Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

La France a peur de perdre l’Afrique face aux autres grandes puissances, elle lie son destin à celui de l’Afrique

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a appelé mardi à Brazzaville l’Afrique et la France à “faire bloc ensemble” face aux “tentatives de prédation” et à la “rivalité des puissances” et à se donner à nouveau un “destin commun”.

“Dans un monde marqué par la brutalité, par les tentatives de prédation, par la rivalité des puissances, il nous faut faire bloc ensemble”, a-t-il lancé lors d’un colloque pour le 80e anniversaire du manifeste du général de Gaulle, dit de Brazzaville, qui ancra la France libre en Afrique.

Le continent africain est l’objet de nombreuses convoitises autour de ses ressources naturelles et de luttes d’influence attirant Russie, Chine ou Turquie au détriment de la France, ex-puissance coloniale. “C’est ça aussi l’esprit du manifeste de Brazzaville”, a souligné le ministre français des Affaires étrangères devant les chefs d’État du Congo, de la République démocratique du Congo, de la Centrafrique et du Tchad. “La meilleure manière de faire bloc, c’est de nous retrouver une fois encore autour de ce modèle que des Français et des Africains, après le manifeste du général de Gaulle, ont défendu ensemble depuis Brazzaville il y a 80 ans”, a-t-il souligné. “Une manière qui hier nous a permis de reprendre la maîtrise de nos destins respectifs et qui aujourd’hui nous permet, si nous le voulons, de décider, en assumant la complexité de cet héritage, de nous donner à nouveau ensemble un destin commun”, a-t-il martelé.

Le président tchadien Idriss Déby a salué cette main tendue tout en appelant à “faire plus et mieux” pour lutter contre la menace jihadiste au Sahel ou la pauvreté. “Il est urgent de mettre l’accent sur une conjugaison de forces et de moyens entre nos États et la France en intégrant les variables liées à nos avantages comparatifs (..) L’avenir de l’Afrique c’est aussi l’avenir de la France”, a déclaré Idriss Déby dont les forces armées sont engagées au Mali au côté de la force française antijihadiste Barkhane.

Conjugaison des efforts

“Il est difficile pour un pays de mener seul ce combat (contre le terrorisme). Cette lutte de tous les jours nécessite notre engagement, notre solidarité et la conjugaison de nos efforts pour éradiquer ensemble ce fléau de notre siècle”, a rappelé Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo.

Dénonçant les actes de terrorisme dirigés contre des civils dans l’Est de la RDC, M. Tshisekedi a déploré des violences exercées notamment sur des femmes qui sont “tantôt enterrées vivantes, tantôt décapitées” par des hommes armés.

Jean-Yves Le Drian a regretté que la “mémoire commune” autour du manifeste de Brazzaville ait été si “longtemps occultée” et appelé à construire des “mémoires partagées”, au-delà des “malentendus”, afin de “garantir une relation qui ait du sens”, malgré “les pratiques parfois discutées du système français de colonisation”. Le 18 juin 1940, depuis Londres, le général de Gaulle lança un appel à la résistance face à l’occupation nazie, posant l’acte fondateur de la France libre.

L’Afrique Équatoriale française (AEF) et le Cameroun se rallièrent rapidement à lui. Le 24 octobre 1940, il arriva à Brazzaville dont il fit la capitale de la France Libre. Le 27 octobre, il annonça la création, dans le manifeste dit de Brazzaville, d’un Conseil de Défense de l’Empire qui allait incarner cette France libre.

“Sans l’Afrique, l’appel du 18 juin ne serait resté qu’une supplique sans lendemain des peuples qui ne veulent pas mourir”, a relevé Hervé Gaymart, président de la Fondation Charles de Gaulle, lors du colloque intitulé “De Gaulle et Brazzaville: une mémoire partagée entre la France, le Congo et l’Afrique”.

L’Empire apporta aussi au général combattants, ressources naturelles, impôts et poste émetteur (Radio-Brazzaville). “La France libre n’a pas été londonienne en termes constitutionnels, militaires, territoriaux. Elle a été africaine”, a résumé l’historien canadien Éric Jennings au colloque.

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct