Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

France: des Noël solidaires pour les sans-domicile

Les fêtes de fin d’année sont sans doute la période où la solitude et le sentiment d’isolement se font ressentir le plus douloureusement. Pour les sans-abri, c’est souvent un moment particulièrement difficile. Afin de leur permettre de fêter Noël et la nouvelle année dans la dignité, des associations se mobilisent un peu partout en France. Réveillons solidaires, cadeaux, spectacles. Reportage dans un centre parisien d’aide aux SDF.

À l’Agora, un Espace Solidarité Insertion au coeur de Paris qui fait office d’accueil de jour pour les sans-abri, les festivités de Noël ont déjà débuté. « Tout le mois de décembre est émaillé d’évènements. Il y aura une journée où l’on va faire des crêpes, nous avons de la restauration, des activités culturelles et des cadeaux. Ce sera un bon moment », explique Bruno Morel, directeur général de l’association Emmaüs Solidarité qui gère les lieux.

Tous les jours, l’Agora accueille près de 200 personnes. Parmi elles Kalil, étudiant malien. « Je fréquente Emmaüs depuis un an environ. C’est pour les immigrés qui sont là et qui ne sont pas en bonne situation, les personnes à la rue… La période de Noël est compliquée parce qu’on n’a personne avec qui fêter. Au moins, là, on est à l’abri. »

C’est également ici qu’Alexandre passera une bonne partie de cette fin d’année. « Ca va faire quelques mois que je suis dans cette situation, à dormir dans la rue. Donc je viens ici. J’y trouve pas mal d’aide : il y a internet, il y a des douches pour se laver, on peut être au chaud. Et puis on retrouve beaucoup de chaleur qu’on ne retrouve pas ailleurs. »

Emmaüs Solidarité prend aussi soin des sans-abri qui ne peuvent pas se déplacer. Pendant les fêtes, comme d’ailleurs tout au long de l’année, des maraudes sont organisées pour aller à leur rencontre.

Bruno Morel rappelle par ailleurs le sort de très nombreux enfants contraints de dormir dans la rue :

Si on prend le territoire parisien, on note qu’il y a à peu près 500 enfants qui vivent en famille, mais qui vivent en famille dans la rue ou dans des solutions d’habitat inadapté, type salles d’hôpitaux. Personne ne peut se satisfaire que des enfants n’aient pas un toit en cette période de fête et pendant toute l’année sans compter que cela pose d’énormes questions : évidemment, un gamin qui est à la rue va rencontrer des problèmes de mauvaise ou de sous-alimentation, des problèmes de scolarité, des problèmes de santé. Il faut sortir de cette situation qui n’est pas digne de notre pays.

RFI
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct