Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Les cheminots sur pied de guerre : Contre la promesse d’IBK de 4 mois d’arriérés et 4,6 milliards non tenue : le train voyageur bloqué

Suite à l’annulation de leur marche pacifique prévue pour hier, mardi 15 mai par les autorités, les cheminots de l’ensemble des Régions ferroviaires du Mali et ses partenaires étaient en Assemblée Générale extraordinaire, à l’Hôtel de la Gare de Bamako.  C’est pour prévoir d’autres mesures de pression. 

 Infidélité, indifférence, bref aucun mot ne suffit et n’est approprié aujourd’hui pour décrire le système de gouvernance défaillent de ce régime, l’Homme qui s’était proclamé en 2013 sauveur de la Nation par les engagements fermes. Tout est dans l’impasse. En dépit de l’insécurité alimentaire qui touche actuellement près de 4 millions de Maliens à l’échelle nationale ; la pénurie d’eau qui fait souffrir plus de 900.000 âmes assoiffées, le quinquennat délabré de Mandé Massa n’a pas encore fini d’enfoncer les grandes entreprises  dans le trou.

En effet, suite à la promesse non tenue d’IBK de 4,6 milliards de nos francs aux cheminots du Mali depuis le 31 mai 2017,  les travailleurs des chemins de fer du Mali sont  déjà dans le quatrième mois de salaires impayés. Et, le pire est que le vieux train d’ATT  avec sa locomotive surannée,  qui aurait été repeint et déclaré neuf au profit du «Kan Keletiki» est actuellement bloqué.

Le Seigneur de Sebenikoro mesure-t-il la souffrance de ces Chefs de famille ?

En tout cas, IBK doit immédiatement prendre en main le problème des cheminots afin d’éviter le pire qui pointe à l’horizon. Malgré les multiples démarches du Comité syndical, des Lettres et courriers adressés aux  Ministres concernés à savoir ceux des Transports, de l’Économie et des Finances  depuis des mois, aucune suite favorable n’est jusque-là annoncée par le Gouvernement. L’équipe de Soumeylou Boubèye Maïga

refuse-t-elle d’accorder aux travailleurs leurs pleins droits dûment signés? Étonnant régime ! Selon Mahamane Thienta, les Cheminots n’ont plus besoin de promesses ni de discours creux, mais de la concrétisation des engagements du Gouvernement. Des engagements  faits depuis novembre 2017 : «Le train  qui roule est un train politique. L’État n’a aucune perspective pour le chemin de fer. Nous avons décidé d’arrêter tous les trains jusqu’à la régularisation de notre compte par le Gouvernement», a déclaré Mahamane Thienta.

Aussi, les partenaires du chemin de fer venus des Régions notamment le Collectif Sauvons les rails, FARK, etc. ont tous exprimé leur indignation face à cette marginalisation de la part du Gouvernement à l’égard des cheminots. Selon le Représentant du Collectif «Sauvons les rails », Mohamed Dramé, l’Etat doit tout mettre en œuvre pour tenir ses engagements afin de sauver les rails. «Car, sans les trains, Kayes n’existe pas», a-t-il insisté.

L’implication personnelle du Président IBK pour finir  de bon avec ce dossier est vivement sollicitée par les cheminots. Ce, en réglant les 4 mois d’arriérés de salaires du personnel, en versant les indemnités, en achetant  des outils de travail et en assurant la prise en charge des salaires comme prévu dans les textes afin d’éviter d’autres mesures de pressions en gestation.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct