Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Création d’une école moderne: la Protection civile sollicite IBK

Notre pays a commémoré, le vendredi 1er mars, la Journée internationale de la protection civile sous le thème : ‘’La protection des enfants, c’est notre responsabilité’’. A cette occasion, le Directeur général de la Protection civile a sollicité le Président IBK pour la construction d’une Ecole Moderne des sapeurs-pompiers.

Après le salut au drapeau ; l’hymne national ; la revue des troupes accompagné du ministre de la Sécurité et de la protection civile, Salif TRAORE, ainsi que le DG de la protection civile, le colonel-major Seydou DOUMBIA, le Président IBK a occupé sa place sous la loge officielle où avaient déjà pris place les Présidents des Institutions, des membres du Gouvernement, de la hiérarchie militaire, des responsables de la Protection civile, ainsi que des partenaires au développement.
Accueillant l’événement dans sa commune, le Maire Adama BERETE de la CIV donne le ton de la cérémonie, à travers son mot de bienvenue.
A sa suite est intervenu le colonel-major Seydou DOUMBIA pour un discours bilan et de sollicitation.
« La protection des enfants, c’est notre responsabilité ». Le Mali est en phase avec le thème de cette édition, a introduit ses propos M. DOUMBIA. Son pays, affirme-t-il, n’a pas attendu la proclamation de ce thème par l’OIPC pour poser des actes concrets allant dans le sens de la protection des enfants. Selon lui, des efforts dans ce domaine, il y en a eu beaucoup. Il cite, entre autres, les dispositions pertinentes de la Constitution du 25 février 1992 ; les dispositions du Code pénal et du Code de procédure pénale en faveur de la protection des enfants ; la ratification par le Mali de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant ; le Tribunal pour enfant.
Outre ces acquis, le colonel major Seydou DOUMBIA a informé le chef de l’Etat que dans le cadre de la préparation à la protection de l’enfant, la Direction générale de la Protection civile, de concert avec la Direction Nationale de la Pédagogie, a initié depuis 2013, la relecture des curricula de l’enseignement fondamental et secondaire général, pour y intégrer les notions de risques, de prévention et de réponse aux catastrophes, ainsi que des gestes qui sauvent la vie.
Des modules ont été élaborés et validés à l’échelle nationale. Mais, il souhaite l’introduction effective de ces modules dans les programmes de l’enseignement fondamental et secondaire général. Selon lui, l’éducation est le socle sur lequel il est facile de bâtir chez l’enfant la culture du risque, de la protection de soi et d’autrui, en un mot, de la résilience face aux catastrophes.
« Au regard de ce récapitulatif liminaire des activités de la Protection civile de notre pays, nous sommes en droit de conclure que les attentes de l’Organisation Internationale de la Protection Civile sur la bonne préparation des Services de Protection civile, en vue d’assurer une meilleure protection des enfants face aux catastrophes, sont comblées », a affirmé le DG.
Puis, M. DOUMBIA a sollicité le Président la République Ibrahim Boubacar KEITA pour la construction d’une école moderne, à la dimension des ambitions de la structure de pouvoir assister et secourir toutes les populations.
Auparavant, il avait présenté le bilan de leurs interventions de plus en plus efficaces, grâce aux nouvelles acquisitions. Ainsi, en 2018, les unités de Protection civile ont effectué 19 925 interventions, contre 16 941 en 2017. Ces interventions ont essentiellement porté sur les accidents de la voie publique, les inondations, les incendies, les attentats terroristes, les noyades, les découvertes de corps sans vie, les chavirements de pirogues, les personnes tombées dans des puits, les faits d’animaux. Au cours de ces interventions, a-t-il noté, 103 130 personnes ont été assistées et secourues. Le bilan humain enregistré est de 1 096 morts et 27 899 blessés, avec une prédominance des accidents de la circulation, qui ont occasionné 14 504 interventions des unités de Protection civile, contre 14 543 en 2017. Le bilan des victimes de ces accidents est de 502 morts contre 558 en 2017. Dans le domaine de l’assistance humanitaire, il a dit assister 9 263 rapatriés de plusieurs nationalités.

Par Sikou BAH

Info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct