Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Entre nous : Le gouvernement dans un imbroglio

Le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, a jeté un pavé dans la marre en affirmant au siège de la Plateforme Ensemble pour le Mali (EPM) la volonté du gouvernement de reporter, sine die, les élections législatives prévues le 28 novembre et le 16 décembre. Cette annonce a été accueillie avec une certaine froideur par le président de l’EPM, Dr Bocary Tréta, qui semble rejeter d’ores et déjà toute idée de report de ce scrutin.

Le président du Rassemblement pour le Mali (RPM), selon des propos rapportés par certains confrères, aurait sérieusement pris à part le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, Mohamed Ag Erlaf. Ainsi, Dr Bocary Tréta n’a pas hésité à traiter de « danger pour la République et pour le chef de l’Etat » et « de fossoyeur de la République » le ministre  qui est pourtant membre du RPM. Les mots sont à la fois durs et violents.

Les contradictions internes de la Plateforme, ayant porté la candidature du Président IBK pour un second mandat, jusque-là redoutées, se sont révélées au grand jour. Le Chef du gouvernement ne peut pas s’attendre à un soutien de la part de Dr Bocary Tréta sur l’initiative de report des législatives. L’attitude du président de l’EPM qui a dirigé la direction de campagne du candidat IBK laisse penser qu’il ne maîtrise pas toutes les formules de ce fétiche dont il avait la garde pendant la campagne électorale. Cacophonie au sommet de l’Etat ? D’hésitations en hésitations, le gouvernement est dans un véritable imbroglio.

Ce report non encore acté, ne vise nullement à faire plaisir à l’opposition. Certes, un collectif de candidats à l’élection présidentielle a demandé dans une déclaration commune, le report des législatives. Avant cette déclaration le Premier ministre avait demandé l’avis de la Cour Constitutionnelle sur une éventuelle prorogation de neuf mois du mandat des députés à l’Assemblée Nationale. A cette requête, les sages ont rendu un avis défavorable qui n’a cependant aucune valeur juridique contraignante pour le gouvernement. Or sans ce report, il serait difficile, voire impossible pour le Premier ministre de traduire en actes concrets certains engagements du Chef de l’Etat, lesquels sont décisifs pour lui après sa réélection « contestée » par l’opposition.

La situation du pays, devenue plus confuse après l’élection présidentielle, est telle qu’il faut des compromis politiques pour éviter que le Mali ne bascule davantage. Ce qui nécessite d’engager des vraies discussions avec les forces politiques et la société civile pour mieux analyser les menaces réelles pesant sur les institutions de la République. Un consensus serait alors indispensable pour asseoir le schéma à adopter après le report des législatives.

Si certaines inquiétudes soulevées par le président de l’EPM ne sont pas totalement sans fondement, Dr Bocary Tréta n’aurait d’autre choix que de soutenir les initiatives du gouvernement si celui-ci ne changeait pas d’avis. Avec un front social en ébullition, une situation sécuritaire très instable sur fond de difficultés d’application de l’accord pour la paix et la réconciliation et des tensions politiques marquées par des marches à répétition de l’opposition, l’avenir de la République semple plus qu’incertain. Déjà, personne ne veut prédire la suite du bras de fer entre le gouvernement et les syndicats des magistrats, qui observent une grève illimitée depuis plus de deux mois. Les semaines à venir seront donc décisives pour clarifier certaines positions.

Par Chiaka Doumbia

Source: lechallenger

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct