Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

L’Union africain débat sur son autonomisation

Le Premier Ministre du Cameroun, Joseph Dion Ngute, représente le Président Paul Biya, aux travaux prévus du 10 au 11 février 2019 à Addis-Abeba, en Éthiopie.

Comment autonomiser l’Union Africaine ? La problématique est au cœur du 32e Sommet de l’UA. En effet, l’objectif des États membres est que l’Afrique finance elle-même les trois quarts des programmes de l’institution. En juillet 2016, ils se sont accordés pour instaurer une taxe de 0,2% sur les importations de certains produits. Cependant, 24 États membres l’appliquent, soit moins de la moitié.

Les assises d’Addis-Abeba devraient permettre aux participants de s’accorder sur le nouveau barème des cotisations. En plus, l’Union Africaine doit également faire face aux crises politiques. Elles portent notamment sur: l’adoption du nouveau barème de contribution, la réforme du Conseil de paix et de sécurité, le suivi de la transformation du NEPAD en Agence de développement de l’Union Africaine, la réforme des organes de l’Union, tels que le Parlement panafricain, la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples et la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples.

Ce 32e Sommet de l’UA, marque un tournant décisif dans l’histoire de l’institution, parce qu’il est le premier à se tenir selon le format de la réforme, qui veut que les 55 chefs d’États et de gouvernement ne se réunissent qu’une fois l’an en février et que le deuxième Sommet de l’année soit désormais une réunion de coordination entre le bureau de la conférence.

Aussi ce Sommet devra-t-il procéder à l’adoption de plusieurs rapports approuvés par le Conseil exécutif, à la nomination et à l’élection des candidats à un certain nombre de postes au sein des structures de l’Union Africaine.

Actu Cameroun 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct