelle touareg mnla cma hcua

Au Mali, tous ou presque restent englués dans l’interminable attente d’une date pour la tenue de la Conférence d’entente nationale qui, sauf grosse surprise, se tiendra ce mois de mars. C’est ce qu’a annoncé le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, dans son adresse à la nation à l’occasion du nouvel an. M. Ibrahim Boubacar Keïta a déclaré que cette conférence doit «permettre un débat approfondi entre toutes les composantes de la Nation malienne sur les causes profondes du conflit au Nord du Mali » à la condition que «les participants s’exemptent de tout agenda personnel ».

Disposition de l’Accord pour la paix et la réconciliation, les débats et les tiraillements qu’elle suscite depuis plusieurs mois ne sont pas de nature à rassurer quant à la tenue de cette conférence. Alors que la Commission préparatoire, dirigée par Baba Akhib Haïdara, se fait fort de tenir le calendrier indiqué par le président Ibrahim Boubacar Keïta. Ainsi, depuis mi-février, des missions d’information et de sensibilisation parcourent les régions pour organiser des consultations régionales « qui permettront de recueillir les attentes des populations» et auxquelles prendront part les parties signataires de l’Accord, les jeunes, les femmes, la classe politique, les organisations de la société civile, les services techniques de l’Etat, les collectivités territoriales, les acteurs locaux et communautaires, les confessions religieuses, les autorités coutumières, les organisations professionnelles, les syndicats, les notabilités individuelles, les médias et les communicateurs traditionnels.

Si l’on en croit Ramata Diaouré, membre du groupe de travail communication et relations publiques de la Commission préparatoire de la conférence, les missions se rendront les mardi 14 et mercredi 15 mars à Bamako ainsi qu’à Kidal où elles n’ont pu se rendre à cause du retard accusé dans l’installation des autorités intérimaires.

Divergences

Si les préparatifs avancent, la conférence apparaît de plus en plus comme un sujet qui divise au sein du microcosme politique. Pour Moussa Mara, ancien Premier ministre et leader du parti Yèlèma (membre de la Convention de la majorité présidentielle, CMP), « la conférence en plus de donner au terme Azawad un contenu consensuel » est une « idée dont l’objectif est d’amener les Maliens à travailler froidement sur les causes de la crise et à adopter des solutions qui indiquent clairement les rôles et responsabilités de tous (élite dirigeante, population…) dans le redressement du pays ».

Mais l’opposition politique, dirigée par le député et leader du parti URD, Soumaïla Cissé, estime que la conférence d’entente n’est rien de moins qu’une manœuvre visant à faire entériner de facto l’Azawad comme une réalité socio- culturelle. « Cette conférence, émanation de l’accord de paix d’Alger peut-elle atteindre ses objectifs si aucun rapport d’aucun observateur indépendant n’a jamais été rendu public conformément à l’article 63 qui stipule entre autres qu’un rapport exhaustif faisant le point de l’exécution des engagements sera rendu public tous les quatre mois. Au moment où la crise sécuritaire s’aggrave de jour en jour, où les engagements n’ont pas été tenus et où aucun délai n’est respecté, l’opposition politique émet de sérieuses réserves quant à la pertinence et à l’opportunité de l’organisation d’une telle conférence », peut-on lire dans la déclaration de l’opposition du 16 février dernier.

Ce même jour, son chef de file, Soumaïla Cissé, et sa délégation ont été reçus par M. Baba Akhib Haïdara. « La Conférence d’entente a pour but de légitimer l’Azawad », ajoute Soumana Sacko du parti CNAS-Faso Hèrè, membre de l’opposition dite Gauche républicaine, qui réclame plutôt un Congrès extraordinaire du peuple malien avec toutes les composantes politiques, civiles et sociales.

Même la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM) se braque. Joint par Sahelien.com, son secrétaire général, Hammadoun Amion Guindo, fait savoir d’emblée que la centrale syndicale du Mali n’est pas concernée par la conférence d’entente : « Depuis 2013, juste après la signature de l’accord de Ouaga [l’accord de Ouagadougou est signé le 18 juin 2013 entre la République du Mali et les groupes rebelles armés du MNLA et du HCUA, ndlr], nous avons demandé une conférence nationale pour analyser les causes de cette crise, que les participants ne soient pas seulement les parties signataires ce qui exclut que nous nous referons à l’accord de paix qui ne nous engage pas », explique-t-il.

Vers un report ?

Il apparaît clairement que cette conférence, que certains voient comme une occasion de faire une catharsis, est un sujet clivant. Ses contempteurs reprochent surtout à la conférence son caractère exclusif. Or, le président de la Commission préparatoire Baba Akhib Haïdara, est clair : elle sera inclusive. Comment cette inclusive sera-t-elle atteinte? « En faisant participer toutes les composantes de notre Nation. Il s’agit des parties signataires de l’Accord, des jeunes, des femmes, la classe politique (majorité et opposition), les organisations de la société civile, les mouvements non signataires de l’Accord et qui par leur présence et leurs actions sur le terrain font maintenant partie de la problématique de la paix, et les institutions, les représentants des confessions religieuses, les autorités coutumières, les organisations professionnelles, les syndicats, les notabilités individuelles, les médias et les communicateurs traditionnels. Nous n’oublierons pas d’associer à la concertation les partenaires qui s’investissent à nos côtés », répond-on du côté de la Commission préparatoire.

Mais le défi à relever est celui de tenir l’évènement selon le calendrier indiqué. Car, du côté de la Coalition de mouvements de l’Azawad (CMA), le souhait le plus partagé aujourd’hui est le report de la conférence. Almou Ag Mohamed, porte-parole de la CMA, a expliqué à Sahelien.com que le mois de mars est « très mal indiqué » : « Nous souhaitons que la conférence soit reportée. Elle doit être le couronnement de l’accord, or tous les réfugiés ne sont pas encore retournés, le processus de DDR (Démobilisation, Désarmement, Réinsertion) n’est pas enclenché. Ce sont des sujets essentiels comme celui de l’Azawad qui seront débattus, et une Charte pour la paix et la réconciliation sera élaboré. Si elle se tient avant la stabilisation, on exclut une frange importante de la population qui a subi les conséquences de la crise », ajoute-t-il. Du côté de la Commission, on ne parle pour le moment pas de report.

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct