Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Gestion de la rébellion, l’Etat devait éviter les promesses fantaisistes

L’Etat doit éviter les promesses fantaisistes, les propositions de postes, les nominations à des hautes responsabilités de certains cadres peu fiables de la rébellion.

 

Mahamadou Djeri Maïga rebelle touareg mnla cma hcua ibrahim boubacar keita president malien ibk signature accord paix

Il faut faire appel aux compétences des vrais cadres sans exclusive, qui peuvent résoudre les problèmes de développement des communautés. La continuité de la nation n’est pas à négocier et les engagements du gouvernement vis à vis de certains leaders de la rébellion est de nature à renforcer les jalousies individuelles et de groupes.

L’autorité de l’Etat doit être au-dessus de tout ; on ne doit pas jouer avec cela car il n’y a pas de démocratie sans un Etat fort et surtout présent partout. En plus, sans sécurité et sans liberté, il n’y a pas d’expression démocratique. La rébellion mal gérée est une insurrection qui prend en otage les diverses communautés.

Pour réussir face à la rébellion, l’Etat doit calquer tout sur la trilogie complémentaire des trois mots-clés, mission, moyens et résultats.

 

Source: Maliactu.info

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct