Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

En vert : Mohamed Ag Erlaf, Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat

A force de persévérance, il a réussi à installer (la plupart) des présidents des Autorités intérimaires des régions nord, donnant ainsi un nouveau coup d’accélérateur à la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la réconciliation au Mali. Depuis plus d’un an, l’installation de ces autorités intérimaires était devenue le principal blocage qui retardait l’évolution du processus, notamment l’opérationnalisation des patrouilles mixtes et le démarrage véritable du DDR.

mohamed-ag-erlaf-ministre-administration-territoriale-decentralisation-reforme-etat-reunion-conference

L’intronisation (pardon, l’installation) de ces autorités intérimaires, malgré les soubresauts, est un grand coup que vient de réussir le ministre Ag Erlaf. Qui ne doit pas s’arrêter en si bon chemin ; En effet, installer ces autorités dans leur fonction, est une chose, mais le respect, par elles, de la souveraineté de l’Etat, de sa forme unitaire, sa laïcité, en est une autre. Le ministre Ag Erlaf doit donc aller jusqu’au bout et amener toutes les parties au respect des autres engagements contenus dans l’accord, notamment le retour des services sociaux de base, le retour des réfugiés, la remontée des forces de défense (reconstituées) sur toute l’étendue du territoire, l’organisation des patrouilles mixtes….

En Jaune : Mamadou Ismaël Konaté, Ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Seaux.

Les propos qu’il a tenus, cette semaine, devant des partenaires, au sujet de son intention de soutenir l’adoption d’une loi sur l’abolition de l’excision au Mali, a crée, cette semaine, une vive polémique avec les organisations islamiques dont la réaction ne s’est pas fait attendre. Dans les Zawia et les  mosquées des prêches sont consacrées aux déclarations faites par le Garde des Seaux. Sa sortie au sujet d’une question dont il était pourtant loin d’ignorer l’extrême sensibilité, a, comme on pouvait le prévoir, provoqué une vive colère chez certains leaders religieux, dont l’imam Mahmoud Dicko, le président du Haut conseil islamique du Mali. Les menaces proférées ont obligé notre ministre à courir, dans tous les sens, en vue rectifier sa maladresse. Pour calmer la situation, il alla jusqu’à se dédire, en déclarant qu’il n’avait pas été compris ; Que la loi à laquelle il faisait allusion, était plutôt la loi sur….les violences conjugales ( ?). Après ses récents démêlés avec la magistrature, revoilà encore Me Konaté prêt à nous embarquer dans une nouvelle crise sociale. S’il a réussi dans son virage à 90°, il doit surtout éviter la répétition ; C’est un carton jaune !

En Rouge : Mme Sangaré Oumou Ba, Ministre de la Promotion de la femme

Chaque 8 mars, fête de la femme, les organisations et associations féminines se mobilisent, à Bamako et dans les régions, pour habiller leurs membres aux couleurs de l’évènement. Cette année, ceci ne s’est pas fait sans frustration. En effet, avec la complicité de certaines personnes, une certaine mafia a été instaurée autour de la vente du tissu du 8 mars. Tout a été fait pour que les femmes ne puissent accéder aux pagnes, au Centre Aoua Keïta où elles l’acquièrent d’habitude. Cette année, tout un système a été mis en place pour orienter les femmes vers le marché où le prix de la balle coûtait les deux yeux de la tête. Au même moment, au département, l’on faisait semblant d’ignorer tout de cette spéculation. Si elle n’avait rien à y perdre, le ministre Sangaré Oumou Ba, avait, néanmoins, toutes les cartes en mains pour mettre fin à une spéculation créée en complicité avec certains commerçants véreux.

 

Source: L’Officiel

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct