Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

IBK refuse de quitter le pouvoir, les Maliens se soulèvent

Mali: « Les dictatures jouissent d’une grande impunité pour peu qu’elles soient utiles et stables »

Au moins douze personnes ont été blessées samedi à Bamako lors d’une “marche pacifique” de l’opposition, interdite par le pouvoir. Une marche qui a rassemblé plusieurs centaines de manifestants, à deux mois de l‘élection présidentielle.

“Il y a effectivement au moins douze blessés, dont un policier blessé au front et au moins un homme politique”, a déclaré un médecin de l’hôpital Gabriel Touré de Bamako.

“J’ai été légèrement blessé en participant à la marche pour prôner des élections crédibles.’‘ à déclaré sur Twitter Mamadou Igor Diarra, ancien ministre des Finances et de l‘Économie (2015-2016). Il fait partie de la quinzaine de candidats déclarés à la présidentielle du 29 juillet.

Une manifestation réprimée dans le sang au Mali

J’ai été légèrement blessé en participant à la marche pour prôner des élections crédibles. Dieu merci j’ai pu assister certains blessés, femmes et jeunes ce qui explique le sang sur mes vêtements dans les photos qui circulent. Prompt rétablissement à Tous. Triste journée au Mali

Le gouverneur de Bamako avait interdit, “en raison de l‘état d’urgence toujours en vigueur”, la “marche pacifique” organisée par la Coalition pour l’Alternance et le Changement, qui avait maintenu son mot d’ordre de rassemblement.

Samedi matin, la police est notamment intervenue à coups de matraques et de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants aux abords du siège d’un parti, l’Alliance Démocratique pour la Paix (ADP), où plusieurs responsables de l’opposition avaient improvisé un quartier général.

“Afin de permettre aux autres concitoyens de vaquer à leurs occupations, les forces de l’ordre ont vite investi les lieux en vue d’empêcher tout attroupement de nature à troubler l’ordre public”, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Sécurité et de la Protection civile.

L’opposition dénonce une agression

Plusieurs responsables de l’opposition ont dénoncé une “agression” de la part du pouvoir.

“Comment voulez-vous qu’on se taise. Nous manifestons pour réclamer des élections transparentes et un égal accès à l’ORTM”, la radio-télévision publique, s’est indigné Oumar Sangaré, qui dirige une association qui “soutient le changement au Mali”.

“Vous voyez, notre marche était pacifique. Et voilà un pouvoir antidémocratique qui nous gaze. La dictature ne passera pas”, a déclaré Ousmane Koné, un maçon qui participait à un autre rassemblement en plein centre-ville, également dispersé par les forces de l’ordre.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, 73 ans, a annoncé le 28 mai officiellement sa candidature à un second mandat.

Il retrouvera sur sa route le chef de l’Union pour la République et la démocratie (URD), Soumaïla Cissé, et plusieurs de ses anciens ministres, soit au total plus une quinzaine de candidats.

Pouvoir: le président IBK veut rester

Le nord du Mali était tombé début 2012 sous la coupe de groupes jihadistes, en grande partie dispersés par une intervention militaire lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France.

Mali: IBK voudrait rester Président: manifestation réprimée

Mais des zones entières du pays échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU, malgré la conclusion en juin 2015 d’un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes.

La Rédaction

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct