Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

En un mot : Boycott

A la surprise de tous, les membres de certains sous-comités représentants ont décidé de saboter les travaux de la session en cours du Comité de suivi de l’accord (CSA). A l’origine de cette tension, le retard pris dans le payement des primes. Pour beaucoup, ce bras de fer est dû aux partenaires, qui ont fait de la participation des groupes armés une activité lucrative.

mahamat-saleh-annadif-minusma-conference-csa-conference-reconciliation-paix

Habitués à l’argent facile, les responsables de la CMA et de la Plateforme n’hésitent pas à sacrifier le processus de paix pour des avantages pécuniaires. Difficile de connaître le montant exacte, mais les arriérés constituent une masse importante d’argent.

Puisque l’argent reste le nerf de la guerre, les groupes armés utilisent le chantage et la surenchère comme moyen de pression. Et à chaque fois qu’ils tentent l’expérience, les partenaires cèdent à leurs desiderata.

En mettant en exécution son mot d’ordre de boycott des travaux des sous-comités, les délégués de la CMA et de la Plateforme s’auto exclus de la mise en œuvre de l’accord. Une forte interpellation à la communauté internationale qui vient de créer un régime de sanctions contre ceux qui entravent le processus de paix.

DAK

Par L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct