Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le Conseil de sécurité prolonge le mandat de la Mission des Nations unies au Mali en lançant une mise en garde

Le 28 juin, le Conseil de sécurité de l’ONU a voté, à l’unanimité, la résolution 2423 visant à reconduire pour un an de plus le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA], lancée en juillet 2013.

Pour autant, si aucun de ses quinze membres n’a fait défaut au moment du vote, le Conseil de sécurité a toutefois montré des signes d’impatience au sujet de l’application des accords de paix signés à Alger en 2015 par les autorités maliennes et les groupes armés indépendantistes de l’Azawad [nord du Mali, ndlr].

La MINUSMA « ne restera pas pour toujours au Mali » et la résolution 2423 « est claire sur le fait que nous ne pouvons plus accepter de retards » pour la mise en oeuvre du processus de paix, a prévenu Jonathan Cohen, le représentant américain adjoint auprès des Nations unies.

« Ce renouvellement n’est pas comme les précédents », a confirmé François Delattre, l’ambassadeur français auprès de l’ONU. « Il est accompagné d’un message fort sur la nécessité de progrès substantiels sur le processus de paix », a-t-il ajouté.

La mise en oeuvre de l’accord d’Alger est régulièrement empêchée par des combats entre la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion) et les groupes pro-gouvernementaux (GATIA, MSA). Combats qui se terminent généralement par de nouveaux accords de cessez-le-feu qui tiennent jusqu’au prochain accrochage. En outre, les autorités maliennes peinent à s’établir dans le nord du pays, en particulier à Kidal.

En septembre 2017, et malgré des réserves exprimées par la Russie et l’Éthiopie, le Conseil de sécurité avait adopté une résolution permettant de créer, à la demande de Bamako, un régime de sanctions contre ceux accusés d’entraver l’application de l’accord de paix en question, tout en se disant « gravement préoccupé par la situation sécuritaire volatile, notamment par le développement d’activités criminelles et terroristes dans le centre et le sud du Mali, comme par l’intensification des trafics de drogue et d’êtres humains. »

« L’impunité encourage une culture de corruption dans laquelle les trafics et les intérêts criminels peuvent prospérer et contribuer à l’instabilité et à l’insécurité », avait souligné le texte.

Cependant, cette menace de sanctions n’eut aucun effet. En janvier, l’ONU haussa le ton en exigeant des parties maliennes concernées de faire des progrès notables dans la mise en oeuvre de l’accord d’Alger d’ici la fin mars. Mais cela ne fit pas plus avancer les choses. Aussi, en avril, M. Delattre annonça que la France allait engager, « avec ses partenaires, dès les prochaines semaines […] un travail visant à identifier ceux qui font obstruction à la mise en œuvre de l’accord de paix », notamment « par leur collusion avec des groupes terroristes ou des activités de trafic. » Mais là encore, la Russie fit valoir que « l’utilisation directe de sanctions devait être une mesure de dernier recours. »

D’où l’impatience « face aux retards persistants » dans « l’application entière » de l’accord de paix de 2015 exprimée par le Conseil de sécurité dans la résolution 2423. Qui plus est, l’élection présidentielle malienne, qui aura lieu le 29 juillet prochain, sera un moment crucial.

« Si des progrès significatifs ne sont pas accomplis dans la mise en œuvre » de l’accord de paix, alors le Conseil va « demander au Secrétaire général de proposer, en conséquence, des options pour une éventuelle refonte de la MINUSMA, à l’expiration de son mandat actuel », prévient ainsi cette résolution.

Pour le moment, le texte maintient les effectifs de la MINUSMA à leur niveau actuel [13.289 militaires et 1.920 policiers, ndlr].

Par ailleurs, s’agissant des droits de l’Homme, la résolution 2423 « exhorte les autorités maliennes à intensifier leur lutte contre l’impunité » et à « continuer de coopérer avec la Cour pénale internationale [CPI]. »

Sur ce point, la MINUSMA se dit « préoccupée » par « les graves violations et abus des droits de l’homme commis dans les régions du centre du pays ayant entraîné la mort de plusieurs civils depuis ces derniers mois. »

Ainsi, après avoir enquêté sur des incidents ayant eu lieu le 19 mai, lors de la foire hebdomadaire de Boulkessy, la mission de l’ONU a conclu « que des éléments du bataillon malien de la Force conjointe du G5 Sahel ont sommairement et/ou arbitrairement exécuté 12 civils » après la mort d’un des leurs. « Le rapport de cette enquête a été communiqué au Gouvernement du Mali », a-t-elle précisé.

Opex360

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct