Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Guiré dans le cercle de Nara : Plus d’une dizaine de soldats morts suite à une attaque terroriste

Le  dimanche 21 avril 2019, le camp militaire de Guiré dans le cercle de Nara a fait l’objet d’une attaque qualifiée de « terroriste ». Suite à cette bavure, on dénombre plus d’une dizaine de morts du côté des FAMAs. Selon le secrétariat général du Ministre de la Défense et des anciens combattants, il y a eu 11 militaires tués, plusieurs  véhicules incendiés  et d’autres emportés.

 

À bord de véhicules lourdement armés et sur des motos, les assaillants sont arrivés dans ce camp de Guiré situé à quelque 400 kilomètres de la capitale malienne et ont complètement détruit le camp, nous précise la Studio Tamani. Comme bilan provisoire, on fait état de 16 morts du côté des forces armées maliennes selon certaines sources, mais 11 selon le communiqué du secrétariat général du Ministère de la Défense et des anciens combattants.  Huit véhicules ont également été calcinés et des militaires sont portés disparus, nous indique la même source.

« Les forces de sécurité et de défense maliennes ont été attaquées à Guiré, dans le cercle de Nara, région de Koulikoro ce dimanche matin 21 avril 2019 », précise l’armée malienne sur son site sans donner  plus de détails.

Rappelons que cette attaque de Guiré survient un jour après celle contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) sur l’axe Douentza-Boni dans la région de Mopti et qui a coûté la vie à un Casque bleu égyptien et a laissé quatre blessés dans le même rang. C’était le samedi 20 avril 2019. « Le Secrétaire général rappelle que les attaques dirigées contre les Casques bleus des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international. Il appelle les autorités maliennes à agir rapidement pour identifier les auteurs de cette attaque et les traduire en justice », lit-on dans le communiqué de presse des Nations-Unies suite à cette attaque. Le même jour, la MINUSMA à travers son chef s’est manifestée : « Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh Annadif, condamne fermement l’attaque lâche perpétrée contre un convoi de la MINUSMA qui a causé la mort d’un Casque bleu suite à l’explosion d’une mine ou d’un engin explosif (IED), sur l’axe Douentza-Boni ce matin. »

Annadif a saisi cette occasion pour réitérer sa conviction auprès des autorités maliennes : « Cette attaque montre une fois de plus que l’action de la MINUSMA met en déroute les terroristes qui cherchent à tout prix à faire dérailler le processus de paix au Mali. La MINUSMA reste plus que jamais déterminée, aux côtés de ses partenaires nationaux, régionaux et internationaux à accompagner le peuple malien dans son chemin vers la paix ».

Notons en plus de tous ceux-ci qu’en fin de la semaine dernière, un homme a été retrouvé assassiné à Tombouctou.

Toutes ces bavures interviennent juste après le départ du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maiga et de son gouvernement le jeudi dernier. Une démission revendiquée parce que d’une part l’insécurité avait atteint son paroxysme, mais aussi parce que le front social était en ébullition. En plus de cela, elles interviennent juste au moment où la communauté chrétienne célèbre la fête de Pâques. Tous ces faits sont trop proches pour relever du hasard.

Fousseni TOGOLA

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct