Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le nombre de pays tributaires des produits de base au plus haut niveau depuis 20 ans (CNUCED)

Le nombre de pays qui dépendent des produits de base a atteint son plus haut niveau en 20 ans, a annoncé la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) dans un rapport publié mercredi.

 

Le rapport de l’agence onusienne indique que le nombre de pays tributaires des produits de base est passé de 92 entre 1998-2002 à 102 entre 2013 et 2017.

Plus de la moitié des pays du monde (102 sur 189) et deux tiers des pays en développement dépendent des produits de base, indique le rapport. « Étant donné que la dépendance vis-à-vis des produits de base a souvent un impact négatif sur le développement économique d’un pays, il est important et urgent de le réduire pour progresser plus rapidement dans la réalisation des objectifs de développement durable », a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi.

La CNUCED définit un pays comme dépendant des produits de base lorsque ceux-ci représentent plus de 60% de ses exportations totales de marchandises en valeur. Selon le rapport de l’agence onusienne, la dépendance à l’égard des produits de base touche presque exclusivement les pays en développement. Il touche ainsi 85% des pays les moins avancés, 81% des pays en développement sans littoral et 57% des petits États insulaires en développement.

L’Afrique subsaharienne reste la région la plus dépendante
Avec 89% des pays dépendant des matières premières, l’Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée.      « Ce qui fait neuf pays sur dix », a précisé Alexandra Laurent, statisticienne à la CNUCED. Viennent ensuite le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, où 65% des pays dépendent des produits de base. La moitié des pays d’Amérique latine et des Caraïbes et la moitié des pays d’Asie de l’Est et du Pacifique dépendent également des produits de base.

Par secteur, le nombre de pays tributaires des exportations de produits agricoles est passé de 50 à 37 entre 1998-2002 et 2013-2017. Le nombre de pays tributaires des minéraux a augmenté régulièrement, passant de 14 à 33, tandis que le nombre de pays tributaires de l’énergie est passé de 28 à 32. « Les variations de prix relatifs entre les différents groupes de produits ont contribué à la modification des principaux groupes de produits exportés », relève le rapport de la CNUCED. C’est le cas de l’énergie et des minéraux qui ont augmenté beaucoup plus que ceux des produits agricoles et manufacturés.

Reste que les pays en développement tributaires des produits de base sont vulnérables aux chocs négatifs et à la volatilité des prix. Entre 2013 et 2017, les prix moyens des matières premières étaient nettement inférieurs à leur sommet de 2008 à 2012, révèle le rapport. Cela a ainsi contribué au ralentissement économique dans 64 pays tributaires des produits de base, plusieurs d’entre eux étant en récession.

Efforts de diversification au Rwanda et au Cameroun
Dans ces conditions, la situation budgétaire de nombre de ces pays s’est détériorée avec le ralentissement de la croissance. Ce qui a entraîné une accumulation de la dette publique, souvent sous la forme d’une augmentation de la dette extérieure. Selon le rapport, la dette extérieure de 17 pays en développement tributaires des produits de base a augmenté de plus de 25% du PIB entre 2008 et 2017.

Par ailleurs, la CNUCED note que certains pays ont réussi à diversifier leur production et leurs exportations au cours des deux dernières décennies. Par exemple, certains pays tributaires des exportations d’énergie, tels que l’Oman, l’Arabie saoudite et Trinité-et-Tobago, ont accru la part de leurs exportations autres que de produits de base en ajoutant de la valeur à leurs secteurs en aval.

D’autres pays dépendants de l’exportation d’énergie ou de minéraux, tels que le Cameroun et le Rwanda ont réussi à développer leurs exportations agricoles. Par exemple, Kigali s’est retrouvé en 2017, avec 8% de combustibles, 51% des exportations pour les minerais et pierres précieuses alors que les produits agricoles sont de 31%. De son côté, pour les exportations de Yaoundé en 2017, il y avait 38% pour les combustibles, 7 % des exportations pour les minerais et pierres précieuses, quand les produits agricoles sont de 46 %.

Dans le même temps, un pays comme la Guinée Bissau a seulement 4% de ses exportations pour les combustibles et 94 % pour les produits agricoles. Des matières agricoles qui sont principalement exportées en Inde avec des échanges portant essentiellement sur la noix de cajou.

Un.org

Lejecom

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct