Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La RDC craint une aggravation de l’épidémie d’Ebola

Un premier cas d’Ebola en zone urbaine s’est déclaré en RDC, dans la ville de Mbandaka. Les autorités redoutent une propagation de l’épidémie à partir de cette localité qui est un carrefour fluvial et routier.

Avec la confirmation d’un cas d’Ebola à Mbandaka chef-lieu de la province de l’Equateur, la RDC a franchi une nouvelle phase de l’épidémie, a expliqué le ministre de la Santé, Oly Ilunga.

Celui-ci affirme que tous les moyens sont mis en œuvre pour y répondre de manière rapide et efficace. Selon les experts, ce premier cas urbain de l’épidémie pourrait changer la donne car la ville de Mbandaka, avec près d’un million d’habitants, est située sur les rives du fleuve Congo, une artère principale pour le commerce et la circulation des personnes et des biens vers la capitale Kinshasa.

Par ailleurs, de l’autre cote de du fleuve se trouve le Congo-Brazzaville.

La population locale, ainsi que le ministère de la Santé, expriment leurs préoccupations quant à l’arrivée de la maladie à Mbandaka, ce qui rendrait l’épidémie encore plus difficile à combattre.

Depuis la reconnaissance officielle de l’épidémie par le ministère de la Santé, le 8 mai dernier, une cinquantaine de cas suspects ont été recensés dont 23 décès qui auraient été causés par la nouvelle épidémie d’Ebola dans la zone de Bikoro et Ikoko. Mais seulement trois cas ont été confirmés.

Ainsi, pour casser la chaine de transmission, les autorités sanitaires recommandent à la population d’éviter de toucher les personnes malades et de prévenir immédiatement les services de santé les plus proches. Surtout, en cas de décès, il faut absolument éviter de toucher et de laver la personne décédée.

5.400 doses du vaccin sont arrivées mercredi à Kinshasa. Elles ont été réceptionnées par le ministre de la Santé, en présence de délégués de l’Organisation mondiale de la santé.

La campagne de vaccination sera ciblée. Les professionnels de la santé qui s’occupent directement des patients seront parmi les premiers concernés ainsi que toute personne ayant été en contact avec les cas confirmés d’Ebola.

Le ministre Oly Ilunga ne doute pas de l’efficacité de ce vaccin qui, dit-il, a été élaboré à partir des souches d’Ebola qui ont déjà sévi en RDC.

Deutsche Welle

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct