Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La concrétisation d’une promesse tenus par IBK

L’évènement, au-delà de son caractère historique en raison de la forte mobilisation de la population, restera longtemps gravé, en lettres d’or dans l’histoire du Mandé. En effet, ils étaient nombreux les populations du Mandé à réserver un accueil chaleureux et fraternel au Premier ministre et sa délégation venus pour le lancement des travaux.

ibrahim boubacar keita ibk rpm president malien

Placée sous le patronage du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa MAIGA, la cérémonie de lancement s’est déroulée en présence du président de l’Assemblée nationale, Issiaka SIDIBE ; de plusieurs membres du Gouvernement, notamment Mme TRAORE Seynabou DIOP, ministre de l’Équipement et du désenclavement ; des honorables députés ; des responsables politiques, administratifs et coutumiers de la région de Koulikoro et du cercle de Kangaba, etc.
On y notait également la présence d’une délégation guinéenne, présente à Kangaba pour le festival culturel de Kouroukanfouga, ouvert vendredi dernier.

L’enthousiasme des Mandékas
Le porte-parole des maires du cercle de Kangaba, Ziè SINAYOGO, au nom de toute la population du Mandé, a exprimé tout son bonheur. Car, la route est le moteur du développement.
«Nous disons grand merci au Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA. Il nous a promis, il l’a fait» a témoigné M. SINAYOGO pour qui, après la réalisation de la route, « plus de victimes de femmes enceintes de l’état de la route».
Les populations du Mandé, du Milidjan, du Kagnogo, etc. n’ont qu’un seul mot à dire : «Merci au Président IBK».
Le maire a profité de l’occasion pour rappeler le mauvais état d’autres axes routiers dans la commune, notamment Kangaba-Narena et Kanbaga Naremadougou.
Aussi, a-t-il demandé la réalisation de 5 km de voies bitumées à l’intérieur de la ville de Kangaba, comme cela avait été annoncé lors la construction de la route Bamako-Kangaba.
Par ailleurs, il a invité les populations bénéficiaires de la future route à en prendre soin.

Les potentialités de la zone
Selon Mme le ministre de l’Equipement et du désenclavement, il n’est un secret pour personne que le cercle de Kangaba, berceau de l’Empire du Mali, regorge d’énormes potentialités culturelles, touristiques et agro-sylvo-pastorales.
Mais, hélas, regrette-t-elle, ces potentialités restent sous-exploitées par manque de routes carrossables en toute saison qui faciliteraient les échanges commerciaux, source de l’économie d’un pays enclavé comme le nôtre.
«Au regard de ces énormes potentialités, il était donc de notre devoir et de notre responsabilité de trouver une solution technique et durable pour rendre le tronçon Kangaba-Dioulafoundo-Frontière Guinée praticable à tout moment» a-t-elle indiqué.
Et Mme le ministre de rappeler que le projet de construction et de bitumage de la route Kangaba-Dioulafoundo-Frontière Guinée s’inscrit dans le cadre de l’intégration du réseau routier de communication en Afrique et dans la sous-région.

Les retombées de la future route
Selon Mme le ministre, la route, une fois réalisée, va faciliter le développement des échanges socio-économiques entre le Mali et la Guinée; et encourager la mise en valeur des vastes zones et des énormes potentialités non encore exploitées.
L’axe Kangaba-Dioulafoundo-Frontière Guinée qui faisant partie de la route nationale N°26 (Bamako-Kangaba-Dioulafoundo-Frontière Guinée) constitue l’un des tronçons les plus fréquentés pour rallier la Guinée, précise Mme le ministre.
Présentement en état de piste, a-t-elle reconnu, sa praticabilité est précaire, surtout en période hivernale.
L’exécution des travaux de cette route, prolongement de l’axe Bamako-Kangaba, a-t-elle souligné, contribuera à l’évacuation des productions agricoles et minières vers les centres de consommation ; ainsi que la commercialisation avantageuse du bétail grâce aux conditions de transport à travers la réduction du coût des transports, l’augmentation du trafic et l’amélioration de la sécurité.
De plus, l’économie locale se développera grâce à l’accroissement d’activités génératrices de revenus et d’emplois.
Le taux de fréquentation des écoles et des structures de santé sera amélioré. Il en est de même pour le bien-être de la population.
Par ailleurs des activités à caractère industriel seront menées. Toute chose qui apportera une valeur ajoutée substantielle à l’économie par la transformation des productions agricoles et fruitières.
Enfin, dans les domaines socioéconomique et environnemental, la réalisation de cette route longue de 52 km, chaînon manquant du corridor Mali-Guinée à travers la ville de Kangaba permettra la création d’environ 1 000 emplois directs et indirects ; la plantation de 1 315 arbres en alignement le long de la route ; la création de plusieurs hectares de bosquets villageois et d’une dizaine de points d’eau équipés de pompes à motricité humaine.
En outre des campagnes de sensibilisation sur les IST/VIH-Sida, la maladie à virus Ebola, la sécurité routière et la protection de l’environnement seront menées pendant toute la durée des travaux.
Le marché des travaux est attribué à l’entreprise malienne EGK pour un montant de 19 437 950 586 FCFA TTC et un délai d’exécution de 15 mois hors saison des pluies.
Les prestations de contrôle et de surveillance des travaux seront assurées par le groupement malien de bureaux d’étude BETRAP/BEGEC. Le financement est assuré à hauteur de 100% par le budget national.
Pour la réussite de ces travaux, Mme le ministre qui dit compter sur l’implication des autorités locales et des bénéficiaires, a exhorté la direction nationale des Routes, l’entreprise et le bureau de contrôle à réaliser les travaux dans les règles de l’art et dans les délais contractuels et l’enveloppe financière disponible.

La remémoration du Mandé par le PM
D’entrée de jeu, le Premier ministre, à la question de que ce qu’il va dire, a répondu par un seul mot «Merci que j’aurais répété plusieurs fois Merci, merci, merci pour cet accueil chaleureux, fraternel, convivial».
Le PM a rappelé qu’il s’agit d’un projet qui a été approuvé en Conseil des ministres en moins de deux mois qui est traduit en acte concret.
À son avis, il s’agit de soulager les populations de toutes leurs souffrances en termes d’enclavement.
Le PM a apprécié l’état des lieux très contraignant de la route qu’il va falloir changer, conformément au souhait de la population, d’ici à 15 mois, hors saison des pluies. Mais d’ici à 8 mois, il faut un suivi rigoureux, le temps que la saison des pluies ne s’installe.
Le PM a profité de l’occasion pour souhaiter la bienvenue à la délégation guinéenne, au Festival de Kangaba. Il n’a pas manqué de rappeler un pan de la richesse de l’histoire de Mandé où « chaque pas, chaque fait, chaque geste, compte et comptera».
«Nous venons alors à Kangaba saluer la mémoire d’un passé qui inspire. Nous venons là, pour beaucoup pour se ressourcer ; demander aux anciens de prier pour le Mali» a dit M. MAIGA.
Pour le PM, il est important de s’arrêter sur un seul chantier, sur 5 projets et de dire que la promesse est tenue : «Oui ! Nous sommes sur la trace et les traces de l’histoire sous l’empire de ceux qui jamais en s’engageant ne se renieront. Une promesse est un engagement. En tant que tel, saurons-nous faire autrement ? »
En réponse à la demande de 5 km de route bitumée dans la ville de Kangaba, le PM a demandé au ministre de l’Équipement et du désenclavement de l’examiner et que suite puisse être donnée d’ici à 45 jours.
Il faut noter que dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale des transports, des infrastructures de transport et du désenclavement adoptée par le Gouvernement, en octobre 2015, le Conseil des ministres, lors de sa session ordinaire du vendredi 17 février 2017, a adopté des projets de décret portant approbation des marchés relatifs aux travaux de construction et de bitumage des routes citées plus haut.
La réalisation de ces infrastructures d’un coût total (Toutes taxes comprises TTC) est de 115 698 023 530 de FCFA pour une distance linéaire de 274,6 km, entièrement financés par le Budget national sur les exercices 2017-2018, vise le désenclavement intérieur et extérieur du Mali, et s’inscrit dans le cadre de la Grande offensive Présidentielle (GOP) pour les infrastructures, un pan du programme du Président IBK : « Le Mali d’abord ».
La construction et le bitumage des différentes routes, dans un délai maximum de 12 à 24 mois, permettront d’assurer le désenclavement intérieur et extérieur de notre pays et contribueront à son développement économique et social.
Le Premier ministre et sa délégation ont rendu une visite de courtoisie aux autorités coutumières de Kangaba dans le grand vestibule ou «Kaababulon».

Par Sékou CAMARA
Envoyé spécial

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct